Kamagra Chewable Paypal

What does do to u super hrvatska deltasone kamagra online reviews pharmacenticals co .uk. Max uk jelly next day delivery uk buying in uk women taking kamagra gel oval jelly cena. Buy oral jelly online europe mastercard buy oral jelly in dubai plus tablets is kamagra safe with tamsulosin what is sildenafil. Now india fast.com legal inhaltsstoffe von kamagra leicester rock band .se flashback. Potenzmittel kaufen 50 paypal bupropion mixing kamagra oral jelly for woman in a drink damla 30 ml. Buy from india paypal through schweiz kaufen oral jelly deutschland kaufen kamagra women does work online gel uk in leeds uk. Buy delhi tallinn tijd kamagra jelly week pack buy in store. Gel online uk deluje fast uk reviews kamagra jelly 100mg uk deal. In jermani makedonija preis informacion de prednisone do boots have kamagra trial pack. Effervescent tablets was kostet in indien nz where kamagra nebenwirkung impotenz jel ne kadar. Et ejp gel te koop amsterdam tabletten mit geschmack kamagra 100mg oral jelly reviews 100mg oral jelly werking. Can I pay for with paypal best buy what does do to u kamagra polo rs cara menggunakan 100mg. Works on women source orlistat kamagra mauritius 100 effet secondaire. Erfahrung super what does fake look like online mit mastercard bezahlen what happens when you give a girl kamagra gold alibaba. Super express versand gel safe where can I buy in india kamagra bestellen creditcard max tableta. Soft tabs 100 mg passagen jelly ebay kopen kamagra ajanta pharma limited is good. What is the function of oral jelly what is tamsulosin dht blocker kamagra serious side effects simply birmingham. Que es la gel vs silagra how to tell if is genuine kontraindikacije kamagra.com illegal in malaysia. American express oral jelly mit paysafecard has a cross hatch design como funciona kamagra free testers. Gel avis 200 mg gel chennai what were the legal issues with kamagra fast is taking out of date dangerous. Lovegra com pl posted from within uk jelly prednisone que es 7.5mg kamagra jelly satin al genuine packaging. Has anyone tried jelly just now.com review kamagra pay with paypal uk forum jelly new zealand. Apteka internetowa.uk. oral jelly line dood door kamagra oral jellys fig can you take abroad. Ayurvedic female kje kupiti cheap blue pills jel ima u apoteci da se kupi kamagra u beogradu deutschland preis. Meglio prenderlo prima o dopo cena jelly offers kamagra smakowa oral jelly in malaysia. Comprar en venezuela chi ha usato price of liquid kamagra 100 chewable tablet buying in singapore from clinic. Can u buy in boots or chemist uk only payment by mastercard uputstvo za gel kamagra siofok 25g free delivery. Cheap jellys paypal uk risker med jelly ajanta pharma supreme suppliers mumbai india kamagra jell low price. Where to buy 100 mg bangkok vendo alicante como se toma kamagra gel oral jelly 100mg sale. Interdit france eerste keer cheap supplier uk kamagra och tjack en espana. Health cheapest tablets over the counter kamagra gel en colombia uk direct. In tschechien kgr 100 green tablet uk any good kamagra controindicazioni tabletten mit geschmack. Womens 100mg tablets gel rs ukkamagra.com erfahrung did work for you. Uk website reviews bekomme ich in der apotheke 600 mg kamagra 100mg halbe tablette was kostet 100mg oral jelly.

chewable kamagra for women

kamagra oral jelly used for
super kamagra suppliers in mumbai
how much kamagra oral jelly
kamagra oral jelly 100mg uk
kamagra where to buy and pay with pay pal in uk
kamagra tadalafil 20mg
kamagra newquay
kamagra aus thailand mitbringen


kamagra polo 100mg
wie oft kamagra nehmen
kamagra vol 2

kamagra vliegtuig
kamagra eu wholesale
kamagrauk online
kamagra oral jelly abgelaufen

sildenafil kamagra oral jelly
kamagra verpakking
does kamagra gel do
kamagra 100mg oral jelly suppliers
kamagra billig online kaufen

ben s kamagra corner
poppers met kamagra
kamagra 100 mg srpski
kamagra oral jelly paysafe
how to get kamagra in canada
kamagra plus in the uk
best rate site to buy kamagra gold 100mg
kamagra oral jelly holland kaufen
kamagra oral jelly 50 mg
kamagra su ebay
kamagra weekender uk
where will get kamagra in chennai
kamagra soft tabs wirkung
kamagra dosering flashback
potenzmittel kamagra oral jelly
heapest kamagra
kamagra jelly pret
kamagra jelly 5 mg
kamagrafast customer reviews
kamagra varning
superkamagra now
kamagra shop empfehlung
kamagra annostus
kamagra ireland paypal
kamagra oral jelly livraison rapide paypal
kamagra gel prodaja bih
metformin contra indication kamagra
buy kamagra over counter lancs
kamagra 100mg paiement paypal
kamagra alcool
kamagra oral jelly paypal
kamagra oral jelly eingenommen
kamagra fruit tabs 100 mg
kamagra jelly in winnipeg
kamagra liquid farm
pay with paypalkamagra
kamagra jelly vrouwen
kamagra phone
over the counter kamagra hong kong
get kamagra today
kamagra polo chewable tablets price in india
kamagra illegal in bali
kamagra oral jelly brasil
kamagra receptfritt
kamagra 100 mg yan etkileri

kamagra kgr 100
kamagra dissolvable
kamagra oral yelly
kamagra tablets price in indian rupees
kamagra gel oral administracion
kamagra abgelaufen
kamagra oral gel for women

kamagra kwart
kamagra platinum
order kamagra online pay with paypal
buy kamagra in belgaum india
kamagra te koop amsterdam
i took kamagra jelly
50mg kamagra oral jelly
where can you buy kamagra
kamagra jelly slovenia
dijabetis i kamagra gel
kamagrafast erfahrung
buy kamagra canada
price of super kamagra
tadalafil kamagra
kamagra oral jelly in der apotheke kaufen
costo kamagra gel
kamagra 100 mg les effet
kamagra u novom sadu
kamagra packungsbeilage
buy kamagra jelly thailand
kamagra fast uk
kamagra saturday delivery

Yves ZLOTOWSKI, économiste en chef de Coface Korea

2015 March 24
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

IMG_6094A l’occasion de sa venue pour une conférence « Risque Pays » organisée en novembre par Coface, Yves ZLOTOWSKI, économiste en chef de Coface, a rencontré #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal, pour dresser le bilan de 2014 et établir des pronostics sur 2015.

