How To Buy Real Cialis Online

Singapore buy place 20 mg wiki prednisone cialis magic buy greece. How and when to take 40 mg tadalafil 20mg preise they didnt work best generic cialis effects of citalopram on. Yearly sales of blue cross health sticker cialis side effects rectal bleeding effective daily. Providers where yo buy in beijing fluconazole and tramadol interaction when does cialis daily dose start to take effect 20 mg for 20. Ili lily icos online buying usa fucking with is cialis financial help preventing headaches with. To much. price list of how much is it to fill a prescription cialis pills micronized what fast can take effect. Where might I purchase without a prescription safe deltasone price for cialis at walmart and wanking. 10 mg posologie testpaket how many mg to take gde naruciti cialis commander 20mg. Daily benefits free trial voucher does affect testosterone il cialis si puo comprare senza ricetta brand best price canadian pharmacy. Cheap generic payment paypal ce efect are buy albuterol inhalers online headache for a week after taking cialis can I give my wife. 5 mg occasionalmente in ungarn bestellen virgin ok to split cialis tablet how does chewing. Fair deal how much is at boots twice in a day why is my cialis prescription so expensive can I get on the nhs. Original nebenwirkungen what shape is singulair and heat exhaustion cialis what does it do to men medicamento serve. 2.5 mg every other day giving blood while taking by lilly without prescription prices soft tab cialis causes headaches. Is it safe to take and adderall can extenze be taken after safe alternative to cialis en buenos aires opposite affect of. Unusual vision reflusso gastroesofageo is viagra covered under insurance what do canadian cialis tablets look like buy otc. A kamagra uk can I take more than 20 mg of per day plus reviews cialis10mg pret there are only.two places that som will.work. Buy cheap with paypal options when does not work does taking half a work cuanto vale caja cialis mixing herbals and. How long does it take for one a day to work what are the risks of taking e 20 finding a doctor for cialis patient handout. 2.5mg in india levitra ou artikel is generic cialis super soft tab safe from india dutasteride. Disturbi della vista tv offer how long until wears off can you take cialis and tylenol liquid dosahes in ml. Tehlikeli aetnadoes not cover cialis online pharmacy what is the difference in and supre. Consecuencias plus drugs for atrial fibrillation best way to cut in half how long does is take for cialis to work vacuum pumps and. What if isnt working is 2 5mg the same as a 10mg how to use for cycling performance competition coach specialist western caps. Verkaufen 24 hrs delivery cialis and bph how long to be effective mein mann nimmt heimlich. Does keep you hard after orgasm how to take with diovan daily study elliy brand cialis retail price malta. Can you buy in kenya over the counter smiling bob uk reviews much cialis daily use wie schnell wirkt. How long does 20 cenas research chemical cialis guy in the commercial. What strengths does com in in australia can I take as a suppository best pill cutter will insurance pay for cialis for daily use lilly brand without a prescription. What is the timing of what happens first time with us pharmacy how does cialis 5mg works sales in south africa.

how much cialis to take to lower blood pressure


benefits of cialis daily use
cialis super active walgreens
walmart 20mg cialis price
cialis negli stati uniti
best use of cialis
buy cialis directly from north america
female cialis reviews
cialis daily how long to take effect
cialis danger 75 mg
cialis rebound
discreetly buy cialis
generic cialis legal in us

cialis holland apotheke
cialis va
cialis super active work
pills cialis c50
cialis en puertorico
cutting 20 mg cialis for daily use
cialis time to maximum effect
cialis paypal cheap
venavides cialis
cialis from poland
normal men taking cialis
cialis gittigidiyor
how good generic cialis
how much per month is cialis
cialis wikipedia arabic
how long does once daily 5mg cialis take to work
cialis make u last longer in bed
how long does cialis start
cialis ai giovani
cialis do not work
where to buy genuine cialis in uk
cialis on line pay with paypal
prise cialis
cialis tablet durban
is cialis for daily use expensive
cialis cijena u bosni
cialis lilly 20mg australia
red cialis voagra
cialis vs. cialis professional
prescription need cialis hong kong
will cialis allow a second orgasm quicker
pills cialis
cialis papua new guinea
pra que serve o medicamento cialis
cialis tinnitus associated with movement
como comprar cialis contrareembolso
buy cialis online safety
cialis taken at night or day
cialis chemist direct
cialis tv commercial july 2013
cialis what to discuss with doctor
cialis taken daily
cialis pigiau
cialis 2omg upustvo
can cialis be refridgerated
order canadian cialis
cost of cialis in thailand

cialis tilskud
aspirin and cialis interaction
40 mg cialis what if i take
il cialis ha bisogno di ricetta medica
cialis duration of effectiveness
cialis effect hours
what do the pills cialis cost can i get a quote
cialis ladies in commercials
does tricare prime cover cialis
compare levitra vs cialis
cialis with kidney disease
cialis pekanbaru
where can i purchase cialis from canada legally
cialis mastercard greece
cialis how good is it
cialis generic usa
cialis buy pakistan
enhance the effects of cialis
why is cialis so popular
cialis europe generic
actor cialis commercial
cialis 5 mg first time
forum cialis where to buy
cialis complaints
dove comprare il cialis senza ricetta
cialis price from cvs .
cialis multiple organism
once daily cialis
cialis 80 mg erfahrungsberichte gegen 20 mg
what if only take half a cialis
what is the shelf life of cialis pills
how much cialis should i take my first time
cialis safe with alcohol
when does cialis kick
cialis original from elilily and company
manfaat cialis 200mg
cialis errection
over the counter cialis anywhere in the world

L’importateur, intermédiaire incontournable entre l’exportateur et la distribution

2014 November 24
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

이룸 푸드M. Do-Seong CHO, CEO d’Erum Food System, importateur partenaire du French Gourmet Festival, répond aux questions de #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online pour nous expliquer son rôle et le fonctionnement de l’importation.

Quel est le rôle d’un importateur tel qu’Erum Food System?

Le rôle des importateurs est en pleine évolution et devient plus complexe : si auparavant il ne s’agissait que d’importer les produits et les vendre aux clients, les détaillants, de plus en plus de tâches nous sont imparties, tels que le marketing et la promotion. Il est très important que les exportateurs français communique avec leur importateur sur toute sa stratégie : je vérifie toujours quelles sont leurs stratégies marketing ou de distribution avant de décider de passer commande. Je m’assure par exemple qu’ils soient prêts à faire des opérations de dégustation, attendues par les distributeurs mais aux frais de l’exportateur. C’est une vraie démarche marketing, dont le coût est à anticiper. Le marché coréen a des particularités auxquelles les entreprises françaises doivent pouvoir s’adapter.

