La communication de Hyundai en France

2008 February 1
by Corée Affaires

M. Jinho Ki travaille au département des relations publiques chez Hyundai Motors Corporation. Il décrypte pour Corée Affaires la stratégie de communication de Hyundai en France.

La ville de Yeosu en Corée du Sud a été sélectionnée pour organiser l’exposition internationale de 2012, évènement sponsorisé par le groupe Hyundai. Le respect de l’environnement est-il un nouvel élément stratégique de votre communication ?
La sélection récente de la ville de Yeosu pour accueillir l’exposition internationale de 2012 est le point culminant d’une longue campagne menée par le président de Hyundai-Kia Motors, M. Chung Mong-Koo. Notre groupe se développe dans la lignée du thème de Yeosu « Pour des côtes et des océans vivants ». Nous consacrons dans cette optique une large partie de nos revenus dans la recherche environnementale, avec un budget de près de 2 milliards de dollars, soit 6% de nos revenus annuels. Notre centre de recherche et développement eco-technology de Mabook, au sud de Séoul, effectue des recherches sur les nouveaux carburants et les techniques de recyclage eco-friendly pour les véhicules en fin de vie, ce qui permettra de réduire leur impact sur l’environnement.

Depuis le début d’année, Hyundai communique intensivement sur le marché français. Que représente ce marché pour Hyundai ? Cette communication est-elle aussi liée au développement des installations d’usines en Europe centrale ?
En 2007, Hyundai a lancé l’un de ses véhicules les plus importants, la compacte i30. Stylisé dans notre centre de design à Rüsselsheim dans le but de faire un produit qui correspond aux attentes des consommateurs européens, ce véhicule entre dans le segment C, le plus large et le plus concurrentiel des segments en Europe.
Le marché français représente en 2007 aux alentours de 10% des ventes de Hyundai dans l’Europe des quinze, et la part de marché de la i30 est d’environ 1,3%. La sortie de ce nouveau véhicule et le succès des ventes en France sont les points forts de la stratégie de développement de Hyundai en Europe. L’ouverture prévue au deuxième semestre 2009 de l’usine de Nosovice (Tchéquie) d’une valeur de 1 milliard d’euros offrira à Hyundai une base solide en Europe, surtout que deux nouveaux investissements de 50 millions d’euros viendront s’ajouter à travers le centre de design de Rüsselsheim et les bureaux de direction (ventes et marketing) à Offenbach.

En France, ce segment est le plus compétitif (20% du marché) avec la présence de grands constructeurs nationaux (20% pour la Peugeot 307, 15% pour la Citroën C4 et 14% pour la Renault Mégane). Quelles sont vos attentes pour la i30 sur le marché français ?
A court terme, la i30 et les dérivés représenteront 20% de nos ventes en France, sachant que ce segment de marché est le plus large, et que, malgré la forte concurrence, il continue de se développer dans toute l’Europe occidentale. A partir de 2009, ce véhicule sera produit à Nosovice, et c’est stratégiquement important que la i30 soit attractive aux yeux des consommateurs européens non seulement dans la conception, mais aussi dans ce qu’elle représente. Nous souhaitons que ce lancement corresponde au début d’une nouvelle ère pour Hyundai en Europe, tant pour ce qui est de la qualité de ses produits, que de l’attractivité de ses prix.

Hyundai a lancé en 2007 la i30 en Corée. Ses bons résultats ont surpris le marché qui est dominé par les berlines et les 4×4 (60% du secteur en 2006). Comment aviez-vous anticipé cette rupture dans le comportement des consommateurs ?
Pour la i30, nous avons été surpris par sa réussite sur ce marché. Avec une moyenne de 2000 unités vendues par mois, nous avons fait beaucoup plus que nos prévisions. C’est un signe du changement de comportements des consommateurs en Corée. Avec la croissance des coûts énergétiques et la prise de conscience du réchauffement climatique, les coréens sont plus attentifs aux risques de pollution et préfèrent dorénavant adopter la mode des véhicules compacts, plus écologiques et plus économiques pour ce qui est de la consommation de carburants.

Propos recueillis par Clément Charles
Journaliste pour Corée Affaires

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.