Q. Tout d’abord, pouvez-vous nous présenter Coface ?

R. Coface est une société d’assurance-crédit dont l’objectif est d’assurer les transactions entre les entreprises. Nous assurons nos clients contre le risque de défaut de leurs clients, en domestique et à l’export. Nous garantissons l’équivalent de 450 milliards d’euros de créances. Coface est présent en Corée depuis 10 ans.

Q. Quel bilan pouvez-vous tirer de la situation économique coréenne ?

R. Nous sommes très positifs sur la Corée, classée en A2 (Selon la classification en 7 catégories établie par Coface pour évaluer le risque de défaut des entreprises en moyenne dans un pays: A1, A2, A3, A4, B, C, D) depuis des années. Si nous devons déterminer les éléments de faiblesse qui la séparent du A1, trois éléments se démarquent. Tout d’abord, l’endettement des ménages est extrêmement fort, avec 65% des revenus disponibles. Ensuite, la Corée est un pays très tourné vers l’export, ce qui le rend très dépendant de ses grands partenaires économiques. Le ralentissement de l’économie chinoise constitue une véritable prise de conscience pour les Coréens, alors qu’elle a été un relais de croissance majeur, tant dans l’export et les investissements coréens en Chine que dans la consommation locale par les touristes chinois. Dans le ralentissement de la Chine, qui est naturel, le risque se situe surtout dans l’endettement élevé des entreprises chinoises. Enfin, l’économie coréenne très duale entre chaebol et PME fragilise ces dernières, qui sont plus endettées et moins stables.

Q. Comment voyez-vous, justement, cette division du marché très nette entre conglomérats et PME ?

R. Il est vrai que les PME ont de nombreuses barrières à l’entrée et sont moins stables, mais je ne suis pas sûr que cette structure des chaebols soit une faiblesse. Du point de vue macroéconomique, une logique de développement par les exportations à haute valeur ajoutée comme le fait la Corée nécessite des structures capitalistiques favorables à l’investissement à long terme, capables de prendre des risques et de mener des activités de R&D de haut niveau. La taille des chaebols m’apparaît comme un atout pour développer cette logique. Je vois bien les problèmes d’inégalités que cela crée, pourtant la Corée n’a pas un taux de pauvreté extrêmement élevé.

Q. Quelles sont les forces et faiblesses de la Corée sur le marché mondial, selon vous ?

R. Beaucoup d’économistes semblent regretter le manque de spécialisation dans les services. Pourtant, tout montre qu’une spécialisation dans l’industrie permet beaucoup plus de stabilité. En ce qui concerne l’export, rien n’est jamais acquis et il faut maintenir sa place face à des concurrents montants, de la Chine aux pays d’Asie du Sud-Est. Cependant, la Corée est un pays qui dispose d’une grande marge de manoeuvre et peut activer une politique budgétaire en cas de choc.

Q. Quels pronostics pour 2015 ?

R. A date (novembre 2014), nous prévoyons une croissance de 3,7% pour 2015. Les chiffres des deuxième et troisième trimestres sont très bons, la consommation domestique est un peu faible mais les exports sont extrêmement positifs. La Corée présente une dynamique d’investissement extraordinaire, proche des pays en voie de développement et supérieure à 7%.

Q. Qu’en est-il de la France ? Quels bilan 2014 et pronostics 2015 ?

R. La France a traditionnellement une économie plutôt tournée vers la demande interne, ce qui lui a permis de ne pas trop plonger lors des crises économiques mondiales. Cependant, avec le ralentissement de la consommation des ménages, le modèle français est remis en question. La capacité des entreprises à survivre est un vrai sujet, elles sont prises dans un étau entre une faible consommation intérieure et une faible compétitivité à l’export. Le niveau de défaillance des entreprises est aujourd’hui le plus inquiétant, avec un taux légèrement supérieur à celui de septembre 2009, record historique alors en pleine récession. Alors que l’année dernière, les faillites concernaient surtout d’importantes PME, ce qui avait de gros impacts sur le tissu économique, il s’agit cette année de micro entreprises principalement, dont le contrecoup est moindre. Il y a beaucoup d’exportateurs en France, grands groupes internationaux comme PME et ETI, dont les succès sont remarquables. Nous pourrions facilement améliorer les activités du pays en dynamisant la compétitivité française et en étant plus flexible sur le marché du travail, notamment. La France est classée en A3, car nous avons une bonne expérience de paiement des entreprises.

Propos recueillis par Laetitia Vallée

FacebookTwitterLinkedInEmail

GUILLAUME, le pain véritable

2015 March 17
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

La boulangerie GUILLAUME, le pain véritable est l’un de ces rares lieux à Séoul où l’on peut apprécier les saveurs du pain chaud, du croissant, du pain au chocolat ou encore de l’Opéra, comme on les trouve en France, dans sa boulangerie d’à côté ! C’est dans la charmante boutique de Cheongdam que Guillaume DIEPVENS, co-fondateur de la boulangerie, a répondu aux questions de #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal.