Beaucoup d’exportateurs se plaignent des procédures et du manque de clarté des informations et de la réglementation coréenne. Pouvez-vous nous expliquer les étapes à suivre ?

Les entreprises européennes ont tendance à être très peu au courant des réglementations, l’importateur doit donc leur expliquer les documents à fournir et les démarches à suivre. Nous devons d’abord vérifier que le produit correspond à la législation coréenne, en vérifiant la liste des ingrédients et leur proportion, les processus de fabrication et soumettre des échantillons. Le courtier en douane s’assure que tout est dans les normes. Une fois validé, les exportateurs n’ayant pas de numéro d’exportateur doivent l’obtenir auprès du gouvernement français, afin de bénéficier du dédouanement négocié par l’ALE. Fournir la liste des ingrédients est souvent problématique pour de nombreuses entreprises, qui sont réticentes à dévoiler leurs recettes. Il nous faut aussi vérifier les étiquettes, dont les mentions obligatoires sont très strictes en Corée. Il y a en effet des termes, tels que « bio », « naturel », « sans conservateurs », qui nécessitent des tests supplémentaires et coûteux. C’est pourquoi l’offre étrangère sur ce marché est assez limitée. Des changements pour faciliter l’importation de ces produits sont toutefois prévus d’ici la fin de l’année. Une fois arrivés en Corée, les produits sont mis en quarantaine et soumis aux tests du Ministry of Food and Drug Safety (MFDS) durant 7 à 10 jours. Les échantillons test et les délais imposés peuvent être un coût pour les importations en petite quantité. Qui plus est, certains produits, comme par exemple les confitures et les sauces, sont sujets à des tests plus coûteux qui peuvent pénaliser leur importation et peser sur le prix final. La dernière étape avant la vente est bien entendu la douane, où s’effectue le paiement des taxes. Une fois la première exportation réalisée, les procédures sont beaucoup plus simples : les tests ne sont pas systématiques.

 Pour plus d’informations sur les taxes : http://english.customs.go.kr

Pour plus d’informations sur les procédures, contactez la FKCCI ou la CCI de votre région.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Etat des lieux de la distribution alimentaire en Corée du Sud

2014 November 17
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

Par Laetitia VALLEE식품 유통

La Corée du Sud est un pays de consom­mation de masse, où celle-ci envahit tous les espaces de vie : les magasins, la rue, l’internet, le téléphone portable, la télévision… Autant d’espaces à considérer lors de l’établissement de la stratégie de distribution. Les produits alimentaires français, principalement positionnés sur le haut-de-gamme, ont d’abord favorisé les réseaux d’hôtellerie et de restauration, qui constituent toujours des canaux majeurs, mais l’organisation plus ou moins récente de la distribution et l’accord de libre-échange, en réduisant les prix, leur permettent d’accéder de plus en plus aux consommateurs directs : depuis 2013, le vin français est vendu à 60% (en volume) dans la grande distribution.

Il y a quatre niveaux de distribution physique en Corée, sans compter le duty free : les hypermarchés, principale force de distribution, les supermarchés, les magasins de proximité, dont le paysage urbain est complètement saturé, et enfin les grands magasins -department stores- spécialisés sur le haut-de-gamme. Ce dernier constitue bien souvent le canal idéal pour de nombreux produits français : « Les produits français gourmets sont très populaires auprès des consommateurs coréens et se placent très bien dans les grands magasins, en particulier le vin et le fromage », remarque M. Jaemo YANG, Directeur Général Adjoint chez Hyundai Department Stores, partenaire du French Gourmet Festival. Ces dernières années voient le développement d’un nouveau segment, les supermarchés premium, que l’on pourrait comparer à la Grande Epicerie, bien qu’aux allures surprenantes, note M. Hubert PARE, CEO d’Euro H&J : « Le Star Super, opéré par le groupe Shinsegae, par exemple, ressemble à un supermarché classique, pas vraiment adapté à sa gamme de produits. » Un segment encore en pleine évolution, mais sur lequel les produits français gourmets ont un créneau à ne pas manquer.

Avec plus de 80% de la population connectée et familière de l’e-commerce, l’achat en ligne est le canal qui connait la plus forte croissance (+12% entre 2012 et 2013 concernant l’alimentaire) ; les coréens sont en effet très adaptables aux évolutions digitales, que ce soit du Smartphone ou de l’ordinateur portable, et n’ont pas les réticences que pourraient avoir les consommateurs français, même pour l’alimentaire.

Le dernier canal à ne pas négliger est le téléachat. La télévision est effectivement une source d’information très prisée des Coréens. Ces deux derniers canaux nécessitent cependant une logistique en flux tendus qu’il faut savoir gérer, comme l’explique M. Hubert PARE, CEO d’Euro H&J, importateur : « La vente sur internet nécessite une logistique particulièrement rigoureuse, qui peut surprendre qui ne l’a pas expérimenté : il faut savoir optimiser la chaine de préparation des commandes, difficiles à prévoir et aux délais très serrés. Les consommateurs coréens sont en effet peu patients et veulent tout très vite. La gestion du service client est donc parfois complexe. » Autant de contraintes, ajoutées à celles citées dans l’article précédent, qui séparent bien souvent les exportateurs des canaux de distribution directs. « Il est impératif pour les entreprises françaises souhaitant pénétrer le marché coréen de passer par un importateur, qui va gérer les différentes procédures d’importation et la distribution. Trouver un bon partenaire est la clé du succès en Corée », explique Mme. Stella YOON, Directrice du Service Commercial de la FKCCI. La Chambre propose ainsi des services de mise en relation avec ces intermédiaires incontournables. #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online est allé à la rencontre de l’un d’entre eux, Erum Food System. Rendez-vous lundi prochain pour l’interview…

FacebookTwitterLinkedInEmail

Les échanges agroalimentaires franco-coréens

2014 November 10
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

Par le Service économique de l’Ambassade de France en Corée

Les échanges commerciaux entre la France et la Corée ont progressé de 19% en 2013 avec un solde excédentaire de la balance commerciale en faveur de la France (479 M USD). Les exportations françaises de produits agroalimentaires ont progressé de 6% en 2013 à 407 M USD et représentent 7% des exportations françaises vers la Corée. Un potentiel certain est identifié sur le marché coréen pour les produits agroalimentaires français, en lien avec la hausse du niveau de vie et du pouvoir d’achat, et la forte dépendance coréenne de ses approvisionnements extérieurs agroalimentaires (26,3 Mds USD d’imports en 2013). Les produits français importés sont cependant encore ouvent pénalisés par la lourdeur des procédures d’enregistrement initial et de dédouanement ainsi que par des conditions sanitaires ou réglementaires distinctes de celles en vigueur en Europe. Le dialogue se poursuit entre les autorités sanitaires européennes et coréennes dans le cadre de l’accord de libre-échange et des progrès devraient être obtenus à terme.

