Bilan de la croissance coréenne au premier semestre 2010

2010 December 7
by Corée Affaires

Evolution PIB Corée du SudAprès une croissance quasi nulle en 2009 (+0,2%), l’économie coréenne réalise un premier semestre 2010 au-dessus des prévisions.

A contre coup de la tendance du dernier trimestre 2009, l’année 2010 commence sur un rythme fort et la croissance coréenne s’est établie à 7,6% au premier semestre de l’année (en g.a.), bien au-dessus de son niveau de croissance potentielle (4,5%).

La reprise de l’investissement productif (plus de la moitié de la croissance du semestre), ainsi que le restockage industriel, sont les principaux déterminants qui ont tiré la croissance coréenne du premier semestre 2010. La production industrielle avait en effet chuté en début d’année 2009 de 35% par rapport aux niveaux de 2008. Elle est en très forte hausse depuis le début de l’année 2010 (+4,65% sur le semestre en g.s.), tirée par les exportations d’automobiles, de semi-conducteurs et de machines industrielles.

Aussi la reprise de l’investissement productif, couplée au prolongement de la reconstitution des stocks industriels, participent à la forte reprise des importations qui représentent, à la fin du premier semestre 2010, plus de 63% des importations totales de la Corée en 2009. Le taux d’emploi à la fin du semestre est revenu à son niveau de juin 2009 (59,8%), après la légère faiblesse du premier trimestre 2010.

Le bilan à la mi-2010 est plus que positif pour la Corée. La reprise économique est au rendez-vous, plus forte que prévue, remettant ainsi l’économie sur son sentier de croissance pré-crise.

Les perspectives pour la fin de l’année 2010 restent favorables,
cependant certains signaux indiquent que
la sortie de crise reste fragile.

La Corée devrait terminer l’exercice 2010 en enregistrant une croissance de son PIB de 6,1% (FMI), toutefois les prévisions de croissance pour 2011 s’établissent à 4,5% du PIB, anticipant un ralentissement lié au démantèlement progressif du stimulus budgétaire à la fin de 2010.

Taux de changeEchange commerciaux

Ventes au detail

Taux de chomage

Les tensions inflationnistes liées au fort rebond de l’économie coréenne au premier semestre, à l’afflux de capitaux depuis la fin 2009, et à l’appréciation des cours des matières premières énergétiques (par rapport à la chute de 2009), demeurent pour le moment maîtrisées.
L’inflation reste cependant la principale inquiétude pesant sur l’activité économique et constitue l’indicateur central pour la politique monétaire. La Banque centrale a porté son taux directeur à 2,25% en juillet dernier (hausse de 25 bps), ce qui semble indiquer que l’arbitrage entre la lutte contre l’inflation et le soutien à l’activité pourrait désormais favoriser le premier terme.

Par ailleurs, l’atonie de la demande américaine et européenne dans des secteurs qui constituent les principaux postes d’exportation de la Corée hypothèque le maintien de la reprise coréenne au rythme enregistré au premier semestre. Des incertitudes apparaissent ainsi dans les prévisions d’activité des fabricants d’écrans LCD (dont Samsung et LG sont les leaders mondiaux) sur ses marchés américains et européens. On pourrait voir apparaître des réductions de capacités de production au second semestre 2010, dans le secteur de l’électronique notamment, signal de la fragilité d’une reprise de l’économie coréenne fondée presque exclusivement sur la demande extérieure, alors que la demande intérieure et notamment la consommation des ménages peinent à s’affermir.

Par Antoine Boulé
Mission économique de Séoul

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.