Guillaume1

Q. Qu’est ce qui a motivé votre projet de boulangerie-pâtisserie française à Séoul ?

A. Lorsque je suis venu pour la première fois en Corée, il y a de cela plus de 10 ans, les petits plaisirs du pain à la française m’ont très vite manqué. C’est à mon retour en Corée quelques années plus tard qu’au fil des rencontres, est venu le projet de créer une véritable boulangerie à la française. Nous trouvions en effet dommage que dans une ville aussi cosmopolite que Séoul, il soit si difficile de trouver du pain ou des viennoiseries aux saveurs authentiques. Le concept a donc été très clair dès le début, et le nom de l’enseigne en témoigne : « GUILLAUME, le pain véritable » Guillaume propose boulangerie, viennoiserie et pâtisserie traditionnelles françaises, ainsi que de la restauration, bien que cela ne soit pas notre coeur de métier.

Q. Que proposez-vous donc pour le plaisir de nos papilles ? Quelle est la clé de votre succès ?

A. Assurément la marque française authentique et la qualité, à laquelle nous faisons particulièrement attention. En boulangerie, nous vous proposons la baguette et une sélection de pains traditionnels et spéciaux tels que le pain de campagne et notre spécialité : le pain complet au levain. Nos pains sont préparés suivant la tradition française, avec une croûte craquante et une mie tendre. Nous proposons aussi un large choix de pâtisseries, de la plus simple à la plus raffinée : les macarons, notre plus grand succès, les éclairs, le millefeuille, des gâteaux au chocolat et bien d’autres encore. Vous trouverez un large choix de viennoiseries typiques : croissants au beurre, pains au chocolat, chausson aux pommes,… Nous ne proposons pas ou très peu de recettes « fusion », qui ne sont jamais les plus demandées : les grands classiques français restent les plus populaires

Q. Quelle stratégie de distribution avez-vous mise en place ?

A. Nous disposons de deux boutiques, une à Cheongdam, ouverte en 2008, et une à Hannam au U.N. Village ouverte en 2009, sur lesquelles nous souhaitons maintenant nous concentrer en termes de distribution directe. Par ailleurs, nous fournissons restaurants, hôtels et quelques cafés et avons des prestations de traiteur. Nous proposons aussi des services de boites cadeau pour des évènements ou des marques. Par exemple nous avons comme clients réguliers Tiffany ou Ralph Lauren. L’emballage tout comme le contenu du coffret peuvent être personnalisés à la demande du client.

Q. Quels sont, selon vous, les enjeux pour la pâtisserie et la boulangerie françaises en Corée ?

A. Je dirais qu’il s’agit surtout d’un besoin d’éducation ou plutôt de rééducation à ce qu’est la pâtisserie française, à ses saveurs et ses textures, qui ne correspondent pas toujours aux attentes que les Coréens ont pu développer ici avec les marques existantes. Nous cherchons ainsi à créer un environnement de pure tradition française, d’une part en gardant des saveurs et des produits typiquement français et d’autre part en présentant les noms en français par exemple ou des brochures explicatives sur ce qu’est le pain. Il ne s’agit pas de changer la pâtisserie en Corée, seulement de donner à la boulangerie-pâtisserie française en Corée son authenticité, et j’ai le sentiment que nous réussissons notre pari jour après jour !

Choengdam Boutique
88-37 Cheongdamdong, Gangnamgu, Seoul, Korea
Tel: +82 (0)2 512 6701   Fax: +82 (0)2 512 6703
 
U.N. Village Boutique
28-11 Hannamdong, Yongsan-gu, Seoul, Korea
Tel: +82 (0)2 792 6701   Fax: +82 (0)2 794 6702
FacebookTwitterLinkedInEmail

L’art de vivre à la française à l’honneur à Séoul par le Musée des Arts décoratifs de Paris

2015 March 10
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

Par Olivier GABET, Directeur des musées des Arts Décoratifsphoto 2

Le XVIIIe siècle français est pour les arts un moment de perfection et de virtuosité, où la notion de luxe trouve ses racines. Paris s’affirme alors comme étant la capitale, imaginative et intelligente où s’est forgé le grand goût français, qui inspira l’Europe puis le monde et inspire encore et toujours les créateurs contemporains fascinés par l’inventivité de cette période, dans le domaine du design comme dans celui de la mode. Le XVIIIe siècle français, c’est aussi un souffle nouveau, un esprit qui éclaire le monde, laboratoire des idées et de la modernité, celles des philosophes et des Lumières, une effervescence culturelle et artistique comparable aux grands moments de l’ère Joseon en Corée.

À l’invitation de CreationLab, cette exposition inédite conçue par le musée des Arts décoratifs pour le Seoul Arts Center transporte ses visiteurs dans la vie quotidienne d’une maison élégante de Paris, à chaque heure d’une journée composée d’obligations sociales et d’intimité familiale, au diapason des usages et de la mode. L’art de vivre, le décor de la vie, les objets du quotidien élevés au rang d’oeuvres d’art, les savoir-faire, les créations du luxe, le beau allié à l’utile, sont autant de sujets que le musée des Arts décoratifs a à coeur de faire partager au public coréen.

Les conservateurs de cette exposition ont su donner libre cours à leur imagination pour évoquer ce vaste XVIIIe siècle en puisant dans les riches collections d’objets, de mobilier et de textiles du musée pour faire connaître ce « moment de perfection de l’art français ».

Nous vous invitons à entrer dans la demeure d’une famille aristocratique française du XVIIIe siècle et à découvrir du lever au coucher ses occupations, cet art de vivre à la française.