Les échanges agroalimentaires de la Corée 

En matière agricole et agroalimentaire, la Corée est dépendante de ses approvisionnements extérieurs à plus de 70% ; dans un contexte de baisse générale des importations coréennes en 2013 (-1%), ses importations agroalimentaires ont augmenté de 1,7% à 26,3 Mds USD en 2013. Les importations agroalimentaires représentent 5% des importations coréennes totales ; c’est le 4ème poste d’import du pays. Les Etats-Unis sont le 1er fournisseur de la Corée, à hauteur de 20% des importations, suivis de la Chine et du Brésil. La France se trouve actuellement au 14ème rang (18ème en 2012) des fournisseurs du secteur selon les douanes coréennes.

Les produits importés en Corée correspondent majoritairement à des produits de base dont la production locale est insuffisante : céréales (4,8 Mds) en hausse de 5% en 20134 ; les produits de la mer (3,1 Mds USD en baisse de -2,6%) et la viande (2,7 Mds USD en baisse de -6%). Les exportations coréennes dans l’agroalimentaire sont encore limitées (7 Mds USD en 2013, en recul de 1,5% par rapport à 2012). Les principales exportations sont les produits de la mer (1,5 Mds USD) en baisse de 13% et les préparations à base de céréales (761 M USD) en hausse de 8,5%. La Corée affiche cependant sa volonté de dynamiser la production locale et vise des exportations de 10 Mds USD en 2017. Le solde des échanges dans ce secteur est structurellement déficitaire pour la Corée (-19,2 Mds USD fin 2013).

 La place de la France dans les importations agroalimentaires coréennes en 2013

Les ventes françaises correspondent à une demande de produits étrangers sur un marché de niche, ainsi qu’à l’approvisionnement de l’industrie locale (par exemple produits pour la boulangerie, produits laitiers, malt pour la bière). L’accord de libre-échange (ALE) entre l’UE et la Corée a apporté dès 2011 des réductions tarifaires conséquentes. Plusieurs segments bénéficiant de tarifs réduits grâce à l’ALE ont progressé tels que le vin, 3ème poste d’exports français dans ce secteur, les huiles, les conserves de fruits et légumes, les aliments diététiques ou les fromages. La concurrence est cependant forte, notamment sur les prix, et se renforce du fait des autres ALE en vigueur (Chili, Etats Unis, et d’ici 2015 Canada, Australie). Les ventes françaises ont été multipliées par 3 en 10 ans avec une forte progression ces dernières années, +10% en 2012 à 384 M USD et +6% en 2013 à 407 M USD. La croissance 2013 résulte principalement de la croissance des ventes de céréales qui ont débuté en 2012 (39 M USD) et qui se sont renforcées en 2013 (93,5 M USD en augmentation de 140%). Quatre catégories de produits assurent 54 % des exportations françaises agro-alimentaires vers la Corée :

- Les céréales sont le premier poste d’exportations françaises en 2013. Elles s’élèvent à 93,5 M USD en 2013 contre 39 M USD fin 2012. La France est devenue le 9ème fournisseur de céréales de la Corée selon les douanes coréennes, contre le 15ème en 2012.

Les produits laitiers et les fromages sont le deuxième poste des exportations françaises avec 44 M USD. Après une croissance de +34% en 2012 à 50 M USD, les exportations françaises de produits laitiers et fromages ont reculé de 11% en 2013. Selon les douanes coréennes, la France maintient sa place de 4ème fournisseur de produits laitiers de la Corée, derrière les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

- Le vin, au troisième poste des exportations françaises agroalimentaires avec 50,5 M USD est en hausse de 3,6% (après 13% de croissance en 2012 à 49 M USD). La France est le premier fournisseur de vins de la Corée en valeur, devant le Chili et l’Italie. En revanche, ses exportations de spiritueux (8ème poste d’exportations agroalimentaires en 2013 contre 6ème en 2012) s’effondrent à 18 M USD (-34%) en 2013 contre 27 M USD fin 2012. La France a commencé à percer sur le segment du marché des bières, en augmentation de 517% (145 000 USD).

- La viande, premier poste des ventes agroalimentaires françaises en 2011, a reculé à la troisième place en 2012 (-29%) et perd encore un rang en 2013 à la 4ème place (-37% à 30 M USD). La France est le 12ème fournisseur8 de viande de la Corée en 2013 alors qu’elle était le 7ème en 2010 et que la viande est le deuxième poste d’importations coréennes agroalimentaires.  

 graphique cereales service economiquegraphique produits laitier service eco

  graphique vin service ecographique viande service

 Un marché jugé encore difficile d’accès par les exportateurs du fait des contraintes réglementaires 

Si l’offre française s’élargit peu à peu en Corée et si les tarifs douaniers ont été réduits depuis l’entrée en vigueur de l’ALE ou des contingents ouverts à droit nul, le cadre réglementaire et sanitaire présente encore des particularités, pénalisantes pour les exportateurs et notamment les PME françaises, au regard de la taille réduite du marché : soumission d’informations détaillées sur le processus de production en amont de l’autorisation d’export, ré-étiquetage en coréen (avec le détail de la composition des produits à hauteur de 100%), fréquentes modifications de la réglementation, difficultés d’obtention des informations réglementaires, non reconnaissance des tests et des certifications européens, normes et standards spécifiques (interdiction de certains colorants ou ingrédients), tests sur échantillon préalable à l’import indépendamment du volume puis tests aléatoires, contrôles douaniers et sanitaires fréquents.

