La folie du luxe crée un nouveau marché en Corée du Sud

2011 August 18
by Corée Affaires

La Corée du Sud est l’un des pays asiatiques où l’industrie du luxe est la plus dynamique. Les Coréennes, connues pour être ultra-sophistiquées (luxe, chirurgie esthétique, soins, etc.), tout comme leurs voisines du Japon, de Chine et de Taïwan, sont également envieuses.

Elles n’achètent pas forcément pour se faire plaisir, mais souvent pour avoir le même produit que leurs amies et montrer qu’elles ont atteint un certain niveau social. Elles n’hésiteront d’ailleurs pas à surenchérir et, comme dans une salle des ventes, entrer dans une “compétition” avec leur relation. Un système qui permet de jauger la puissance financière de ses relations.

Mais une nouvelle tendance émerge sur le marché du luxe en Corée du Sud. Plus qu’une tendance, un marché dans le marché : la vente de sacs en papier de seconde-main frappés des logos Cartier, Chanel, Dior, Fendi, Hermès, Louis Vuitton, Prada, et consorts. Pourquoi de seconde-main ? Tout simplement parce que la plupart des marques de luxe ne vendent pas ces sacs à l’unité dans leurs boutiques.

Il n’est aujourd’hui pas rare de voir des sacs en papier de grandes marques partir pour 5-10 euros (10 à 15,000 wons). Les blogs et cafés spécialisés dans les produits d’occasion s’en frottent les mains !  (voir le café Joonggonara)

Le blog coréen du Wall Street Journal dévoile au travers d’une interview les raisons d’un tel achat : “au-delà du logo, le papier du sac est plus épais qu’un sac normal et donc plus solide“.

Reste à savoir si les marques de luxe seront prêtes à entrer sur ce marché et sortir, sous forme de campagnes marketing, des sacs en papier inédits et tirés en faible quantité afin de faire monter les enchères…

Mais sur ce marché aussi il faudra faire face à de la contrefaçon ! Des petites échoppes du quartier de Dongdaemun à Séoul se sont spécialisées dans la fabrication de sacs de ce type revendus pour quelques milliers de wons.

Par Clément Charles

 

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.