André Santini, président du groupe d’amitié France – République de Corée

2007 April 1
by Corée Affaires

Maire d’Issy-Les-Moulineaux, député des Hauts-de-Seine, ancien ministre et président du groupe d’amitié France – République de Corée de l’Assemblée nationale, André Santini est une figure familière du paysage politique français. De passage à Séoul du 6 au 9 février derniers, il explique aux lecteurs de Corée Affaires les raisons de son intérêt pour la Corée.

À quelle occasion êtes-vous de nouveau de passage en Corée ?
Je suis ici en qualité de président du Global Cities Dialogue, un réseau international composé d’environ 200 maires du monde entier qui sont convaincus de l’importance des technologies de l’information pour leurs villes respectives. Je participe au forum de l’e-participation 2007, à l’invitation de mon ami Yang Dae-Woong, maire de l’arrondissement séoulite de Guro-gu et vice-président du Global Cities Dialogue pour l’Asie. Placé sous le thème de la « Promotion de la démocratie et du développement régional », ce forum réunit des maires de villes d’Asie et d’Océanie, des spécialistes des technologies de l’information et de la communication et des organisations internationales. Il insistera cette année sur les moyens à mettre en oeuvre  pour développer une administration centrée sur le citoyen, à travers les applications technologiques et la coopération entre gouvernements locaux et secteur privé. Ce thème m’est particulièrement cher. Je suis convaincu en effet de la responsabilité importante des maires du monde entier pour offrir à tous leurs administrés le même accès aux technologies de l’information et de la communication. Dans ce contexte, le dialogue entre les différents maires invités ne peut qu’être fructueux.

« Je suis toujours heureux de défendre la cause des Coréens »

Pourriez-vous décrire le groupe d’amitié France – République de Corée de l’Assemblée nationale et présenter quelques-unes de ses actions ?
Depuis longtemps je suis convaincu du potentiel de la Corée, j’ai de plus développé un véritable attachement pour le peuple coréen. C’est donc tout naturellement que je préside le groupe d’amitié France-République de Corée de l’Assemblée nationale. Ce groupe de parlementaires français a pour vocation de resserrer les liens d’amitié avec l’Assemblée nationale coréenne, mais constitue également un instrument privilégié de la politique de relations internationales de l’Assemblée nationale et l’un des relais parlementaires de la politique étrangère de la France.
Je reviendrais sur deux évènements récents : la visite en Corée du groupe du 1er au 6 juin 2006 et la réception en France du groupe d’amitié République de Corée – France de l’Assemblée nationale coréenne du 24 au 28 janvier derniers.
Nos homologues coréens se sont en effet récemment déplacés en France et nous avons fait de notre mieux pour répondre à leurs attentes. Les quatre députés ont pu rencontrer M. Édouard Balladur, ancien Premier ministre et M. Éric Raoult, vice-président de l’Assemblée nationale. Ils se sont également rendus au ministère de la Santé et des Solidarités, où ils ont pu s’entretenir des questions de protection sociale et de financement des retraites. La Corée est en effet confrontée à un taux de natalité particulièrement faible, la délégation souhaitait donc connaître les moyens par lesquels la France a réussi à maintenir un taux de natalité parmi les plus élevés de l’OCDE. La délégation s’est ensuite rendue dans le sud de la France pour visiter d’une part le site de Cadarache où se prépare le programme ITER1, dans lequel la Corée est partie prenante, et d’autre part l’usine d’Eurocopter, partenaire du programme KHP2. Les membres de la délégation ont, j’en suis convaincu, été très satisfaits de leur séjour.
Le programme de la visite en Corée du groupe d’amitié France-République de Corée a également été très soutenu. Nous avons pu nous rendre à l’Assemblée nationale coréenne. Nous avons aussi visité le site industriel du programme KHP et les chantiers navals Hyundai à Pusan. Nous avons également tenu à emprunter le train à grande vitesse KTX, un des symboles de la collaboration économique franco-coréenne. Nous sommes enfin allés nous recueillir sur les tombes des combattants français au Mémorial de Pusan et avons visité les tombes royales de Gyeongju.

Dans le cadre de vos activités de maire d’Issy-Les-Moulineaux, vous avez développé différentes actions vis-à-vis de la Corée. Pourriez-vous donner quelques exemples ?
La ville d’Issy-Les-Moulineaux est jumelée avec la municipalité de Guro. Ce jumelage fait sens car les deux agglomérations présentent des caractéristiques proches : ce sont des anciennes villes industrielles qui ont perdu leurs emplois ouvriers et ont fait le pari des nouvelles technologies pour attirer des entreprises spécialisées dans l’économie numérique. Ainsi, des représentants de Guro ont visité Issy-Les-Moulineaux en juin dernier. Séduits par notre ludothèque, ils en ont appliqué le concept à leur ville ! Nous essayons également de populariser la Corée auprès de nos administrés. Nous avons par exemple organisé un voyage touristique en Corée duquel les participants sont revenus enchantés.

Quelle est votre appréciation de la situation de la Corée ?
Je le redis, j’ai beaucoup d’affection pour la Corée et les Coréens, peuple tolérant, sans arrogance ou ambition territoriale. La Corée est selon moi un des meilleurs pays en matière de nouvelles technologies mais vit, je crois, au-dessous de ses moyens. Son rôle sur la scène internationale n’est pas à la mesure de son potentiel. C’est pourquoi je suis toujours heureux de défendre la cause des Coréens, par exemple en rendant service à mon ami le maire de Guro, en intervenant sur le forum qu’il organise.

Propos recueillis par François Dancoisne
Journaliste pour Corée Affaires

: Programme international de production d’énergie nucléaire à partir de la fusion de l’atome.
: Partenariat entre le gouvernement coréen et la firme Eurocopter pour la fabrication d’un nouvel hélicoptère de transport militaire.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.