Olivier Mouroux: CEO et Co-Fondateur d’Asiance, Agence Digitale

2013 August 22
by Corée Affaires

asiance

Créée il y a près de 10 ans, Asiance est un parfait exemple de réussite franco-coréenne. Ayant pressenti à la fin des années 90 la révolution digitale Olivier Mouroux a fait le pari risqué de venir sur l’une des places les plus compétitives au monde dans ce domaine.
Des performances record avec une croissance à deux chiffres et un portfolio de plus de 250 clients composés essentiellement de grands groupes (Air France – KLM, Lacoste, Gucci, Coach, l’Oréal ou encore Michelin) l’agence est aujourd’hui devenue leader sur le marché coréen, avec une présence également au Japon et en Chine, grâce à son partenariat avec l’agence digitale BILCOM. C’est maintenant plus de 120 spécialistes dans le monde de la stratégie digitale qui leur permettent de répondre à une demande en augmentation constante sur l’ensemble de l’Asie. Olivier Mouroux nous propose un état des lieux du marketing digital en Corée.

Depuis plus de 9 ans à la tête d’Asiance, vous avez pu assister et participer aux diverses révolutions qui ont façonné l’univers de la communication digitale tel que nous la connaissons aujourd’hui. Où en est-on en termes de marketing digital ?
‘’Le digital est mort, vive l’ère du post digital’’ – Il faut réinventer l’organisation interne des sociétés, leur faire comprendre le changement comportemental de leur client et leur faire intégrer ce changement au niveau de la prise de décision. C’est le challenge qui s’offre à nous sur les 10 prochaines années, nous sommes bien loin de la création de site, brochure, ou de simples campagnes bannière et SEM.* Cette révolution post digitale est menée  par l’ensemble de nos clients, car les opportunités sont nombreuses pour des outsiders de rentrer sur un marché en pleine transformation. Je citerai Uniqlo comme une des plus grandes réussites en matière de communication ; marque encore peu connue au début des années 2000, elle est aujourd’hui très présente chez les 20-30 ans ; elle a réussi à intégrer dans son management la composante multi chanel digital dès le départ et elle est rapidement devenue la plus créative des marques sur les réseaux sociaux en s’adaptant aux nouvelles plateformes.

Quelles ont été les étapes marquantes de cette évolution? 
Pour comprendre ces évolutions, il faut remonter aux années 90 où les premiers jeux en ligne faisaient leur apparition dans des PC Bang* pour voir les prémices d’une communication digitale communautaire. A cette époque on comptait autour de 25.000 PC Bang à Séoul contre seulement 3.300 encore en activité aujourd’hui. Ce phénomène s’est atténué lorsque les connections internet se sont améliorées, permettant aux utilisateurs de se connecter depuis chez eux, mais l’appartenance communautaire elle, a survécu. À la fin des années 90, nous avons vu naître le 1er « SNS » ou réseau social : Cyworld, du groupe coréen SK. Bien qu’il fût rapidement dépassé, Cyworld annonçait déjà un changement de moeurs dans ce qui allait devenir une révolution comportementale. Les SNS n’ont depuis cessé de monter en puissance, pour devenir aujourd’hui incontournables dans la relation avec le consommateur. Les SNS offrent aux utilisateurs une nouvelle façon d’aborder les marques, de s’identifier à une image et d’appartenir à une ou plusieurs communautés. Actuellement nous assistons à une nouvelle révolution : « l’ère mobile» ou « nomade », qui grâce à la rapidité des connections, transforme les réseaux sociaux en un outil de communication instantané. KakaoTalk est certainement la plus belle réussite dans ce domaine avec plus de 5 milliards de messages envoyés chaque jour à travers l’application, en grande majorité en Corée. Nous vivons maintenant dans un environnement où nous sommes connectés en permanence, où tout se sait, où tout est dit instantanément.

Le digital est un monde plus complexe qu’il n’y paraît. Quels sont selon vous les tenants d’une bonne communication marketing?

En matière de communication digitale, tout est nouveau, et tout le sera encore demain. Dans ce métier il n’existe pas de standards, et il n’en existera certainement jamais puisque les normes évoluent tous les jours. Le terme « marketing digital » ne veut d’ailleurs plus dire grand-chose aujourd’hui, pour la simple et bonne raison que le marketing est devenu digital. Nous vivons dans un test permanent où il faut être extrêmement précis et rigoureux. Communiquer via les SNS de façon ludique ou dans le cadre d’une campagne de communication à petite échelle est à la portée de tous. Cela devient plus compliqué et plus risqué lorsque l’on communique pour un grand groupe, et les imprécisions se payent alors très chères. Les marques doivent aujourd’hui réfléchir à transmettre un message homogène et multi canal. Elles doivent également réfléchir en terme d’efficacité à maitriser l’ensemble de la chaîne de valeur depuis la stratégie, en passant par les choix technologiques jusqu’à l’analytique. Nous sommes dans un environnement où il faut être très rapide et efficace.

Quel sera alors le renouveau dans le marketing ?

Les supports actuels étant « nomades » et basés sur un système communautaire, le marketing se doit de l’être également. Les nouvelles technologies, dont le NFC*, nous permettent d’attirer les clients directement sur les lieux de vente, là où ils pourront interagir personnellement avec la marque. Ce nouvel espace d’interaction permet également d’orienter la prise de décision du client à un moment clé, et c’est pourquoi il est indispensable de le fidéliser et de le récompenser. Nous pouvons également imaginer des approches du même type auprès des employés d’une société, ce qui aidera sans aucun doute à améliorer leur productivité et surtout leur motivation quotidienne.

Que nous réserve l’avenir proche en matière d’innovations digitales ?

Nous devrions rapidement voir l’apparition d’objets intelligents dans notre quotidien, et notamment dans le domaine médical, de la sécurité et de l’aide aux personnes âgées. Il faut imaginer des utilisations très pratiques de suivi médical, de contrôle de santé ou d’appel d’urgence, et ce, via des dispositifs très légers et quasiment invisibles comme par exemple des patches qui seront directement connectés à votre téléphone ou à celui de votre médecin via de simples applications. Ces technologies existent déjà, mais elles sont encore peu commercialisées. Le côté pratique et sécuritaire de telles applications les rendra très prochainement incontournables.

** “SEM” : Search Engine Marketing
** “PC Bang” : Internet café
** “N.F.C.” : Near Field Communication

Propos recueillis par
Mathieu PERISSUTTI

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.