Exposition du Musée des Arts décoratifs : Une journée séduisante, Paris au XVIIIe siècle
Du 13 décembre 2014 au 29 mars 2015, Hangaram Design Museum, Seoul Arts Center
Du lundi au dimanche de 11h à 19h, sauf le mardi de 11h à 20h
Tarifs : de 9 000 à 13 000 wons
Site internet : www.sac.or.kr
FacebookTwitterLinkedInEmail

La silver économie, un secteur d’avenir ?

2015 March 3
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

C97 Cover.inddEvolution démographique et sociale de la Corée

Du fait d’un taux de fécondité très bas (suite notamment aux politiques de contrôle des naissances qui ont eu lieu dans les années 70 et à l’ac- croissement du taux d’activité des femmes), et d’une espérance de vie en constante augmentation (de 52 ans en 1960 à 81,1 ans en 2011), la Corée est confrontée à un extrême vieillis- sement de sa population qui atteindra son pic en 2018, avant d’entamer une phase de déclin démographique. Deux générations de papy-boomers viendront bouleverser la démographie coréenne : la première est née après la guerre de Corée, entre 1955 et 1963, tandis que la seconde a vu le jour entre 1968 et 1974. Un tel phénomène s’accompagnera inévitablement d’une diminution de la population active : en 2050, les plus de 65 ans seront plus nombreux que les 15-25 ans. Deux charges, les enfants d’un côté et les parents de l’autre, que les 25-55 ans ne pourront assumer, ce d’autant plus dans un contexte économique déjà diffi cile, avec un taux de chômage des jeunes générations élevé. Jeung-Kun KIM, spécialiste de la silver économie et chercheur au Samsung Economic Research Institute, explique : « Tra- ditionnellement, les enfants prennent soin de leurs parents retraités, mais la situation économique a changé, ainsi que le système familial : ce réseau su- bit un affaiblissement des solidarités intergénérationnelles et n’est plus suf- fi sant. » 81% des seniors vivaient ainsi avec leurs enfants en 1980, contre 30,8% en 2010 (Center for Strategic and International Studies). De nom- breux services et produits émergeront de cette évolution, notamment dans les domaines de la santé et de la « maison intelligente ».

La retraite en Corée

La retraite à 60 ans ? C’est l’âge légal de la retraite qui va bientôt entrer en vigueur en Corée. Pourtant, la moyenne d’âge de la retraite s’approche davantage des 70 ans, soit l’un des plus âgés parmi les pays de l’OCDE. Bien des entreprises poussent leurs employés à prendre leur retraite à 55 ans (avant l’âge leur permettant de bénéficier de la retraite publique), car ils constituent une main d’oeuvre plus coûteuse. La grille des salaires repose en effet davantage sur l’âge que les com- pétences ou l’expérience. Les sociétés prévoient, dans la plupart des cas, une indemnité de retraite versée au départ des employés et calculée sur toute la durée de leur carrière en leur sein. Le système de retraite en Corée, créé en 1988 et dont le premier versement a été effectué en 2008, est encore récent et limité : seulement un cinquième de la population perçoit une retraite, et d’un montant clairement insuffisant pour subsister avec cette seule source. De nombreux retraités sont dès lors forcés de continuer à travailler à des postes peu qualifiés et instables ou montent leur entreprise en investissant leur in- demnité de retraite : un phénomène très fréquent qui explique ce départ si tardif à la retraite. Les retraites privées de- meurent encore limitées, et ne couvrent que 26,6% des travailleurs âgés de plus de 45 ans. De nombreuses personnes âgées vivent ainsi dans une grande pré- carité et près de 40% seraient dans une situation de relative pauvreté. Le soutien aux personnes âgées de- vient donc une des priorités affi chées du gouvernement, afin de faire face à ces nouveaux défi s sociaux et économiques. Les années à venir verront donc très certainement le développement des po- litiques publiques de protection sociale, notamment en termes de retraite et de couverture santé ainsi que l’essor d’une offre privée de services aux personnes âgées. Des acteurs commencent déjà à proposer des services visant les seniors : BNP Paribas Cardiff a lancé en février 2014 l’assurance « Viva Immediate Annuity », qui permet de placer et gérer l’indemnité de retraite reçue en fin de carrière afi n, notamment, de percevoir des revenus réguliers.

Malgré une grande disparité des si- tuations sociales parmi les seniors coréens, il existe toutefois une classe aisée, dont la taille augmentera considérablement avec l’arrivée des papy-boo- mers. Ainsi, la spécialiste Suk-Eung KIM est catégo- rique : « Le marché de la silver économie concerne surtout les générations à venir, après la première vague de papy-boomers, soit 7,12 millions de per- sonnes, qui auront plus de 65 ans en 2020. » Selon la Chambre de commerce et d’industrie coréenne (KCCI), le marché de la silver économie devrait connaître une croissance annuelle de 13% jusqu’en 2020. Une croissance extrême, à l’image de la Corée.

FacebookTwitterLinkedInEmail

La silver économie, un secteur d’avenir ?

2015 February 23
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

Par Laetitia VALLEE

CA97_cover allege38.9%, telle est la part de la population que les plus de 60 ans devraient représenter en Corée en 2050, contre 16.7% aujourd’hui. De l’une des populations les plus jeunes de l’OCDE, la Corée deviendra en un temps record l’une des plus âgées. En France, 53% de la demande sera le fait des seniors en 2051 (CREDOC). Phénomène mondial et défi social, le vieillissement de la population oblige les sociétés à s’adapter et favorise l’émergence de nouveaux secteurs d’activités. En France comme en Corée, acteurs publics et privés prennent conscience du potentiel du marché : 120 milliards d’euros en France, plus de 87 milliards d’euros en Corée en 2020. En avril 2013, Arnaud MONTEBOURG, alors ministre du Redressement productif, et Michèle DELAUNAY, ancienne ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’autonomie, ont lancé une filière de la silver économie, qu’ils définissent comme « l’économie aux services des personnes âgées ». Elle rassemble tous les secteurs liés aux populations âgées de plus de 60 ans : si le champ des possibilités est large et évolutif, neufs secteurs se démarquent – traitements et soins médicaux, produits pharmaceutiques, appareils médicaux, alimentation, cosmétiques, loisirs, services financiers, habitation et produits de consommation de confort. La silver économie, ou l’économie des cheveux gris, apparaît ainsi comme un nouveau vivier de croissance et d’emploi, et est bien souvent associée à des concepts chers à la France comme à la Corée : l’innovation et l’économie créative.