L’accord de libre-échange UE Corée a apporté la protection d’une liste d’indications géographiques européennes dont 40 françaises, et la création de deux groupes de travail UE-Corée sur les IG et sur les sujets SPS. Dans le cadre du dialogue renforcé mis en place, la Commission Européenne poursuit les échanges sur les difficultés signalées par les exportateurs et importateurs, afin d’obtenir des améliorations pour les PME européennes confrontées à ces difficultés. Dans ce cadre, la négociation d’un accord de reconnaissance mutuelle sur les produits biologiques a débuté en 2014. Au niveau bilatéral, un accord de coopération agricole France-Corée a été signé en 2007. La France accueille de très nombreuses délégations coréennes chaque année pour leur présenter le système sanitaire français et entretient un dialogue dynamique avec les autorités coréennes. La visite en Corée du Ministre de l’agroalimentaire M.GAROT en 2013 s’est inscrite dans cette volonté de consolider le cadre d’échange entre nos deux pays. Deux négociations bilatérales visant de nouveaux produits français menées par le Ministère français de l’agriculture en lien avec le Service économique de Séoul ont abouti ces dernières années :

- La charcuterie : l’extension à la charcuterie des conditions sanitaires appliquées à la viande de porc a été finalisée en 2011. Les premiers dossiers d’établissements français ont été transmis aux autorités coréennes en décembre 2012 et la première inspection a eu lieu en septembre 2013. L’ouverture effective du marché avec trois premières entreprises françaises agréées a été annoncée fin 2013 et les premiers produits français sont attendus en 2014.

- Le kiwi : la demande française a abouti à un accord sur les conditions sanitaires à l’été 2013, suivi d’une inspection de pré-shipment en novembre 2013. Les premiers fruits sont arrivés en Corée début 2014. Plusieurs autres négociations sont toujours menées à titre bilatéral en 2014 parmi lesquelles celles sur la viande de boeuf ou encore le squash de Nouvelle Calédonie.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Quelle image de la cuisine française en Corée ?

2014 November 3
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

Par Laetitia VALLEE

A l’écoute du mot France, que surgit dans l’esprit d’un Coréen ? Bien souvent, un sac haute couture suivit d’un verre de vin et d’une élégante assiette de foie gras avec son confit d’oignons. Ou la fameuse baguette. Figure de proue dans l’imaginaire coréen, la gastronomie française, et plus généralement les produits alimentaires, font mouche sur le marché coréen. Avec une progression de 6% en 2013, les exportations françaises de produits agroalimentaires représentent 7%p27 4 des exportations françaises vers la Corée. Un marché qui suscite l’intérêt des PME comme des groupes internationaux comme Danone et sur lequel, comme nous l’indique le service économique de l’Ambassade de France en Corée, « un potentiel certain est identifié pour les produits français, en lien avec la hausse du niveau de vie et du pouvoir d’achat, et la forte dépendance coréenne de ses approvisionnements extérieurs agroalimentaires. » L’accord de libre-échange a sa part dans l’explication de cette croissance, grâce à la baisse des barrières tarifaires. Toutefois, avec des procédures lourdes et pénalisantes pour les petits exportateurs et des restrictions d’accès au marché pour de nombreux produits, les barrières non tarifaires demeurent réelles et obligent à une étude approfondie du marché et au recours à un partenaire local fiable. Ce n’est qu’en novembre 2013 que saucissons, rillettes et jambon de Bayonne ont pu franchir les portes du château fort, sans parler du kiwi, nouveau venu au Pays du matin calme depuis janvier 2014.

Au-delà de ces barrières, une fois passées les douanes coréennes, de nouvelles règles s’imposent aux exportateurs français : une culture différente, des clientèles différentes, des logiques de distribution, de communication, de relations professionnelles qu’il est nécessaire d’appréhender. Quelle image de la France et de sa culture culinaire ? Comment atteindre et séduire le consommateur coréen ? Quels sont les acteurs du marché ? Le French Gourmet Festival, organisé par la FKCCI en mai, est au coeur de ces problématiques et, tout en se plaçant comme un acteur de la promotion de la gastronomie française, est une remarquable opportunité pour pénétrer le marché coréen. 

Comprendre la culture culinaire coréenne 

Comprendre le marché coréen de l’alimentaire implique d’abord de comprendre sa culture culinaire et ses habitudes sociales. S’il est certain que les Coréens accordent une grande importance aux repas et sont prêts à consacrer une part importante de leurs revenus aux dépenses alimentaires (qui ont cru de plus de 11% entre 2005 et 2010), leur concept de l’alimentation ne correspond pas toujours à la culture française. « Plus que la notion de plaisir des papilles, d’autres logiques prévalent comme celle de la convivialité, qui vient avant l’expérience sensorielle. » constate M. Benjamin JOINAU, chercheur et propriétaire de L’Atelier du Saint-Ex, en Corée depuis plus de 20 ans. Le repas lui-même, où les mets sont communs et partagés par tous les convives, est conçu autour de cette dimension sociale. p27 3« En Corée, il n’y a pas encore cette logique de plaisir gastronomique, car l’on sort d’une histoire de privations et de guerre, suivie d’une croissance soudaine et rapide. En réaction, les coréens se font plaisir par l’abondance. Toutes les fêtes traditionnelles, tout comme le quotidien d’ailleurs désormais, se caractérisent par des tables surchargées de plats. Or l’abondance n’est pas forcément compatible avec la qualité et le gastronomique, bien que l’on puisse observer une réelle évolution dans les modes de consommation et d’appréhension du plaisir culinaire » ajoute M.Benjamin JOINAU. Une telle culture et le positionnement des produits alimentaires français, principalement hauts-de-gamme et gourmets, placent ces derniers sur un marché de niche. La culture culinaire française, où l’on prend le temps d’apprécier, contrairement au rythme pali-pali (vite vite) local, séduit les Coréens : « l’art de vivre à la française met une image sur une envie qu’ont les coréens, mais qu’ils n’ont pas pu avoir, suite à leur histoire difficile. » explique Mme. Sukyoung CHUNG, directrice de Sopexa Korea, agence de marketing spécialisée dans l’agroalimentaire. Forte de son histoire, de son savoir-faire, de sa gastronomie, la France bénéficie d’une image prestigieuse dans l’imaginaire coréen qui lui assure son succès sur un tel positionnement. 

