Indicateurs économiques (Mars – Juin 2010)

2010 March 1
by Corée Affaires

Évolution du PIB en Corée du Sud (mars-juin 2010)

Évolution du PIB

Bilan 2009 de l’économie coréenne, vers une reprise plus douce en 2010.

Le PIB coréen a augmenté de 0,2% en 2009, selon les premières estimations de la Banque de Corée. Cette performance est certes éloignée du niveau de croissance potentielle du pays, (4,5%), mais elle est bien meilleure que ce que les prévisions laissaient espérer au début de l’année, du fait de l’effondrement du commerce international (le FMI prévoyait un recul du PIB de 4%). La bonne performance coréenne s’explique par la conjonction de deux facteurs :

  • La forte reprise des exportations à compter de mars 2009, liée au redémarrage de la demande asiatique et grâce à un won fortement déprécié. Les exportations coréennes de biens et services n’affichent qu’un recul de 1% en volume par rapport à 2008. Au total, et du fait de la baisse des importations énergétiques, le commerce extérieur a apporté 3,2 points de croissance en 2009, contrebalançant presque totalement à lui seul l’effet du déstockage massif dans l’industrie (-4 points de PIB sur l’année).
  • La politique économique a été efficace. L’accroissement des dépenses budgétaires, notamment au premier semestre, a apporté 0,7% de croissance directe, et largement contribué à la stabilité du taux de chômage en préservant l’emploi dans le secteur du bâtiment. La politique monétaire, particulièrement réactive (le taux directeur est passé de 5% à 2% en l’espace de trois mois), a permis de soutenir le revenu des ménages, fortement endettés à taux variable, ce qui explique largement que la consommation n’ait pas fléchi.

En 2009, après une très forte reprise de l’activité au deuxième trimestre (croissance trimestrielle de 2,6%) et au troisième trimestre (+3,2%), les statistiques du 4ème trimestre montrent que la Corée est sortie de la phase de rebond. La croissance au 4ème trimestre est en effet relativement faible (+0,2%). Il semble en particulier que les exportations ont atteint un palier (léger recul de 1,8% au T4 2009 par rapport au trimestre précédent), et ne progresseront maintenant qu’au rythme de la demande mondiale.

Les perspectives pour 2010 restent très favorables. La Corée démarre l’année avec un acquis de croissance de 2,5%. Dès lors, et compte tenu des perspectives de reprise de la croissance mondiale (4% en 2010 selon le FMI), la Corée devrait afficher une croissance de l’ordre de 4 à 5% en 2010. Il est clair que les exportations demeureront le principal moteur de l’économie coréenne. Les gains de part de marché enregistrés au cours des derniers mois par la Corée dans l’électronique, l’automobile et l’ingénierie témoignent de la capacité du pays à tirer parti de la reprise du commerce mondial, en dépit d’un won qui s’affermit.
La remontée rapide des cours de bourse, qui ont pratiquement doublé en 2009, favorise les opérations de fusion-acquisition. Celles-ci devraient être plus nombreuses en 2010 qu’au cours des années passées, et avoir comme conséquences la reprise du mouvement de privatisations, bloqué depuis deux ans ainsi qu’un début de consolidation du secteur financier.
La situation financière du pays s’est par ailleurs considérablement améliorée en 2009 du fait du retour des capitaux étrangers et du redressement de la balance commerciale. Cette tendance devrait se poursuivre en 2010, avec des excédents toutefois plus réduits.
En termes de risque, la Corée présente aujourd’hui un profil favorable. Les réserves de change (270 Mds USD) sont élevées et couvrent bien au-delà de la dette extérieure à court terme en devises (environ 150 Mds USD). Les marchés et les agences de notation perçoivent aujourd’hui la Corée comme un risque réduit et stable, en dépit de l’exposition élevée du pays aux mouvements de capitaux.

Par Antoine Boulé
Mission économique de Séoul

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.