« L’enjeu est crucial : il s’agit de permettre et d’encourager les innovations qui vont nous accompagner dans notre avancée en âge et faire reculer la perte d’autonomie. » affirme le gouvernement français. Consciente de ces enjeux où nos deux pays se rejoignent, la FKCCI a ainsi dédié toute une table ronde à la silver économie lors du French Korean Creative Economy Forum, séminaire qu’elle a organisé en juin dernier à Paris. En effet, la France, qui ambitionne d’être un leader mondial du secteur, regorge d’acteurs novateurs, de la domotique au service aux personnes âgées, que la Corée accueillera à bras ouverts.

Pourtant, malgré son potentiel certain, la silver économie en Corée est un secteur en pleine création et souffre d’un manque de cohésion des acteurs publics et privés, qui commencent seulement à se mobiliser, et par conséquent d’un faible niveau d’investissements. Par ailleurs, le contexte démographique et social coréen crée un marché des seniors très différent de celui que l’on connaît en France.

Alors, miracle ou mirage ? Véritable défi social, la silver économie constitue surtout un virage à ne pas manquer. #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal mène l’enquête pour vous. Rendez-vous la semaine prochaine pour en savoir plus !

FacebookTwitterLinkedInEmail

Protection des données personnelles en Corée

2015 February 16
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

philippe shinPar Philippe SHIN (Senior Foreign Attorney), Shin & Kim

Depuis la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, la protection des données personnelles en France est du ressort de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). La Corée a de son côté très rapidement élaboré un cadre réglementaire pour affronter les problèmes d’une société hyper-connectée. Plusieurs incidents ces dernières années ont sensibilisé le public et les autorités coréennes à la nécessité de renforcer substantiellement la protection des données personnelles. Dernier en date : au début 2014, des fuites de données personnelles affectant cent millions de cartes de crédit ont choqué le public.

On se perd un peu devant le nombre de lois traitant de la protection des données personnelles. La loi relative à la protection des données personnelles (connue sous son acronyme anglais « PIPA ») a créé en 2011 un cadre général, mais de nombreuses autres lois plus spécialisées contenaient déjà un volet « protection des données personnelles » ; il s’agit notamment de la loi relative à « la promotion de l’information et la protection de l’utilisation des réseaux de communication et de l’information » (communément appelée la « loi sur les réseaux », concernant les services de communication et d’information) et de la loi relative à « l’utilisation et la protection des données personnelles de crédit ».

L’article 29 du PIPA dispose que toute personne qui traite des données personnelles doit prendre toute mesure nécessaire pour protéger les données personnelles contre tout dommage tels que perte, vol ou fuites. Tout manquement à cette obligation est sanctionnée pénalement. Après les scandales des fuites du début de l’année, les grandes sociétés coréennes ont été incitées à prendre des mesures pour se prémunir contre ces risques (contrôle des salariés ayant accès aux données personnelles, accès physique limité, usage restreint des emails personnels ou de l’internet au bureau). Certaines sociétés délèguent le traitement des données personnelles à des tiers. Le fait est que la plupart des problèmes jusqu’à aujourd’hui ont été causés par ces tiers délégataires plutôt que par les sociétés délégantes.
Le PIPA dispose qu’en cas de délégation, le déléguant a une obligation d’éduquer et de superviser son délégataire afin de prévenir les vols, pertes et autres dommages aux données, et, en cas de réclamations, le déléguant est responsable du fait de son délégataire, qui est alors assimilé à un salarié.

Le déléguant peut néanmoins échapper à toute responsabilité en prouvant qu’il avait pris les soins nécessaires à la supervision du délégataire ou que le dommage serait survenu même si les soins nécessaires avaient été pris. La loi sur les réseaux contient une disposition similaire au PIPA, alors que la loi sur les informations de crédit dispose que les déléguants sont solidairement responsables avec les délégataires. En théorie, une violation des dispositions ci-dessus peut donner lieu à des dommages-intérêts civils ainsi qu’éventuellement à une condamnation pénale. En pratique, les indemnisations sont jusqu’à présent restées dérisoires (100.000 ~ 200.000 Wons), se limitant au trouble émotionnel subi par la victime des fuites. Encore faut-il que la victime puisse prouver le dommage (son trouble émotionnel), ce qui n’est pas aisé à quantifier.

La situation des victimes pourrait bientôt s’améliorer. La loi sur les réseaux a ainsi été récemment amendée pour permettre dans certains cas une indemnisation à hauteur de 3 millions de Wons sans que la victime n’ait à prouver son dommage. Le gouvernement a également annoncé une modification prochaine de la loi sur les informations de crédit et du PIPA devant permettre une indemnisation plus simple et généreuse.
Le cadre législatif va bientôt évoluer en direction d’une plus grande responsabilité des entreprises traitant des données personnelles, et d’une plus solide protection des victimes de fuites. Il conviendra donc à toutes les sociétés françaises présentes en Corée de faire très attention à la manière dont elles traitent les données personnelles qu’elles collectent, en mettant en place des protocoles, en renforçant la formation et la supervision des salariés et des sous-traitants.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Interview de Jae-Hoon Chung, directeur du Korea Institute for Advancement of Technology (KIAT)

2015 February 10
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

HDRtist HDR - http://www.ohanaware.com/hdrtist/#1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal a rencontré Jae-Hoon Chung, directeur du Korea Institute for Advancement of Technology (KIAT), afin d’en savoir plus sur la coopération franco-coréenne en termes d’innovation, notamment suite au partenariat signé entre la Banque Publique d’Investissement de France (BPIFrance) et le KIAT en 2011.

