Comédies musicales: la vague francophone

2007 April 1
tags:
by Corée Affaires

Depuis le triomphe de Notre-Dame de Paris en février 2005, une véritable vague francophone inonde les scènes coréennes. Pas moins de trois comédies musicales françaises majeures ont été récemment présentées en Corée : Les dix commandements, Don Juan et Roméo & Juliette. Pourquoi ce succès ? C’est la question a laquelle a tenté de répondre Corée Affaires en interrogeant les producteurs coréens de ces spectacles.

Février 2005, Notre-Dame de Paris surgit dans le paysage coréen des comédies musicales, jusqu’à lors dominé par les productions de Broadway comme Miss Saigon ou Cats. L’accueil du public coréen dépasse toutes les espérances, si bien que la troupe de Notre-Dame de Paris revient en Corée l’année suivante pour de nouvelles représentations. Ce succès inspire les producteurs coréens, et désormais de nouvelles comédies musicales sont régulièrement présentées sur la péninsule : Les dix commandements en avril et mai 2006, Don Juan en novembre et décembre et Roméo & Juliette en janvier et février 2007.

Différentes raisons expliquent cet engouement. La nouveauté d’abord. En effet le style des comédies musicales francophones rompt avec les spectacles de Broadway. « Les spectateurs coréens avaient soif de nouveauté » estime Park Min-young, responsable de la promotion chez Erument, société qui a organisé la venue en Corée des Dix Commandements et de Roméo & Juliette. Contrairement aux productions américaines, les comédies musicales francophones sont exclusivement composées de chansons sans dialogues intermédiaires. Ce sont aussi des spectacles à grande échelle, avec de nombreux acteurs et danseurs. « Lorsque j’ai vu pour la première fois Notre-Dame de Paris, j’ai été très impressionnée par la beauté simple des plateaux. Je pense que ce style dépouillé a constitué un vrai choc pour les spectateurs coréens accoutumés aux plateaux à l’anglo-saxonne, qui sont beaucoup plus réalistes. » explique Julie Kim de la société NDP Korea qui a organisé les représentations de Notre-Dame de Paris et Roméo & Juliette.

Les thèmes ensuite. « Les comédies musicales sont adaptées d’œuvres littéraires très célèbres avec lesquelles les spectateurs coréens sont familiers. » poursuit Julie Kim, « les sujets évoqués, l’amour, le romantisme, la trahison, sont particulièrement populaires auprès du public ».

De plus, ce n’est pas vraiment une surprise, la langue française possède un attrait puissant auprès des Coréens, qui lui associe l’image romantique et sophistiquée de l’art de vivre à la française. Pour Park Chang-woo, qui était General Director en charge de l’organisation des Dix commandements en Corée « l’emploi de la langue française est un véritable point fort, elle contribue au succès des comédies musicales ».  Même opinion pour Julie Kim qui raconte : « Les fans disent souvent que même s’ils ne comprennent pas du tout le français, ils écoutent chaque jour les chansons extraites des comédies musicales. »

Enfin, la culture des fans propre à la Corée a fortement contribué au succès de ces spectacles. Les acteurs, inconnus du public avant leur venue sur la péninsule, deviennent souvent très rapidement célèbres. « Lors de la venue de Notre-Dame de Paris, les acteurs Matt Laurent, Cyril Niccolai et Ahmed Mouici sont devenus si populaires que des clubs de fans se sont créés. Les admirateurs les plus fervents allaient voir plusieurs fois les spectacles ! » souligne Park Chang-woo. Dans la société la plus connectée à Internet du monde, les fans peuvent exercer une influence insoupçonnée. « L’Internet a contribué à développer un puissant bouche-à-oreille. Les spectateurs les plus actifs recherchent des informations sur des comédies musicales qui n’ont pas encore été présentées en Corée. Ils s’échangent via Internet des fichiers musicaux et des vidéos. » explique Julie Kim. « C’est à la vue de l’attente des fans que nous avons décidé de monter Roméo & Juliette en Corée » ajoute Park Min-young. Cette vague francophone contribue sans aucun doute à la bonne image de la France au pays du Matin calme.

Par François Dancoisne
Journaliste pour Corée Affaires

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.