Rencontre avec l’artiste-peintre Jocelyn Akwaba-Matignon

2016 November 16
by Corée Affaires

Propos recueillis par Karen Landa

Jocelyn Akwaba-Matignon est un artiste-peintre guadeloupéen. Titulaire du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, il réalise régulièrement depuis vingt-cinq ans des expositions où il dévoile sa recherche artistique sur les multiples facettes de ses origines. Corée Affaires l’a rencontré à l’occasion de sa première exposition individuelle en Corée, « De l’Infini au Centre » à la KF Gallery du 6 au 26 octobre 2016.

thierry25md

 

Q. Vos créations semblent avoir une très forte portée philosophique. Pourriez-vous nous en dire plus sur les messages que vous souhaitez transmettre à travers votre art ?

art, exposition, KF galleryR. Mes œuvres ont une portée non seulement philosophique mais aussi symbolique et surtout spirituelle, dans le sens de la quête de l’esprit. Je cherche à amener le public à comprendre avec le cœur. Mon art est un panneau indicateur qui aide les spectateurs dans leur quête spirituelle.
L’une des œuvres phares de cette exposition est la roue de médecine amérindienne. La roue est composée de 7 couleurs dont le vert pour la terre et le bleu pour le ciel. Lorsque l’on mélange ces deux couleurs, on obtient du turquoise, la couleur symbolisant le serpent à plume. Le serpent est une analogie avec le déroulement de la vie humaine qui est faite de serpentassions : pour grandir, le serpent doit se défaire de sa peau afin de s’alléger et de mûrir. La roue de médecine amérindienne en elle-même est un message du cœur : son centre représente le cœur de l’Homme. Tout ce que je présente va vers ce message : la voix du milieu et la voix du cœur.

Q. Pouvez-vous nous expliquer le concept de cette exposition ? Y a-t-il une œuvre en particulier que vous souhaitiez faire découvrir au public coréen ?

R. Cette exposition « De l’Infini au Centre » ou « La Voix du Milieu » montre que si une multitude d’éléments nous différencient, nous nous rapprochons aussi par notre volonté de nous alléger, comme le serpent à plume, pour nous rapprocher du centre. L’objectif de cette exposition, et de la vie de manière plus générale, est d’arriver à ce que les Hommes sortent de leur ego et de leur « moi » pour arriver vers quelque chose de plus universel.

thierry16Les œuvres ont toutes une histoire intéressante car elles ont été créées spécialement pour cette exposition et n’ont donc jamais été exposées ailleurs. Néanmoins, nous avons choisi de mettre en avant « Sous le soleil Jaguar »  qui a servi pour l’affiche officielle de l’exposition. C’est la première œuvre que j’ai réalisé pour cette exposition. Dans cette toile, il y a des références à la Corée, au jaguar, au soleil, à l’infini et au centre. C’est une œuvre qui contient du phosphore car il matérialise les ombres : dans l’obscurité, les ombres deviennent de la lumière. Il faut prendre le temps de s’arrêter et de regarder les détails dans un monde où tout va vite.

La roue de médecine amérindienne est également à voir. J’y ai aussi intégré des éléments de la culture coréenne comme les 4 trigrammes du drapeau coréen.

Q. Votre exposition a lieu dans le cadre de l’Année France-Corée, qu’est-ce que cela représente pour vous de pouvoir mettre en lumière une partie assez peu connue de la France (les territoires d’Outre-Mer) sur une plateforme internationale ?

exposition, Année France-Corée

L’artiste Jocelyn Akwaba-Matignon avec l’Ambassadeur de la France en Corée, Fabien Penone

R. Je suis ravi de pouvoir présenter « De l’Infini au Centre » en Corée car c’est toujours intéressant de voir la manière dont on est perçu à l’étranger. Je sens que même le peuple guadeloupéen est fier de cette exposition qui apporte un élément de beauté à cette Année France-Corée. Je remercie l’Institut Français et la Korea Foundation Gallery qui ont beaucoup travaillé pour faire de ce projet une réalité.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.