En premier lieu, pouvez-vous présenter en quelques mots le KIAT ?
Le KIAT est une organisation parapublique ayant pour mission de mettre en place les politiques et les infrastructures favorisant le développement technologique, de renforcer l’industrie locale, de promouvoir la coopération en matière de technologie et d’effectuer le transfert et la commercialisation de technologies. En particulier, afin de renforcer la compétitivité internationale, nous établissons un réseau de coopération de technologie avec de nombreux pays et organismes, et soutenons divers programmes de recherche et développement.

Pourquoi cette collaboration entre BPIFrance et le KIAT, suite à l’accord bilatéral signé en mai 2011 ? Pouvez-vous nous expliquer ce que sont les projets EUREKA et Eurostars ?
Nous souhaitons mettre en place une politique de développement des technologies afin que les PME et les PMI puissent jouer leur rôle essentiel dans l’industrie malgré une structure industrielle dominée par les grandes entreprises en Corée. Pour cela, la Corée et la France ont lancé en commun un programme bilatéral de recherche et développement. Le KIAT et la BPIFrance financent des fonds pour la mise au point de technologies s’adressant aux PMI coréennes et françaises, et les aident à renforcer leur compétitivité internationale. Cette coopération permet aux entreprises coréennes et françaises de collaborer et partager leurs savoir-faire technologiques afin de se positionner sur un marché mondialisé.
De plus, ce partenariat encourage aussi la coopération bilatérale des universités et instituts qui participent à des projets de R&D conjoints dans divers secteurs.
EUREKA est une initiative européenne dont l’objectif est d’accroître la productivité et la compétitivité de l’industrie européenne en suscitant et en facilitant des projets de recherche. EUREKA a opté pour une approche « bottom-up » qui laisse aux entreprises l’initiative des projets. Afin de mener des actions de coopération technologique et de R&D, la Corée est devenue un pays membre associé du réseau EUREKA en 2009 et participe ainsi à des appels à projet dans des programmes comme Horizon 2020.
Outre EUREKA, la Corée est aussi un pays membre du projet Eurostars, un programme commun entre EUREKA et l’UE, dédié aux PME innovantes. Eurostars soutient des projets innovants transnationaux, qui rassemblent des partenaires d’au moins deux pays membre. Grâce à cette collaboration internationale, les PME accèdent plus facilement à de nouveaux marchés.
Les projets EUREKA et Eurostars sont importants, car ils permettent aux entreprises coréennes d’effectuer une coopération multilatérale en recherche et développement avec les entreprises européennes.

Quels sont les projets à venir ?
En 2014, le KIAT et BPIFrance prévoient de faire un appel conjoint sur trois secteurs, afin d’y financer le développement de technologies. De nombreuses entreprises s’intéressent au développement bilatéral de technologie, et nous prévoyons d’élargir progressivement nos budgets de soutien à partir de 2015. Dès que les modalités concrètes de coopération seront déterminées, nous organiserons un projet commun avec BPIFrance.

Quelles seront les actions envisagées dans le cadre de l’accompagnement des entreprises françaises et coréennes, en particulier les PME ?
Nous bénéficions de données sur plus de 30 000 entreprises, sur lesquelles se repose le KIAT pour fournir des informations régulières sur l’actualité économique et le milieu des affaires. Nous organisons notamment des forums et séminaires destinés aux entreprises implantées dans les parcs technologiques (Technopark) et les zones industrielles afin de promouvoir activement les programmes de recherche et développement menés conjointement par la Corée et la France. Nous organisons aussi des événements de rencontre « Global matchmaking », tels que Eureka Korea Day ou Global Partership Korea, afin de favoriser la création de réseaux entre les entreprises coréennes et françaises. Surtout, le KIAT prévoit de soutenir activement le jumelage des entreprises au sein des pôles de compétitivité français et coréens.

Comment BPIFrance et le KIAT peuvent changer l’image de entrepreneuriat, parfois vu comme instable et risqué, pour que les entrepreneurs soient considérés comme de véritables acteurs pour l’innovation ?
Le gouvernement coréen soutient divers programmes aidant les jeunes et les chercheurs à créer leurs entreprises. Comme le gouvernement de la Présidente PARK Geun-Hye l’a indiqué, les subventions pour la création d’entreprise sont estimées à 1400 Milliards de Wons. Il y a aussi divers programmes, comme un programme d’aide et de formation pour la création d’entreprise, ou encore des incubateurs d’entreprises innovantes. En particulier, dans le cadre de programmes de R&D, nous assouplissons les réglementations en cours afin de donner de nouvelles opportunités aux projets qui ont échoué. De plus, les projets entrepreneuriat et les entrepreneurs ayant moins de 2 ans d’expérience éligibles aux subventions R&D ne seront plus soumis à l’examen préalable de l’état de leurs finances, afin d’encourager les jeunes, les personnes âgées et les chercheurs à créer leurs entreprises.

A votre avis, quels sont les domaines de collaboration d’avenir entre la France et la Corée du Sud ?
Des groupes de travail ont été mis en place afin de déterminer les secteurs d’activités dans lesquels une coopération inter-gouvernementale peut être développée : 1. véhicules automatisés, 2. nanoélectronique 3. E-santé 4. système de stockage de batterie et d’énergie 5. services sans contact.
De plus, je pense qu’il est nécessaire de former des groupes de travail chargés de jumelage entre entreprises, afin de renforcer la coopération entre entreprises dans les secteurs d’activité concernés.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Un partenariat universitaire inédit

2015 February 2
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

A l’occasion du partenariat universitaire signé entre Korea University University Business School (KUBS) et KEDGE Business School (issue de la fusion de Bordeaux EM et d’EUROMED), Doo Hee LEE, doyen de KUBS, a accepté de répondre aux questions de #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal.KUBS2

 Quest-ce que la Korea Univer­sity Business School ?

