Les voitures étrangères en Corée

2008 February 1
by Corée Affaires

Malgré le marasme du marché intérieur, les voitures étrangères se vendent comme des petits pains

1995 : début de l’essor du marché automobile coréen

Contrairement à la situation actuelle, les voitures américaines représentaient 37.2% du marché, suivies par les allemandes (34.8%) et les françaises (28%). Suite à la crise asiatique, la tendance s’est inversée avec une forte augmentation des importations en provenance d’Europe et une baisse en provenance des Etats-Unis. Les voitures japonaises se sont développées en Corée à partir de 2000.
Entre 2000 et 2007, les importations coréennes de voitures étrangères ont augmenté de 42.8% en moyenne annuelle. Une augmentation de 32% est prévue pour 2007 comparé à 2006 avec 53500 véhicules vendus. Ces voitures proviennent en majorité du marché européen (54.7%, soit 29260 véhicules), avec une forte présence des marques allemandes, puis du Japon (33.9%) et des Etats-Unis (11.4%).

Alors que la demande de véhicules nationaux a diminué de plus de 300000 unités, la vente de voitures étrangères de luxe a fortement augmenté. Cela semble s’expliquer, essentiellement, par la bipolarisation des revenues provoquée par la fracture grandissante entre les riches et les pauvres, suite à la crise économique. Les véhicules européens sont appréciés pour leur image de marque, la diversité des catégories et les stratégies marketing des constructeurs. Les voitures japonaises se vendent aussi très bien grâce à la proximité des deux marchés et un bon rapport qualité/prix. Les américains ont davantage de difficultés à s’imposer sur ce marché car ils demandent à la Corée de s’ouvrir plus, mais ont des stratégies de développement (élargissement du réseau, investissements dans le service après-vente, etc.) peu actives.

Du côté des voitures françaises, Peugeot a connu ces dernières années une forte progression de ses ventes, atteignant 2500 véhicules vendus à la fin du mois de novembre 2007, soit une augmentation de 88.7% comparé à la même période l’an passé. Ses bons résultats sont dus aux activités marketing menées par Hanbul Motors, distributeur officiel de la marque Peugeot. La très bonne image de marque de Renault Samsung Motors, constructeur franco-coréen renommé en Corée, semble aussi contribuer à ces résultats satisfaisants.

La segmentation de la clientèle

Les consommateurs souhaitant acquérir un véhicule étranger se dirigeront davantage vers les plus grosses cylindrées (supérieur à 3000cm³). Cela peut paraître quelque peu étonnant, sachant que le marché coréen est dominé par les voitures de moins de 2000cm³, soit 70.6% du marché, et que les voitures de grands gabarits, qui ont un prix généralement très élevé, ne représentent donc que 29%. Cela peut justifier le fait que le marché des véhicules importés soit faible, le segment automobile visé étant le moins important. Mais la tendance commence à changer avec des petites cylindrées européennes et japonaises qui arrivent en Corée, ce qui augure une croissance des ventes de véhicules importés pour les prochaines années. L’accord de libre échange en cours de négociation entre la Corée et l’Union européenne est aussi un facteur important pour le développement des ventes des constructeurs automobiles européens en Corée.

Les consommateurs coréens changent aussi ; alors qu’auparavant ils adoptaient un comportement très patriotique par l’achat de voitures nationales, ils prennent aujourd’hui plus en considération la qualité, le prix, la marque et le design. Ils mettent dorénavant l’origine des constructeurs de côté, pour se focaliser sur le design et la qualité des véhicules. Je pense donc que les stratégies marketing et le développement des réseaux de ventes seront deux conséquences importantes de l’arrivée massive de véhicules étrangers en Corée.
Aujourd’hui, la Corée a ouvert en grande partie son marché pour confirmer son internationalisation. Donc, à condition que les constructeurs étrangers soient prêts à se développer sur le marché coréen, les voitures importées vont concurrencer sérieusement les constructeurs déjà présents sur le marché national dans les années à venir.

Par Kim So-Rim
Kama, association des constructeurs automobiles en Corée

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.