Jean-Pierre Mascarelli, Conseil général des Alpes-Maritimes, Team Côte d’Azur

2008 November 1
by Corée Affaires

Qui de mieux placé que M. Jean-Pierre Mascarelli pour répondre à l’interview de la FKCCI pour ce Corée Affaires spécial Provence. C’est en tant que vice-président du Conseil général des Alpes-Maritimes et président de Team Côte d’Azur, chargé du développement des investissements étrangers dans cette région du sud de la France, qu’il nous parle des relations entre la Côte d’Azur et la Corée du Sud, et des perspectives de partenariats économiques.

Quel est le rôle de Team Côte d’Azur ?
Team Côte d’Azur est l’agence de promotion et de développement économique de la région Côte d’Azur Nice Sophia Antipolis. Créé il y a 25 ans par le Conseil général des Alpes-Maritimes et la Chambre de commerce et d’industrie de la Riviera, notre mission est de développer la région à l’international en attirant les investisseurs étrangers sur place. Nous nous adaptons à chaque besoin et demande d’entreprises grâce à notre large panel de services : information, suivi à l’intégration, accompagnement à l’implantation, promotion et aide au développement. Nous conseillons et aidons les entreprises étrangères à tirer le meilleur parti de la Côte d’Azur.
La Côte d’Azur et son parc scientifique de Sophia Antipoli s sont reconnus être en France la première région en terme d’investissements en recherche et développement de la part de sociétés étrangères, avec 95% d’entre elles considérées comme des sociétés Blue Chip*. Les trois quarts de ces investisseurs sont directement concernés par les domaines de l’IT (Innovation et Technologies) et des biotechnologies et sont pour la plupart soit des grands noms dans le secteur des nouvelles technologies et de l’Internet, soit des start-ups. Enfin, notre positionnement géographique permet d’offrir aux entreprises le caractère international qu’elle recherche en venant s’implanter à l’étranger, avec seulement deux heures de vols pour rejoindre les principaux centres d’affaires européens.

Quels sont les secteurs phares en termes d’investissements étrangers dans cette région ?
La région Côte d’Azur regroupe cinq grands secteurs d’activité qui attirent les entreprises étrangères. [1] Le secteur des TIC (technologies de l’information et de la communication) fait de la région un pôle d’excellence européen avec plus de 1000 entreprises du secteur, parmi lesquelles des leaders mondiaux en microélectronique, télécommunications et réseaux. [2] Le pôle environnement permet de mettre en relation les nouvelles technologies et l’environnement. Grâce à la présence du leader Thalès, de nombreux sous-traitants sont déjà présents pour développer de nouvelles solutions énergétiques. [3] Le cluster SatNav de navigation par satellite nous permet de mettre en avant quatre pôles d’excellence : le pôle des solutions communicantes sécurisées dédié à la microélectronique, aux logiciels, aux télécommunications et multimédia, le pôle MER spécialisé dans les technologies marines et les biotechnologies, le pôle Gestion des risques naturels et technologiques, et vulnérabilité des territoires, et le pôle Pégase pour la partie aéronautique et spatiale. [4] Le pôle Santé et sciences du vivant nous permet de développer la partie recherche et développement, ainsi que l’innovation dans la région. Enfin, [5] nous avons un pôle aromatique solidement ancré autour de la ville de Grasse, capitale mondiale de la parfumerie. Je tiens également à préciser que la Côte d’Azur et la ville de Sophia Antipolis sont des éléments majeurs pour le développement de la filière du nucléaire civil et du projet international ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor), projet qui fait appel à des technologies et savoir-faire tels le BTP, la cryogénie ou encore les diagnostics optiques pour ne citer qu’eux.

Quels secteurs sont susceptibles d’attirer des capitaux coréens ?
A n’en pas douter, les secteurs des TIC et des télécommunications seront les points de mire des relations entre la région Côte d’Azur et la Corée du Sud. Je pense particulièrement au pôle des solutions communicantes sécurisées, initiative gouvernementale pour développer des projets conjoints sur les télécommunications, le multimédia, les logiciels et la microélectronique, secteurs prioritaires dans la péninsule sud-coréenne. Et comme je l’ai énoncé précédemment, ITER permettra également de développer des synergies entre la Corée et notre région en matière de nucléaire, de recherche et développement, et d’innovations.

Voyez-vous émerger un secteur en particulier qui intéresse d’ores et déjà les Coréens ?
Comme vous le savez certainement, Grasse est historiquement la capitale mondiale du parfum avec des senteurs rares comme la lavande, le mimosa, la rose, ou encore la myrte. L’industrie de la parfumerie est le principal pôle industriel de la ville et représente une filière « arômes et parfums » très puissante sur le plan international : 10% du chiffre d’affaires mondial et 50% du chiffre d’affaires national regroupé sous le pôle de compétitivité PASS (Parfums, arôme, senteurs et saveurs). Ce pôle pourrait intéresser des entreprises coréennes. J’ai en tête l’exemple de Soskin, marque phare de soins cosmétiques de Cosmetic Research Group, qui développe un partenariat avec l’école Elysées à Cannes dédiée à la formation d’esthéticiennes et qui lancera prochainement son quatrième institut sur la Côte d’Azur (cf p.32 : les parfums de Grasse et le pôle PASS).

Propos recueillis par Clément Charles
Journaliste pour Corée Affaires

* Blue Chip : action d’une société cotée en bourse, en excellente santé financière et qui détient un leadership dans son domaine.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.