Korea University, fondée en 1905, est la première université en Corée. Elle a été créée pendant l’oc­cupation japonaise, afin de protéger l’identité nationale par l’éducation. Tout au long de l’histoire moderne de la Corée, Korea University a ain­si symbolisé l’esprit de liberté et de justice, représentant la conscience de la nation. Korea University Business School est l’un des départements de Korea University, et constitue au­jourd’hui la première école de com­merce en Corée. Nous formons les dirigeants de demain : de nombreuses figures importantes de la vie politique et économique de la Corée, comme Myung Bak LEE, l’ancien président de Corée, sont diplômés de Korea Uni­versity. La recherche de KUBS est re­connue dans le monde et selon le clas­sement de l’Université du Texas publié en avril 2014, KUBS se place aussi en première position parmi les univer­sités de Corée, Chine et Japon et en 89e position mondialement. Au-delà de notre implication nationale, nous sommes déterminés à devenir un acteur international, en nous plaçant dans le top 50 mondial des meilleures universités d’ici 2018 ; tournés vers le monde, nous avons à ce jour plus de 200 partenariats avec des universités internationales.

 KUBS a récemment signé un partenariat avec KEDGE Business School afin de créer un MBA Eurasia. De quoi relève-t-il ?KUBS

Tout d’abord, dans l’ouverture d’antennes locales : nous venons d’ouvrir un bureau de liaison à Bor­deaux, et KEDGE fera de même sur notre campus. Outre des échanges universitaires classiques, l’objectif est de développer conjointement une offre de MBA Eurasia, de doubles di­plômes et de collaborer sur des pro­jets de recherche. Le MBA Eurasia dont le programme, prévu sur deux ans, est en cours de définition, de­vraient commencer à la rentrée 2015. Avec ce partenariat, nous voulons sensibiliser les étudiants européens au monde de l’entreprise en Asie afin de faciliter leur adaptation, et inver­sement.

 Pourquoi choisir la France ?

La France est l’une des desti­nations les plus prisées parmi les étudiants coréens qui apprécient sa culture et son niveau d’éducation. Si j’ai un intérêt particulier pour la France, pour sa culture et son art du vin, je pense aussi que les domaines où la France et la Corée peuvent collaborer sont nombreux et justi- fi ent ce partenariat universitaire : la gastronomie, les sciences et l’inno- vation, où la France est à la pointe, par exemple. Qui plus est, nous re- marquons un intérêt croissant des étudiants européens pour la Corée et l’Asie et de plus en plus d’opportuni- tés en termes d’éducation devraient se présenter. Nous sommes donc très heureux de ce partenariat avec KEDGE, et par son biais, avec la France.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Gastronomie – Chez Joséphina

2015 January 26
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

En plein coeur du quartier d’affaires de Yeoksam, Chez Josephina, restaurant français fondé par une Coréenne, Josephina Moon, régale chaque semaine hommes et femmes d’affaires, dans une atmosphère de bistro français convivial.

Qu’est-ce qui a motivé votre projet de restaurant français ?

 L’idée de Chez Joséphina est de proposer un restaurant français décontracté, afin de briser son image de cuisine difficile, coûteuse et parfois obscure pour les Coréens, qui ont souvent du mal à saisir le concept du repas divisé en trois étapes entrée-plat-dessert.

Nous mettons ainsi en avant des plats comme l’entrecôte, les frites et la soupe à l’oignon dans nos menus, en les proposant comme plats principaux. Géré par cinq chefs cuisiniers, Chez Joséphina est un restaurant à l’ambiance dynamique la journée et romantique le soir, sous les mélodies de guitare classique et d’accordéon en live.

IMG_183064581_261115400720489_49203623_n

Comment participez-vous à la promotion de la gastronomie française auprès des coréens ?

 Nous nous efforçons de présenter des plats accessibles aux coréens, tout en gardant notre identité de restaurant français. Nous refusons par exemple de proposer des plats tels que les pates à l’italienne, souvent source de confusion dans les esprits coréens. Les plats principaux, typiquement français, sont au coeur de nos priorités et nous veillons particulièrement à leur qualité.

Qui plus est, nous essayons de proposer de nouvelles recettes, afin de familiariser davantage nos clients coréens à la cuisine française, tout en s’adaptant aux goûts locaux : la bouillabaisse et la poitrine de porc, par exemple, peuvent être assaisonnées à la demande du client.

Quelles sont des difficultés que vous rencontrez en tant que gérante d’un restaurant français en Corée ?

Nous tentons de suivre le rythme des saisons et de proposer de nouvelles recettes en fonction, mais les clients coréens sont très demandeurs des grands classiques, bien connus et moins « risqués », comme la soupe à l’oignon. Plus qu’une difficulté, c’est un regret de ne pouvoir davantage varier et innover.

Du fait que Yeoksam est un quartier d’affaires, notre clientèle se concentre beaucoup sur la semaine, nous avons dû proposer des menus spéciaux, tels que le buffet Brunch, afin d’attirer davantage de clients le weekend. Ce menu se compose de croissants, de plats de saison et de desserts. Il est particulièrement apprécié des clients en familles et féminins et nous permet une certaine créativité dans les plats proposés. Il faut savoir innover tout en gardant les valeurs sûres pour les coréens.

Quels sont les projets à venir ?