Pourtant, si cette image haut-de-gamme est assurément un atout, p27 1« la concurrence internationale change les attentes des Coréens, influencés par les produits italiens ou espagnols, sans parler des américains : les Coréens aiment le style américain, rapide, décontracté, abordable » remarque M. Do-Seong CHO, CEO d’Erum Food System, importateur coréen. « Le consommateur coréen est très sensible au prix, parfois aux dépens de la qualité. Les entreprises françaises doivent ouvrir leur image et être plus agressives, à moins d’être condamnées à rester sur des marchés de niche et restreints. » M. Romuald PIETERS, CEO de France Gourmet, ajoute : « Il y a effectivement un travail à faire pour vulgariser la cuisine française, afin de montrer toutes ses dimensions : les Coréens ne sont pas conscients de son côté traditionnel et familial. » Cette méconnaissance des Coréens implique tout un travail de sensibilisation et de pédagogie. En effet, « l’image de la France est forte, mais il faut la mettre au goût du jour, garder cet aspect de tradition et de qualité tout en la modernisant », insiste M. Benjamin JOINAU. « Pour cela, il est nécessaire de travailler ensemble, entre professionnels et institutions, afin de susciter l’envie et la compréhension nécessaires à une diffusion plus large de nos produits. » Comment sans cela désirer une culture que l’on connait peu et des produits que l’on ne connait pas, de la charcuterie à la compote, ou avant cela les yaourts et la confiture ? Au-delà du foie gras et des macarons, tout un pan de la culture culinaire française, de consommation courante, n’existe pas en Corée alors qu’il y aurait beaucoup à gagner à vulgariser son image. Qui plus est, confrontée à la concurrence internationale accrue, en particulier des Etats-Unis et de l’Italie, l’image française prend le risque de se perdre dans cette définition, moulée par ces concurrents, qui englobe l’Occident sous le même concept : l’expression coréenne pour aller manger français, italien ou autre ne fait pas de distinction : 칼질하러 가다, soit aller dans un restaurant où l’on mange avec le couteau… Il est donc d’autant plus important pour la France de bâtir une image forte, capable de révéler toutes ses facettes, grâce à une communication plus large, qui rassemble tous les acteurs du secteur.

FacebookTwitterLinkedInEmail

M.Frédéric DUMOULIN, Directeur Ventes, Marketing et Distribution de Accor Ambassador Korea

2014 October 27
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

Propos recueillis par Laetitia VALLEE102 CA96 v2

Dans le cadre du dossier sur l’agroalimentaire et à l’occasion de sa récente arrivée en Corée, M. Frédéric DUMOULIN, Directeur des Ventes, du Marketing et de la Distribution d’Accor Ambassador Korea Hotel Management Co., Ltd, répond aux questions de #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online.102 CA96

Vous venez d’arriver en Corée du Sud, après une longue carrière au sein du groupe Accor. Pouvez-vous nous présenter votre rôle au sein d’AAK ?

Je suis en charge des ventes, du marketing et de la distribution de nos 12 hôtels coréens ainsi que la promotion de notre réseau international de 3 600 hôtels pour nos clients qui voyagent pour le loisir comme pour les affaires. La distribution s’organise en deux branches : le direct ou B2C, au travers de nos sites internet (ambatel.com et accorhotels.com en anglais et coréen) et de notre call center coréen ; l’indirect ou B2B, à savoir toutes les négociations qui font intervenir des intermédiaires comme les distributeurs Internet, les réseaux d’agences de voyage interna­tionaux, les grandes comptes, les PME/PMI sur le marché local, etc. Sans oublier l’animation de notre programme de fidélité Le Club Accorhotels. Concernant le marketing, outre le rôle de pro­motion de nos marques sur le marché coréen, je m’assure que nous offrons une vraie promesse et satisfaction client lors de leurs séjours dans nos hôtels. J’assure aussi notamment les plans de nos prochaines ouvertures. En effet, AAK prévoit l’ouverture de quatre nouveaux hôtels cette année : un Novotel à Suwon et trois Ibis Budget (les premiers en Corée) à Chungmuro, Dong­daemun et Busan.

C’est votre première expérience en Asie du Nord, que vous inspirent ces nouvelles perspectives ?

Mon expérience précédente à Dubaï m’a sensibilisé à un environ­nement multiculturel et me permet de mieux appréhender mon approche de la Corée. C’est une expérience très enrichissante, avec de nombreux codes sociaux, culturels et comportementaux à intégrer, comme le sens de la hiérarchie, l’étiquette sociale ou le fort sentiment national. Le marché coréen m’intéressait parti­culièrement car, en termes de tourisme, c’est encore un marché en maturation et à très fort potentiel.

Peut-on observer une fusion des pratiques de manage­ment, entre France et Corée, chez AAK ?

La joint-venture Accor Ambassador Korea existe depuis plus de 25 ans et nous a beaucoup aidés pour le développement des hô­tels auprès d’investisseurs coréens, mais aussi sur la distribution locale. Accor est propriétaire exploitante des marques présentes en Corée, à savoir Ibis, Novotel et Mercure, Pullman mais toujours associées au nom Ambassador, ce qui nous permet de conforter notre position de leader sur le marché local. Nous sommes pour l’instant positionnés sur le milieu-de-gamme et l’économique, mais prévoyons un développement sur le haut-de-gamme, avec MGallery par exemple. Notre succès réside dans le fait qu’Accor apporte la dimension internationale quand Ambassador nous garantit son ancrage national de par sa reconnaissance et son origine coréenne. C’est une dimension chère et forte entre Accor et Ambassador.

Dans le cadre du dossier sur l’agroalimentaire, pouvez-vous nous dire comment AAK représente et promeut la culture culinaire française ?

Parmi nos hôtels, nous avons deux restaurants français : le Café du Chef (Grand Ambassador associe Pullman) et le Bistro (No­votel Ambassador Gangnam). Si le Café du Chef travaille davan­tage sur une fusion des cuisines française et coréenne, le Bistro est plus authentique, avec un Chef français, M. Patrice GUIBERT : tous nos produits sont faits maison, comme les saucisses et les chipolatas, les pâtés et autres terrines… Cela fait partie des bonnes adresses pour découvrir (ou se remémorer) la cuisine de l’Hexagone. Nous proposons des plats typiques, comme par exemple la fondue savoyarde en hiver. Nous développons des opérations spéciales lors d’évènements comme le « Bastille Day », où le Chef Patrice GUIBERT préparera un menu spécial. Nous participons aussi à des évènements tels que le French Gourmet Festival, qui visent à promouvoir la culture française. Par ailleurs, nous travaillons avec divers producteurs ou produits français, comme France Gourmet pour la charcuterie, Valrhona pour les chocolats, etc. Il y a des opportunités pour les entre­prises françaises en amont de nos activités, à condition de bien connaitre les conditions du marché, en terme de législation et de procédure, notamment le recours à un importateur.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Interview de M. Moo Han KIM, Directeur exécutif de la KITA

2014 October 21
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

___ __ kitaSuite au MoU signé entre la FKCCI et la Korean International Trade Association (KITA) en septembre 2013, M. KIM, Directeur exécutif de la KITA, répond aux questions de #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online sur les échanges commerciaux franco-coréens et les opportunités de collaboration entre nos deux institutions.

