Le président de PwC France présente les résultats de la 22e enquête mondiale des dirigeants d’entreprise.

2019 May 15

Par Delphine de Castelbajac

Le 26 Avril, la FKCCI a accueilli M. Bernard Gainnier, Président de PwC France, lors d’une rencontre petit-déjeuner afin de discuter des résultats du 22ème sondage mondial auprès des dirigeants d’entreprises (« Global CEO survey »). Basé sur les réponses de plus de 1300 dirigeants, l’enquête révèle une baisse de confiance considérable de la part des PDG en ce qui concerne les perspectives économiques pour 2019. 

Les conflits commerciaux, les bouleversements politiques et le ralentissement prévu de la croissance économique mondiale ont accru le sentiment d’incertitude. En effet, la baisse du commerce international et la bataille commerciale entre la Chine et les États-Unis ont amoindri la confiance des dirigeants en ce qui concerne l’avenir de l’économie mondiale. Les chefs d’entreprise sont préoccupés par la réglementation excessive à travers le monde et par la disponibilité des compétences clés pour répondre aux besoins du marché. En effet, l’essor de la technologie a rendu plus difficile, pour les PDG, de recruter les bonnes personnes possédant les compétences requises. Les entreprises doivent trouver la capacité d’inclure la technologie dans leurs produits et services pour leurs clients. Par conséquent, ce nouveau défi nécessite des investissements substantiels afin d’éduquer et de former les employés à être plus ouverts, innovants et collaboratifs tout en tenant compte des questions environnementales. Ainsi, l’ensemble des compétences ciblées doit être modifié et mis en perspective.

De plus, les politiques gouvernementales, les conflits commerciaux et les incertitudes géopolitiques ont également eu un impact considérable sur le comportement des entreprises. Il est nécessaire pour celles-ci de trouver le moyen d’être à la fois globales et locales. Cela signifie de trouver le moyen de se coordonner dans leur manière de commercer en intégrant la technologie tout en étant capable de travailler avec les autochtones et de comprendre le marché local ainsi que les politiques et réglementations du pays.

Les inégalités suscitent l’inquiétude des dirigeants

Après la seconde guerre mondiale, la pauvreté a diminué mais la classe moyenne des pays développés subit une pression croissante. En effet, l’économie est plus globale et la technologie a perturbé les chaînes d’approvisionnement. De nos jours, l’Asie est en plein essor et reste la meilleure zone pour investir, entraînant ainsi un transfert massif de capitaux et des activités de l’Ouest vers l’Est et plus particulièrement vers la Chine. De ce fait, la classe moyenne conteste le système actuel dans lequel la croissance ne profite qu’à un nombre limité de personnes, malgré la croissance mondiale.

« Les grandes entreprises doivent se demander : faisons-nous partie du problème ou de la solution ? » a déclaré M. Gainnier. Concernant ces problèmes d’inégalité, ce dernier a souligné la nécessité pour les grandes entreprises de passer d’une économie à but lucratif à une économie davantage axée sur les questions sociales et environnementales. Afin d’être reconnues comme de bons investisseurs et des citoyens responsables, les grands groupes doivent se mettre au service de la société dans une perspective plus large. PwC estime que différentes mesures peuvent être prises pour faire face à ces problèmes, telles que la protection des employés dans leur travail. L’un des principaux défis des entreprises consistera à former leurs employés, non seulement dans le domaine de la technologie, mais également dans la manière de travailler ensemble, car aujourd’hui la technologie permet de décider et de changer la façon dont l’organisation est gérée.

Que signifie avoir un but en tant qu’entreprise ?

« Si vous voulez attirer des gens, vous devez leur donner une vision, non seulement à but lucratif, mais également pour les questions environnementales, y compris la manière dont vous vous comportez en interne en termes de valeurs, car les attentes des jeunes sont différentes. Pour être considéré comme faisant partie de la solution en tant qu’entreprise, vous devez recruter les bonnes personnes, avec les bonnes valeurs et buts pour la société. » a mentionné M. Gainnier. Enfin, le conseil que PwC souhaite donner aux gouvernements consiste à introduire davantage de politiques locales afin d’éviter le sentiment de déconnexion entre la population et les politiques mondiales des gouvernements. La notion d’avoir un but pour l’économie doit également être réorientée, ce qui changera la façon dont les entreprises feront du commerce à l’avenir.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Comments are closed.