Les Department Stores, une institution en Corée

2010 December 23
by Corée Affaires

Kate Shin Galleria

Kate Shin, responsable marketing de la branche Ouest du Hall Luxe de Galleria, a accepté de répondre à Corée Affaires sur la distribution en grands magasins. Elle revient sur le marché, l’organisation du réseau, les tendances de consommation et le positionnement des entreprises françaises en grands magasins.

Comment se décompose le réseau des grands magasins en Corée ?
Parmi les quatre chaînes de grands magasins, plus communément appelés Department Stores, qui sont présentes dans la péninsule, à savoir Galleria, Hyundai, Lotte et Shinsegae, Galleria se positionne comme le spécialiste du marché du luxe que ce soit en reconnaissance consommateurs ou en volume de ventes.

Comment positionneriez-vous Galleria par rapport à ses concurrents ?
Comparé à ses concurrents, je pense que Galleria bénéficie d’une image unique en son genre sur son marché, et même parfois dans le reste de l’Asie. Il se positionne au plus haut niveau sur le marché du luxe en termes d’offres produits et de clientèle.

Quels types de sociétés utilisent les grands magasins sur le marché sud-coréen ?
Parmi les entreprises qui s’engagent avec les grands magasins en Corée du Sud, on retrouve principalement des marques de mode internationales qui sont en relation directe avec ce canal de distribution. Nous retrouvons également de jeunes créateurs et des entreprises coréennes qui produisent localement leurs vêtements.

“Aujourd’hui, nous nous apercevons que des marques d’accessoires français
pénètrent doucement le marché et gagnent en popularité”

La mode fait partie de la culture moderne coréenne. Pourriez-vous décrire les tendances de consommation dans votre réseau de distribution ?
La clientèle consommant des produits dits tendances dans nos magasins est comme vous vous en douterez très variée. Si nous devions en distinguer une plus particulièrement, je penserais avant tout aux clients qui portent un intérêt important aux tendances internationales et qui souhaitent posséder les articles les plus « à la mode » qu’ils voient régulièrement dans les magazines spécialisées portés par les stars hollywoodiennes. Un autre groupe de consommateurs se distingue également. Je pense plus précisément aux clients qui peuvent s’offrir des articles tendances, mais davantage à titre individuel (et non pour imiter les stars américaines) car ils ont les moyens d’acquérir des produits de luxe et se sentent bien lorsqu’ils les portent.

Galleria SeoulQue voyez-vous émerger comme tendances pour 2011 ?
Les perspectives concernant la mode en 2011 pour le Hall Luxe de Galleria seront dominées plus que jamais par les marques de luxe internationales. Les marques comme Louis Vuitton, Gucci, Bulgari, Tom Ford, etc. prennent de plus en plus d’importance en termes de parts de marché et de taille en grands magasins. Actuellement, ces marques sont fortes mais comptent prendre encore plus d’ampleur afin de dominer un peu plus le marché du luxe l’année prochaine. Cependant, les produits de luxe un peu plus « rare » comme ceux de la Maison Goyard pourraient être davantage recherchés par la clientèle.

La France est le symbole du luxe, particulièrement dans les pays d’Asie grâce aux porte-drapeaux tels que Louis Vuitton, Chanel, Dior, Cartier, etc. Voyez-vous d’autres sociétés françaises entrer sur le marché coréen par l’intermédiaire du réseau des grands magasins ?
Suite au grand succès rencontré par les marques de luxe françaises sur le marché sud-coréen, d’autres marques de mode qui sont reconnues dans le domaine du « French Chic » comme Maje, Zadig & Voltaire ou Isabel Marant ont été importées par des distributeurs coréens et ont obtenu de bons résultats. Aujourd’hui, nous nous apercevons que des marques d’accessoires français comme N2 ou Narrades pénètrent doucement le marché et gagnent en popularité auprès de la clientèle locale.

Si demain, une société française souhaite utiliser Galleria pour distribuer ses produits, que lui conseillerez-vous de faire avant toute chose ?
Il faut à mon sens trouver un partenaire de type distributeur local. Si la société compte se développer par ses propres moyens sur le marché coréen, il faudra alors plutôt s’orienter vers un rendez-vous entre le président de la marque française et le président des grands magasins Galleria pour engager de premières discussions.

Propos recueillis par Clément Charles
Journaliste pour Corée Affaires

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.