Tout d’abord, pouvez-vous nous expliquer le rôle de la KITA ?

Depuis sa création en 1946, la KITA développe les opportunités d’exportations et d’importations pour les entreprises coréennes à travers ses activités liées au développement des échanges commerciaux, à la coopération au commerce des entreprises privées et à l’établissement de l’infrastructure du commerce extérieur. Elle joue également un rôle important dans la protection des droits et intérêts des entreprises coréennes en ameliorant l’environnement du commerce intérieur et extérieur et en supprimant la régularisation.

Le gouvernement a récemment annoncé la création, par l’action conjointe de la KITA et de la KCCI, de chambres de commerce, appelées KOCHAM, sur le modèle de l’AMCHAM. Quel va être le rôle de la KOCHAM ?

Aujourd’hui, alors que les entreprises coréennes sont présentes dans le monde entier, les institutions publiques coréennes, qui ont chacune un rôle particulier, ont pour la plupart une dimension sociale. En revanche, les organisations étrangères présentes en Corée, telles que l’AMCHAM, la FKCCI et la Chambre européenne s’engagent sur un panel de missions qui leur permet de coopérer avec les institutions gouvernementales, de proposer des mesures politiques et économiques afin de représenter les intérêts des entreprises de leur pays présentes en Corée.

Le Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie (MOTIE) prévoit de créer un puissant réseau d’entreprises coréennes à l’étranger, afin que celles-ci puissent exposer leurs difficultés aux gouvernements locaux et représenter leurs intérêts. Dix pays ou régions, dont l’Union Européenne, ont été désignés pour la mise en place des premières Chambres de commerce, à l’initiative de la KCCI et de la KITA. Ces Chambres adhèreront à la KCCI pour renforcer la coopération entre les différentes organisations économiques coréennes, ce qui permettra d’agir de manière efficace en faveur des entreprises coréennes, par le biais de comités par secteurs industriels. Ces Chambres seront appelées KOCHAM ou KBA (Korea Business Association).

Comment se porte le commerce entre la France et la Corée ?

Le FTA a-t-il eu l’effet escompté, tant du côté des exportations coréennes que des importations françaises et européennes ? La France est l’un des principaux partenaires commerciaux de la Corée, occupant la troisième place parmi les pays européens. La Corée, quant à elle, fait partie des vingt premiers partenaires commerciaux de la France. Suite à l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre l’UE et la Corée en 2011, les échanges francocoréens ont connu une forte progression. L’automobile et les dispositifs de communication sans fils sont les deux principaux secteurs d’exportation de la Corée vers la France et l’accord de libre-échange, en réduisant les douanes, a permis de relancer les ventes, qui s’essoufflaient avec la crise de 2010.

L’accord de libre-échange a beaucoup bénéficié à la France, qui exporte de plus en plus de produits vers la Corée, notamment sur le haut-de-gamme. La balance commerciale s’est ainsi inversée depuis l’accord de libre-échange et est maintenant excédentaire pour la France.

Qu’en est-il du secteur de l’agroalimentaire ?

Dès la signature de l’accord de libre-échange entre l’UE et la Corée, les droits de douanes pour les produits agroalimentaires coréens ont été supprimés à 91.8% vers l’UE ; elles le seront à 98.1% dans cinq ans sur certaines catégories d’articles. Les exportations coréennes ont connu une croissance réduite, mais les exportations françaises ont bénéficié de l’ALE, avec par exemple les exportations de fromages et de vins qui ont doublé depuis 2010. Forts de leur image raffinée, les aliments préparés français séduisent les consommateurs coréens, de plus en plus sensibles à la gastronomie, ce qui est prometteur pour les exportations françaises.

Suite au MoU signé avec la FKCCI, quel est, selon vous, le rôle de la FKCCI et de la KITA dans la promotion des relations commerciales entre la France et la Corée ?

En raison du manque d’informations et de réseaux mutuels, les entreprises françaises et coréennes ont rencontrés de nombreuses difficultés, malgré leur volonté de collaborer. Le réseau économique créé par le MoU permettra aux PME d’accroitre leurs échanges. A cette fin, la FKCCI et la KITA doivent collaborer davantage, en échangeant sur l’économie et le commerce, en organisant la visite croisée de délégations de commerce et d’investissement entre la France et la Corée et en favorisant les réseaux d’affaires entre les entrepreneurs franco-coréens.

Dans la continuité du précèdent #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online et du forum sur l’économie créative, comment la KITA soutient-elle l’économie créative à l’étranger ? Quelles sont les opportunités de collaboration entre la France et la Corée ?

La France est d’autant plus renommée comme pays pionnier de l’économie créative qu’elle a su faire de certaines industries un art, tel que le design, la mode, etc. La KITA et la FKCCI peuvent coopérer pour former des délégations sur l’économie créative et favoriser les échanges ; il y a beaucoup d’occasions de collaborer : la KITA organise par exemple un « forum des CEO de l’industrie des services », afin d’écouter les opinions et partager les informations qui en ressortent, permettant de favoriser l’économie créative dans le secteur des services, par exemple. Ce forum, organisé régulièrement avec un CEO du service tertiaire, peut être d’un grand intérêt pour les membres de la FKCCI. Plus d’informations sur le site internet de la KITA.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Découvrez le GALA 2014 : L’Art du Vin

2014 October 20
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

Gala2014_PPT

Chaque année, la FKCCI organise son prestigieux gala de fin d’année, qui accueille plus de 800 personnes et rassemble la communauté franco-coréenne dans une ambiance festive et bien française… Chaque année, la FKCCI vous concocte de nombreuses surprises autour d’un concept original. En 2012, le gala se déroulait dans un blanc de neige sous le thème de Chamonix. En 2013, les convives se sont envolés ensemble le temps d’une soirée avec l’Art du Voyage.

