Coopération universitaire France-Corée : le point de vue étudiant

2016 July 26
by Corée Affaires

Par Oriane LemaireEtudiants France Coree

Expérience de vie unique, les études à l’étranger réservent de nombreuses surprises ainsi que de réelles mises à l’épreuve favorables au développement personnel. Il n’est effectivement pas commun de trouver en France des campus tentaculaires comme en Corée, où ces véritables « villes dans la ville », accueillent plusieurs milliers d’étudiants : dortoirs, magasins, bibliothèques et salles de sport ouvertes 24/24h, le tout réuni en un seul lieu ! Le rapport aux études en Corée est ainsi très différent de celui constaté dans l’Hexagone : plus qu’un apprentissage, les études au Pays du Matin calme constituent un véritable style de vie, avec par exemple la culture du « team building »*. « La vie de campus m’a beaucoup manqué quand j’étais en France », affirme Hwang Yunjung, diplômée en sciences politiques à l’université d’Ewha et de l’école urbaine de Sciences Po. « Je ris au souvenir de la bibliothèque, où les étudiants se baladaient la nuit en claquettes en plastique et rangeaient leur nécessaire de toilette dans leur casier », s’esclaffe Hélène Tabuteau, titulaire du double diplôme entre l’ESSEC et la SNU, le programme « Glimpse ».

« Un défi personnel qui prouve ma capacité à sortir de ma zone de confort et mon envie d’aller au bout des choses » : c’est ainsi qu’Hélène perçoit son cursus. « Les recruteurs s’intéressaient particulièrement à mon expérience en Corée du Sud, justement grâce à cette aptitude à relever les défis de l’obtention d’un diplôme à l’étranger ». Devenue consultante dans le secteur de l’énergie, ce n’est toutefois pas chose facile que de mettre à profit son expérience à l’international, nuance-t-elle : « je pense que le diplôme ne fait pas tout, il faut connaître les codes et avoir les relations : c’est difficile de forger tout cela en quelques mois avec une éducation française. »

Pour Yunjung, « si, en Corée, l’éducation puise sa force dans l’apprentissage brut et la compréhension rapide et efficace, l’éducation à la française l’a aidée à développer son esprit critique et à savoir l’exprimer dans toutes les situations. » Cette complémentarité dans les approches pédagogiques se révèle être ainsi un atout valorisable professionnellement, à l’heure où la société d’information requiert d’importantes capacités de critique, de synthèse, et de prise d’initiatives rapide.

* Les Coréens ont coutume d’organiser des activités codifiées en groupes formés autour de leurs centres d’intérêt ou de leur spécialité d’études, comme les week-ends d’intégration, les compétitions sportives, les sorties culturelles ou les soirées bien arrosées !

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.