Veolia Korea et l’environnement en Corée : le marché de l’eau

2016 May 18
by Corée Affaires
Veolia Korea Marcel Gaborel CEO et directeur general

Marcel Gaborel CEO & directeur général de Veolia Korea

Veolia, riche de plus de 160 ans de savoir-faire et présent en Corée depuis 1999 (anciennement Veolia Water Korea), est leader mondial dans le secteur de l’environnement et s’engage pour le développement durable. Marcel Gaborel, CEO & directeur général de Veolia Korea, répond aux questions de Corée Affaires sur les problématiques environnementales et le marché de l’eau en Corée.

Q. Pouvez-vous nous décrire le marché de l’eau en Corée ?

R. La Corée a de nombreux points forts dans le secteur de la gestion de l’eau. Il y a un nombre important de grands conglomérats équipés de technologies de traitement de l’eau avancées, en particulier dans le dessalement de l’eau de mer, la filtration à membrane ; ils bénéficient aussi d’une expérience reconnue dans la construction d’installations de traitement des eaux. Des entreprises comme Veolia, au succès international, viennent de pays présentant un marché ouvert où elles peuvent développer des compétences compétitives, de l’expérience et des références. En ce sens, le marché coréen de l’eau pourrait gagner en s’ouvrant davantage et en offrant plus d’opportunités à ces entreprises.

Q. Quelles sont les démarches durables mises en place dans la gestion de l’eau ?

R. Le recyclage de l’eau est la solution pour répondre aux problèmes de pénurie d’eau, un défi majeur pour le monde entier. La plupart des pays ont des ressources en eau adéquates, mais ils manquent du savoir-faire ou de la résolution pour les gérer. Traiter les eaux usées de la ville pour les réutiliser pour l’industrie ou l’agriculture offre de nombreux avantages à la fois environnementaux et financiers. Réutiliser l’eau coûte environ un tiers moins que le dessalement et réduit la pollution. Investir dans l’irrigation goutte-à-goutte, la réparation des fuites, etc. permet d’énormes économies, sachant que jusqu’à 70% de l’eau utilisée par les fermiers n’atteint pas leurs champs à cause des fuites dans les canaux d’irrigation ou de l’infiltration de l’eau dans les rivières ou les nappes souterraines.

Q. Comment sont reçues et acceptées ces mesures par la Corée ?

R. Pour améliorer l’efficacité des systèmes de traitement des eaux, la Corée a commencé à imposer des réglementations strictes pour contrôler l’utilisation de l’eau et assurer le non gaspillage. Les politiques pour promouvoir la réduction et la réutilisation de l’eau usée gaspillée et pour améliorer l’autosuffisance des installations de traitement des eaux usées sont en place, autorisant des entreprises comme Veolia, qui utilisent les technologies pour améliorer l’efficacité, à participer à l’amélioration des conditions générales du marché de l’eau en Corée. Les conditions économiques peuvent sans aucun doute fournir des opportunités aux acteurs locaux d’être plus durables. En crise économique, les entreprises locales doivent s’efforcer de réduire les coûts, d’optimiser leur efficacité opérationnelle et de minimiser l’impact environnemental par la préservation et une utilisation réduite des ressources naturelles.  A travers le nouveau paradigme du marché de l’eau et le développement de technologies de haute performance, l’industrie de l’eau peut donner des solutions aux industries pour faire face aux nouveaux enjeux tout en étant plus compétitives et saines.

marche de l'eau et environnement Coree Q. Quels projets de Veolia dans ce secteur en Corée ?

R. Depuis son entrée dans le marché coréen en 1999, Veolia a acquis de plus en plus d’expérience dans l’industrie grâce aux services de qualité que l’entreprise fournit à des clients de renom. En Corée, Veolia est impliqué dans 15 projets concernant l’eau, les déchets et l’énergie. Le groupe offre des services de traitement des eaux municipales, aussi bien que des solutions innovantes à des clients industriels telles que le traitement des eaux usées et leur approvisionnement ainsi que la provision d’eaux de refroidissement. Outre les eaux industrielles, nos services environnementaux s’étendent aux secteurs de l’énergie et des déchets. Nous approvisionnons les industriels en vapeur d’eau, opérons un centre de tri des plastiques et produisons des RSF (combustibles issus des déchets) à partir du recyclage de matières premières.

Q. En tant que géant de l’environnement français, comment vous êtes-vous préparé à la COP21 qui a eu lieu à Paris en décembre ?

R. 2015 fut une année cruciale pour la gouvernance internationale du climat car la COP21 s’est tenue à Paris en décembre. Dans l’ère de l’après-Kyoto, la Conférence des Partis va permettre la mise en place d’un accord international pour 2020 et après.  En tant que partenaire fondateur des solutions de la COP21 et leader mondial de la gestion optimisée des ressources, Veolia contribue quotidiennement à l’élaboration, au développement et à la mise en place de solutions durables pour combattre le changement climatique. Par exemple, nous imaginons et déployons pour nos clients des solutions de réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui consistent en la capture et la restitution de l’énergie issue du traitement des eaux usées. Nous trouvons également des moyens de réduire la consommation d’énergie lors du processus de traitement. En outre, nous innovons pour l’économie circulaire et l’adaptation au changement climatique. Veolia apporte des solutions globales, basées sur notre expertise intégrée dans les activités liées à l’énergie, l’eau et les déchets, auprès des villes comme des industries. Celles-ci comprennent le recyclage et la récupération de l’eau (production de « matière première secondaire »), permettant la baisse des émissions liées à l’extraction des matières premières en particulier.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.