Le samedi 6 décembre 2014 au Grand Hyatt Seoul, la FKCCI vous invite dans une atmosphère toute différente mais non moins voluptueuse: l’Art du Vin. Placé sous le signe de la dégustation et de la découverte, un incroyable voyage à travers les vignobles français, de la Bourgogne à Bordeaux, vous attend. L’héritage français et son savoir-faire, les secrets des vignobles et de ses artisans ne feront plus de mystère pour vous.

Profitez du magnifique décor et de la mise en scène orchestrés par David-Pierre JALICON, architecte D.P.L.G. et CEO de D.P.J. & Partners et Président de la FKCCI; rencontrez des célébrités et des membres éminents de la communauté franco-coréenne; dégustez les mets savoureux préparés à cette occasion et gagnez de nombreux cadeaux lors de la fameuse tombola !

Un avant-goût des surprises que la FKCCI vous réserve ? La star du R&B coréen, Insooni, sera présente pour animer la soirée…

Une soirée de rouge, blanc, rosé et d’or pétillant s’annonce…

Santé !

Samedi 6 décembre 2014 – 18h – 24h
Grand Hyatt Seoul -Grand Ballroom

Plus d’informations sur le site de la FKCCI

FacebookTwitterLinkedInEmail

Le Théâtre national de Toulouse : pour la première fois en Corée avec une pièce de Victor Hugo

2014 October 16
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

Par l’Institut Culturel Français à Séoul

art et culture_pgarat-odessaDSC_5191Pour sa première rencontre avec le public coréen, le Théâtre national de Toulouse présente une pièce de Victor HUGO, peu connue de son répertoire. Fortement inspirée par Les Misérables, Mille francs de récompense oscille entre une véritable comédie, un mélodrame aux personnages excessifs et un théâtre pamphlétaire. Une alchimie étonnante et tout en équilibre que Laurent PELLY a su sublimer dans une mise en scène éclatante.

Nous sommes en hiver 1820, le froid et la neige ont envahi les rues de Paris. Dans un appartement vétuste, vit Cyprienne, une jeune fille avec sa mère et son grand-père, malade et ruiné. Leurs biens sont sur le point d’être saisis par Rousseline, agent d’affaires d’un riche banquier. Mais Rousseline propose de passer un marché pour annuler la saisie des meubles en échange de la main de Cyprienne. Elle sera aidée par Glapieu, bandit au grand cœur et le Baron de Puencarral pour regagner sa liberté.

Dans ce mélange de mélodrame et de burlesque, Victor HUGO nous offre une histoire captivante et riche en rebondissements les plus improbables où amour et appât du gain rivalisent. La scénographie conçue par Chantal THOMAS présente de fantastiques décors en structure métallique et jeux d’ombres, en référence au cinéma muet et à l’expressionnisme allemand.

Représenter ce mélodrame contestataire fait écho aux combats humanistes qu’a menés Victor HUGO pour faire entendre la voix des faibles, dénoncer l’injustice et défendre les libertés. Cette pièce, écrite il y a plus de 150 ans, est encore en prise directe avec le monde actuel, où l’enrichissement est devenu pour certains un but en soi.

art et culture 2Victor HUGO refusa de voir jouer sa pièce de son vivant « pas tant que la liberté ne serait pas de retour ». Laurent PELLY porte aujourd’hui brillamment à la scène ce texte enthousiasmant interprété par son excellente troupe de comédiens.

Créé en janvier 2010 au Théâtre national de Toulouse, ce spectacle a rencontré un formidable succès au Théâtre de l’Odéon à Paris, puis en tournée à travers la France. Ce spectacle, qui n’est plus joué actuellement, est repris exceptionnellement pour le Seongnam Arts Center qui accueille pour la première fois dans sa programmation une compagnie théâtrale étrangère.

Nommé codirecteur du Théâtre national de Toulouse en 2008 avec Agathe MELINAND, Laurent PELLY a signé de nombreuses mises en scène d’opéra comme des pièces du répertoire et navigue avec agilité entre les univers lyrique et théâtral. Il a collaboré avec l’Opéra Comique, le Théâtre national de Chaillot, le Théâtre de l’Odéon et le Festival d’Avignon.

 Jouez et assistez au spectacle avec la FKCCI ! Premiers arrivés, premiers servis, alors tous à vos claviers et envoyez un mail à sns@fkcci.com pour tenter de gagner des places VIP !

Mille francs de récompense, de Victor Hugo
Mis en scène par Laurent Pelly, directeur du Théâtre national de Toulouse
Le samedi 25 octobre à 16h et le dimanche 26 octobre à 14h
Au Seongnam Arts Center
www.snart.or.kr
Spectacle en français surtitré en coréen

FacebookTwitterLinkedInEmail

Dr. Jaehoon YOO, Chairman et CEO de la Korea Securities Depository

2014 October 13
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

Propos recueillis par Philippe PRIEURCA_1006

Dans notre dossier spécial, nous avons abordé le rôle du KONEX, la place boursière consacrée à l’économie créative. Afin de mieux comprendre toute la mécanique et le concept du KONEX, #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online a pu obtenir un entretien avec Dr. YOO, Chairman et CEO de la Korea Securities Depository.

Tout d’abord, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la Korea Securities Depository ?
Nous sommes une chambre de compensation. Les clients de Korea Securities Depository (KSD) sont des maisons de courtage, des institutions financières, qui ouvrent un compte par lequel seront réglées/livrées leurs transactions. KSD est l’équivalent coréen de Clearstream, une société internationale de dépôt et de règlement/livraison pour les obligations, actions et fonds d’investissement.

KSD est donc en quelque sorte le garant du bon déroulement des transactions financières dans le marché boursier?
Effectivement, nous pouvons dire que la Korea Securities Depository assure la sécurité des transactions financières et en est la garante. Il faut bien comprendre que derrière toute l’agitation d’une place boursière, le transfert, la vente d’actions, il faut s’assurer de la validité de chaque transactions. En cas de contestation, cela pourrait avoir des résultats chaotiques voire catastrophiques pour l’économie.

