Parc hôtelier français : Quelle offre pour la demande coréenne ?

2008 September 1
by Corée Affaires
L’hôtellerie dans le monde est en constante progression mais reste dépendante de cycles qui régissent le nombre de chambres et le prix moyen sur le marché. L’activité hôtelière est fortement influencée par la progression du PIB. La France a développé son offre hôtelière depuis de nombreuses années comparativement à la Corée. Les touristes et les hommes d’affaires trouvent des chambres avec une variété de produits et de prix correspondants à leurs besoins dans chaque région.

Le marché hôtelier en France 
En 2006, plus de la moitié des touristes internationaux (53%) était en France pour des longs séjours (4 nuits d’hôtel et plus). La consommation touristique était de plus de 110 milliards d’euros (6,3 % du PIB). Toujours devant l’Espagne (59,2) et les Etats-Unis (56,7), la France reste la première destination mondiale en 2007 avec 82 millions de touristes*. En Europe, la France possède la troisième capacité hôtelière (1,2 millions de lits) derrière l’Italie (1,9 millions) et l’Allemagne (1,5 millions), et devant l’Espagne (1 million) et le Royaume-Uni (1 million). L’hôtellerie française peut donc encore se développer**. Ce développement devra cependant se faire avec modération car les taux d’occupation ne sont pas toujours au plus haut.Deux secteurs hôteliers distincts existent en France : l’hôtellerie indépendante et intégrée (chaînes hôtelières). En avril 2008, selon l’enquête de fréquentation hôtelière Insee, le taux d’occupation de l’hôtellerie indépendante a atteint 52%, soit 1 point de moins qu’en avril 2007 et 0,5 points de moins qu’en avril 2006. Pour la première fois depuis le début de l’année, le taux d’occupation tend donc à régresser dans l’hôtellerie indépendante. Pour la même période, le taux d’occupation des chaînes hôtelières a atteint 69%, soit 1 point de moins qu’en avril 2007 et 0,7 point de moins qu’en avril 2006*. L’hôtellerie demeure très sensible aux variations de l’économie de chaque pays.  Les deux dernières décennies ont été marquées par le développement des chaînes hôtelières : en vingt ans, le nombre de chambres appartenant à des chaînes a triplé. Depuis six ans, cette croissance marque légèrement le pas, même si le taux de pénétration de l’hôtellerie de chaîne continue d’augmenter. En 2006, il atteint 38,2% (39,5% en incluant les hôtels de chaîne non classés), ce qui signifie qu’environ deux tiers des chambres hôtelières en France appartiennent encore à l’hôtellerie indépendante.

Accor, un positionnement varié

Accor est un des plus importants groupes mondiaux et le leader européen de l’hôtellerie. Il est numéro un en France avec 1366 hôtels et 123883 chambres au 1er janvier 2008, soit environ 20% du total de chambres en France et 46% des chambres de chaînes intégrées (cf. étude annuelle HTR). Accor est présent dans 90 pays (hôtellerie seulement, 100 pays pour l’ensemble du groupe) et se compose de 4000 hôtels, soit près de 500 000 chambres au total. Les marques les plus connues sont Sofitel, Pullman, Novotel, Mercure Ibis, Formule 1 etc… Ce groupe a su diversifier son offre pour satisfaire une demande de plus en plus variée. D’autres groupes internationaux comprenant la stratégie de diversification développent une multitude de marques d’hôtel ces dernières années. Le haut de gamme est un des axes de développement d’Accor, qui veut donner à la marque Sofitel ses lettres de noblesse pour la positionner au niveau des plus grands noms de l’hôtellerie.Les hôtels en Europe offrent généralement une qualité de service inférieure à celle de l’Asie. En effet, le développement de l’hôtellerie en Asie a commencé par les hôtels cinq étoiles pour satisfaire les visiteurs internationaux, chaque ville et propriétaire rivalisant pour donner la meilleure image. Le prix du terrain et de la main d’œuvre étant plus faible pendant la phase de développement, les standards de références sont maintenant très élevés. Les hôtels comme Ibis ou Novotel ont une étoile supplémentaire par rapport aux hôtels de même marque en France.

A quoi doit s’attendre le visiteur Coréen ?

En France, l’hôtellerie est plus ancienne et la rentabilité est la principale raison de son développement. Les hôtels sont donc plus simples et le service doit être efficace, mettant en avant un facteur de productivité. Les visiteurs asiatiques seront surpris de la différence. L’hôtellerie de luxe est de grande qualité et les hôtels de renom ne manquent pas en France, ainsi que les bonnes tables. Si vous ne regardez pas à la dépense, les quatre étoiles de luxe et les restaurants étoilés sont autant d’expériences à ne pas manquer. Pour les bourses moins garnies, l’hôtellerie économique de chaîne offre une garantie de service et de sécurité qui est importante pour passer un bon séjour. 

Le visiteur Coréen devra donc rechercher des hôtels de gamme supérieure s’il veut une qualité de service similaire à ce qu’il trouve en Corée. Il devra choisir un Novotel s’il a l’habitude d’utiliser un Ibis et un Sofitel ou un Pullman s’il utilise Novotel en Corée. Ce petit désagrément sera vite oublié car la France offre une très grande variété d’hôtels et de magnifiques sites touristiques à visiter. 

Par Jérôme Stubert,
Novotel Ambassador Gangnam, Groupe Accor en Corée du Sud 

* (source : UMIH 29 juillet 2008)
** (source : Bureau des études, des statistiques et des comptes économiques)

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.