Collectif « Nouveaux pop »

2007 April 1
tags:
by Corée Affaires

Philippe Huart, artiste contemporain, membre du collectif  « Nouveaux pop » : « Ma peinture porte les réflexions sur notre monde et sa culture. »

Pourquoi exposer en Corée?
Les Coréens semblent être curieux et très ouverts à la culture et l’art européen. Exposer en Corée s’est fait très simplement. Suite à la visite en France des responsables du SOMA Museum of Art de Séoul, à l’exposition « Les Nouveaux pop » au centre d’art de la Villa Tamaris à La Seyne-sur-Mer (agglomération Toulon Provence Méditerranée) durant le printemps 2006, organisateurs et responsables se sont rapidement mis en relation afin d’exporter cette exposition à Séoul.
C’est pour moi une excellente occasion de montrer et faire découvrir mon travail en Corée dans un cadre muséal au sein des « Nouveaux pop », groupe cosmopolite de dix artistes, que Robert Bonaccorsi, directeur de la Villa Tamaris, a parfaitement su définir : « Ils traquent le réel et le quotidien pour mieux exaspérer les contradictions et les obsessions de l’époque ».

Votre travail puise son inspiration dans les symboles de la société de consommation, en particulier américaine. Pensez-vous pouvoir trouver des sources d’inspiration en Corée ?
Je suis, certes, attiré par la culture américaine mais également par les faits de société en général, une fascination mêlée d’un regard critique, un reflet du monde qui nous entoure. Il se trouve qu’à notre époque, les États-Unis sont toujours la culture dominante, ce qui est un des thèmes récurrents de ma peinture. Je montre la relation que nous entretenons aux objets dont nous peuplons notre univers. Ma peinture porte les réflexions sur notre monde et sa culture, c’est un constat de notre quotidien. On peut dire que je procède par assemblage de coïncidence d’images. C’est parfois le hasard qui fait naître l’association. Dans d’autres cas, la combinaison résulte d’une juxtaposition d’idées. La naissance d’un tableau peut être également déterminée par un mot lié à une image. Le choix des sujets est aussi guidé par l’envie de peindre certains objets. Lors de mes voyages aux États-Unis, je prends des photos de divers éléments qui deviennent l’élément de base de mon travail. Une des motivations de mon processus créatif est aussi l’aspect esthétique et graphique de mes sujets. Je connais beaucoup moins les symboles de la société de consommation coréenne pour ne m’y être jamais encore rendu. J’espère pouvoir y aller prochainement, et qui sait pouvoir m’en inspirer.

L’exposition « Les Nouveaux pop » sera visible au SOMA Museum of Art de Séoul du 12 juillet au 30 septembre 2007. Plus d’informations sur www.artmuseum.or.kr et www.lesnouveauxpop.com.

Propos recueillis par François Dancoisne
Journaliste pour Corée Affaires

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.