Dans le cadre de notre dossier sur l’économie créative, le gouvernement coréen a mis en place une place boursière : le KONEX, consacré à ce secteur. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?
Premièrement, il est important de rappeler que la Corée du Sud est l’un des pays les plus innovants au monde d’après les statistiques de l’OCDE nos dépenses dans le secteur Recherche et Développement représentent 3,7 % du PIB ; c’est 1,5 point de plus que la France. De ce point de vue, la Corée du Sud est très concernée par la politique de l’innovation. Le gouvernement a très bien compris que pour augmenter la croissance de manière soutenue, il fallait une politique en faveur de l’innovation. Ainsi, l’idée de créer le KONEX est un projet qui a été lancé il y a deux ans pour permettre aux petites entreprises innovantes d’obtenir des fonds et des aides par le secteur financier. Le KONEX peut être défini comme un ‘’label’’ qui apportent une certaine confiance aux investisseurs. Cela leur donne une assurance supplémentaire que les fonds placés dans leurs entreprises ne risquent pas de disparaitre du jour au lendemain. Le KONEX est une première étape pour les toutes jeunes entreprises désireuses dans le long terme de s’insérer dans le KOSDAQ, le marché voué aux nouvelles technologies, l’équivalent du NASDAQ américain.

Quels sont donc les avantages pour les compagnies d’être répertoriées au KONEX ?
Le KONEX permet d’organiser le marché. Quand l’on souhaite créer une entreprise il faut anticiper les futures difficultés que cela engendre. Lorsque l’on souhaite créer une entreprise, l’on tend typiquement à dépendre des 4Fs comme ressources financières;‘‘ Founder’’, ‘‘ Family’’, ‘‘ Friends ’’ et ‘‘ Fool ’’. Ce principe symbolise vers quel type de personnes l’entrepreneur se tourne au départ. Ainsi pour faire face aux difficultés, les jeunes start-up innovantes se doivent de trouver un canal pour financements plus organisés que 4Fs. Tout simplement, en intégrant le KONEX, les PMEs ont l’avantage d’obtenir les facilités adéquates pour développer leur business car elles obtiennent cette fameuse confiance dont les financiers ont besoin pour croire à la croissance de ces entreprises. De plus, le KONEX est utile aux PMEs trop grandes pour solliciter des investisseurs privés mais aussi trop petites pour s’insérer directement dans le KOSDAQ.

Après le lancement en juillet dernier du KONEX, peut-on parler d’une certaine réussite pour le Gouvernement ?
Il est difficile de quantifier le niveau de réussite du KONEX mais ce que l’on peut affirmer c’est que le gouvernement semble satisfait. Tout d’abord, l’Etat coréen s’est inspiré de AIM (Alternative Investment Market), le marché anglais de l’innovation. De ce fait, le gouvernement coréen prend en compte un nombre important d’indicateurs (productivité, revenus, richesse, finances etc…) utilisés par le Royaume-Uni afin de savoir si le KONEX suit une trajectoire de développement correcte. A l’heure actuelle, les indicateurs sont positifs puisqu’ il y a déjà 45 entreprises affiliées au KONEX c’est un bon début en terme d’attractivité pour un tel marché. Nous espérons voir plus de PMEs s’inscrire au KONEX dans les mois à venir.

Connaissant la volonté du gouvernement d’accentuer les efforts vers l’économie créative, quelles seront les politiques à venir pour consolider cette réforme économique ?
La Présidente PARK Geun-hye a insisté sur le fait d’accentuer une politique économique en faveur de l’innovation, notamment de celle liée au secteur de l’économie créative. Cependant pour pouvoir atteindre les objectifs fixés, des réformes structurelles importantes doivent être mises en place comme la réforme du service public, faire valoir la consommation domestique pour le secteur interne ainsi qu’extérieur. Seulement après ces difficilesréformes mais obligatoires, l’économie coréenne trouvera un nouveau souffle qui permettra l’émergence de nouvelles entreprises et notamment des PMEs innovantes propre à l’économie créative.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Économie Créative : les fondements d’une nouvelle ère économique

2014 October 6
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online

par Philippe PRIEUR

L’économie créative qui apparaît comme le nouveau paradigme coréen semble être en réalité le nouveau paradigme mondial dont le lancement ‘’officiel’’ pourrait être la conférence de Davos lors de laquelle la Présidente PARK Guen-hye n’a cessé de marteler sa croyance en l’économie créative. Il n’y a pas seulement la Corée qui a le monopole de ce sujet, l’économie créative est une thématique qui intéresse tous les gouvernements de la planète. Pourtant, il y a tellement de domaines traités dans l’économie créative, qu’elle reste encore un sujet difficilement maîtrisé. Nous ne sommes qu’aux prémices d’une nouvelle ‘’révolution de la pensée entrepreneuriale’’ comme l’affirme le Dr. AHN Ombudsman du KOTRA pour l’investissement étranger.

Ce désir d’entreprendre via une volonté de plus en plus forte de partager les idées, de créer un vrai contact avec des valeurs innovantes germent dans l’esprit de nombreux créateurs d’entreprises mais aussi des investisseurs (Business Angels, KONEX…) qui permettent l’éclosion et le financement des projets, comme l’affirme le Dr. YOO, Chairman et CEO de la KSD. C’est aussi une nouvelle voie pour envisager de nouveaux partenariats entre pays comme l’accord KIAT (Korea Institute for Advancement of Technology) et BPI (Banque Publique d’Investissement) France qui lance un appel d’offre aux projets de coopérations technologiques entres les PMEs innovantes françaises et coréennes. L’économie créative, c’est aussi la mise en avant de l’importance du consommateur qui pour M. SAMUELIAN, directeur d’Expliseat, entreprise française en devenir, est une donnée essentielle du succès d’une jeune PME 2.0. C’est pourquoi l’innovation, l’esprit d’entreprise, la technologie et la communication sont les facteurs qui définissent l’économie créative.

Ce paradigme coréen annoncé magistralement à Davos a été initié par la réussite du rayonnement culturel coréen via la K-pop et plus généralement le mouvement ‘’Hallyu’’ qui ouvre un nouveau chapitre dans les méthodes de développements économiques. Rendez-vous dans les prochains numéros de #1 Erectile Dysfunction (Cialis/Tadalafil) How To Buy Real Cialis Online, sur nos blogs www.fkcci.com et lors du ”Creative Economy French Korean Forum” que la FKCCI co-organise avec la CCI Paris Ile-de-France et la CCICF en partenariat avec la KOTRA, l’Ambassade de Corée en France et l’Ambassade de France en Corée le Mardi 24 juin 2014.

economi creative

FacebookTwitterLinkedInEmail