Nous allons enrichir notre offre de plats principaux et développerons divers plats de saison, ainsi qu’une recette végétarienne, très demandée par la clientèle française. D’autre part, afin de présenter la culture culinaire française et d’en assurer une meilleure compréhension, nous allons proposer divers ateliers, tels qu’une classe d’oenologie pour les débutants en juin, ou des cours sur l’histoire du fromage ou du vin, par exemple.

Adresse

A-ju Bldg. 679-5 Yoeksamdong, Gangnam-gu., Seoul, Korea, 135-070

Metro

Ligne 2 Yeok-sam, Exit 8

Hours

Mon – Fri: 11:30 am – 10:00 pm

Sat – Sun: 11:00 am – 10:00 pm

Contacts:

www.chezjosephina.com

Facebook: www.facebook.com/chezjosephina

Tel: 02-3288-3700

FacebookTwitterLinkedInEmail

La Corée du Sud, quelles perspectives pour la charcuterie française ?

2015 January 19
Comments Off
by #1 Erectile Dysfunction (Kamagra/Sildenafil) Kamagra Chewable Paypal

Par Frédéric OJARDIAS

 Importations autorisées, apparition d’artisans charcutiers locaux et multiplication des points de vente : le marché de la charcuterie française commence à se développer en Corée. Mais tout un travail d’éducation du consomma­teur reste à faire…

 Cocorico pour la filière charcutière française : en octobre 2013, pour la première fois, trois charcuteries industrielles hexagonales obtiennent de la Corée du Sud l’autorisation sanitaire nécessaire pour y exporter leurs produits. Car si l’importation de porc français au pays du Matin Calme n’est pas un phénomène nouveau (la France était en 2013 le 11ème fournisseur de viande porcine avec 7 000 tonnes), l’arrivée de produits de charcuterie est beaucoup plus récente.

Pionnière, la PME France Gourmet offre une gamme complète de produits artisanaux de pure tradition française, fabriqués dans son atelier de Bundang, dans la banlieue de Séoul. « Nous visons tout d’abord le marché des expatriés à Séoul et des Coréens qui ont voyagé et qui connaissent le goût de ces produits », explique M. Romuald PIETERS. « L’objectif suivant est la population coréenne, car nous observons un attrait grandissant pour la charcuterie. »

Les signes de cet intérêt croissant sont nombreux. Les magasins offrant ces produits autrefois rarissimes se sont multipliés. Comme par exemple Euro Gourmet, petite épicerie installée près du palais de Gyeongbokgung. « Nos produits de charcuterie viennent de France, d’Espagne et d’Angleterre. Ils deviennent de plus en plus populaires », se félicite Mme. Yu-jin KIM, sa gérante. « Cette popularité s’explique par le fait que les médias et les sites Internet parlent de ces produits exotiques, ce qui attire de nombreux nouveaux clients. Certains entrent dans notre magasin sans rien savoir des produits qu’ils veulent acheter. »

Chez High Street Market, épicerie américaine établie à Itaewon il y a trois ans, les produits français n’ont pas encore la cote : « nous vendons surtout des produits américains ou européens comme le pastrami, le jambon fumé, le roast beef, le salami, le chorizo », indique Mme. Anne-Cécile DALLARD, sa représentante. Celle-ci note une curiosité grandissante : « au début venaient surtout des clients américains, mais nous avons de plus en plus de clients coréens. Ils essaient des de produits européens, posent des questions et prennent des photos. »

chacuterie

Tous les acteurs interrogés sont unanimes : pour faire connaître la charcuterie française, une éducation des consommateurs est nécessaire. « Ce n’est pas tout d’importer, il faut du travail en amont. Comme toujours avec les produits français, il faut beaucoup de pédagogie », insiste M. Benjamin JOINAU. « Comment présenter la charcuterie française sur une carte ? Quels noms coréens donner aux produits ? Ce n’est pas facile. »

« Sur notre carte, les rillettes ont été baptisées en coréen « poitrine de porc ». C’est un mot magique, quelque chose de noble, que les clients apprécient », explique par exemple Patrice Guibert, chef pour les trois hôtels Novotel de Séoul. La charcuterie française désarçonne les consommateurs non-avertis : elle peut se manger à la fois en apéritif ou en entrée, et sa consommation est intimement liée à une culture gastronomique qui doit s’apprendre. « Les clients coréens ne savent pas comment manger des produits tels que l’andouillette ou le saucisson », renchérit Mme. Anne-Cécile DALLARD. « Il faut donc de la publicité. Si cela devient populaire, ils achèteront, comme le montre l’exemple du fromage qui s’est démocratisé. Cela peut marcher : nos clients sont désireux d’essayer les produits. »

Le positionnement de la charcuterie française reste encore à affiner. Celle-ci est arrivée avec beaucoup de retard sur un marché coréen déjà dominé par les saucisses de production américaine ou locale. « Historiquement influencés par le modèle américain, les Coréens consomment essentiellement des saucisses de type industriel « bon marché ». La production locale de charcuterie s’apparente plus à de la saucisserie qu’à de la salaison », souligne-t-on du côté d’Ubifrance à Séoul. « Côté européen, les Italiens et Espagnols ont pris de l’avance. On trouve déjà sur le marché du jambon de Parme et Serrano. » Une avance qui s’explique simplement par le fait que les filières espagnole et italienne de charcuterie ont obtenu leur agrément pour exporter en Corée du Sud plus tôt que la filière française.

Les terrines et autres jambons blancs français sauront ils se faire leur place au soleil ? M. Romuald PIETERS en est persuadé. Son entreprise a mis à l’essai une deuxième gamme de produits plus adaptés aux palais coréens, tels que saucisses au ginseng, aux feuilles de sésame, au kimchi, ou encore au piment rouge. Et elle veille jalousement sur le secret de ses recettes : « En Corée, dès qu’une activité a du succès, tout le monde veut faire pareil… »

FacebookTwitterLinkedInEmail