Thomas Clamens, Maxxium Worldwide BV

2008 April 1
by Corée Affaires

Maxxium Worldwide BV a été créé en 1999 et est représenté aujourd’hui par quatre grands groupes de vins et spiritueux : Rémy Cointreau, le groupe Edrington, Beam Global Spirits & Wine et le groupe V&S. Ce partenariat a permis la création d’un réseau de distribution de vins et spiritueux dans 35 pays couvrant ainsi plus de 60 marchés. C’est en tant que directeur général de Maxxium Korea, que M. Thomas Clamens répond aux questions de Corée Affaires. Il nous parle de l’art de vivre à la française sur ce marché en Corée.

Maxxium est un distributeur international de vins et spiritueux. Pouvez-vous décrire votre activité sur ce marché et les tendances concernant les produits français ?
La Corée est un marché « extrême » en terme de comportement de consommation, combinant à la fois la quantité et la qualité. La Corée détient la consommation de spiritueux par habitant la plus élevée dans le monde (27 litres). Ce résultat est principalement dû au prix très abordable de la boisson locale, le soju, et la recherche des meilleurs whisky écossais du monde (de 17 à 30 ans d’âge). Traditionnellement, boire est l’occasion de créer de bonnes relations dans les milieux professionnels, mais les plus jeunes générations prennent de plus en plus de plaisir à boire avec leurs amis. En tant que société responsable, nous favorisons le concept “boire moins, boire mieux” en concentrant notre développement sur la qualité plutôt que la quantité. Dans ce contexte, Cointreau, Remy Martin et le champagne Piper-Heidsieck s’adaptent parfaitement.

En tant que distributeur de produits typiquement français comme le cognac, le champagne, le cointreau et le vin, pouvez-vous nous parler du comportement des consommateurs coréens ?
Les consommateurs coréens aiment les marques mais sont également très intéressés par le contenu. Nos compétences et la richesse de notre histoire créent un intérêt particulier pour nos produits. Le cointreau, liqueur qui peut être appréciée sec ou comme ingrédient d’un cocktail stylé, bénéficie de l’enthousiasme actuel qui se développe autour du cocktail. Remy Martin a d’abord été considéré comme un cadeau idéal à l’occasion des fêtes traditionnelles mais il suscite aujourd’hui un nouvel intérêt auprès des jeunes consommateurs dans les bars branchés. Enfin, les ventes de Piper-Hiedsieck explosent, principalement grâce aux jeunes consommateurs qui le consomment dans les fêtes ou pour célébrer un évènement. La tendance du champagne en Corée semble suivre celle du Japon, où il est devenu un secteur important représentant le 5e marché d’exportation du monde. En général, le consommateur coréen voit les spiritueux français comme partie intégrante du luxe français, associant nos marques comme Remy Martin Louis XIII ou XO à un certain style de vie, le style de vie français…

De quelle manière pourriez-vous définir ce style de vie français sur le marché des spiritueux ?
L’art de vivre à la française s’est installé en Corée avec le boom des vins français, et notamment le plus prestigieux d’entre eux, le champagne. Le vin remplace petit à petit le whisky comme cadeau à offrir, symbolisant à la fois un cadeau politiquement correct et correspondant à la tendance actuelle du well-being. Le développement du vin français est alimenté par le nombre toujours croissant de restaurants occidentaux. Il apparaît en effet comme un complément parfait aux mets, fromages ou gâteaux, mais le vin est aussi consommé dans les bars à vins qui se déploient progressivement dans la capitale coréenne. Un phénomène intéressant est l’attraction que provoque le champagne chez les jeunes consommateurs, car il incarne à merveille l’art de vivre à la française. Le cognac, après quelques années de déclin, reprend sa croissance grâce à la banalisation du whisky.

Propos recueillis par Clément Charles
Journaliste pour Corée Affaires

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.