Le Corée Affaires fête son 100ème numéro sous le signe de la croissance verte !

2015 December 2
Comments Off
by Corée Affaires

CA100-Cover-2015.11.26-v.final37% d’ici 2030, c’est la réduction des émissions de gaz à effet de serre à laquelle le pays s’est engagé pour la COP21 qui se tient en ce moment à Paris. Un paradoxe marque la Corée : elle est à la fois le 12è plus gros pollueur mondial et jouit d’une prestance internationale dans les négociations climatiques, elle abrite plusieurs institutions internationales comme le Fonds vert, et a fondé le deuxième plus grand marché carbone au monde.

Elle est le pays champion de l’innovation et des avancées technologiques abritant ses Chaebols tout comme un écosystème naissant pour les start-ups, notamment suite à l’impulsion du gouvernement LeeMyung-Bak qui a misé sur le Vert comme moteur de croissance. Le pays se positionne d’ores et déjà comme un leader international sur les technologies vertes.

Alors, état des lieux: villes durables, start-ups vertes et innovantes, transports écologiques, efficacité énergétique et énergies renouvelables,… La croissance verte concerne tous les secteurs de l’économie et regorge d’opportunités tant pour les acteurs français que coréens. Corée Affaires se penche sur le sujet dans ce nouveau dossier spécial.

A découvrir aussi dans cette édition: La Grande Interview avec Fabien Penone, ambassadeur de France en Corée, de l’économie avec l’analyse du service économique de l’ambassade, de la gastronomie avec le restaurant La Saveur, de la culture avec l’Année France-Corée, un peu d’histoire, de ressources humaines, et bien d’autres !

Le dossier spécial et les autres rubriques prennent d’autant plus de substance que le Corée Affaires fête son 100è numéro avec 26 ans de parution !

Bonne lecture!

Pour commander l’édition 100, contactez communication@fkcci.com !

FacebookTwitterLinkedInEmail

Gwangyangman Free Economic Zone, ouverte sur le monde !

2015 November 24
Comments Off
by Corée Affaires

La zone franche de Gwangyangman (GFEZ), ainsi que la zone d’Incheon et de Jinhae à Busan, ont été sélectionnées comme une zone de libre-échange économique.

GFEZ

Avec une superficie totale de 77,71km², GFEZ abrite les deux villes de la région du sud de Jeolla, Yeosu et Suncheon, ainsi que tout le département de Hadong, dans la région du sud de Gyungsang.

La zone de Gwangyangman est divisée en 21 grands ensembles, répartis en 5 zones : Gwangyang, Yulchon, Sindeok, Hwayang et Hadong, respectivement spécialisées dans la logistique internationale, l’industrie de fusion, l’habitat, la culture et le tourisme, l’industrie maritime. Quatre ensembles ont déjà été mis en place, et huit sont en construction. Ainsi, 59,8% de la superficie totale (soit 45,48 km²) est d’ores et déjà exploitée.

Conçue comme une base logistique pour l’Asie du Nord-Est, la zone de Gwangyang est composée d’un terminal conteneur, de la zone arrière de l’est et de l’ouest et du parc industriel d’or. Le port de Gwangyang bénéficie d’une profondeur de plus de 17m, dans lequel les bateaux de grande taille, jusqu’à trois cent mille tonnes, peuvent entrer et sortir.

La zone arrière abrite déjà 27 entreprises avec succès. La zone arrière ouest cherche à accueillir de nombreuses entreprises dans un espace de 1 080 000 m², afin de dynamiser l’activité du port.

Quant à la zone Yulchon, le premier parc industriel (9,13 m²) est déjà exploité, mais le terrain réservé aux usines (avec une superficie de 1 420 000 m²) n’est pas encore loti. Le deuxième parc industriel, Haeryung, est entré dans la deuxième phase de son développement ; cependant de nombreuses négociations sont nécessaires pour son exploitation, comme sur le curage ou le pompage de l’eau. Le curage du troisième parc industriel est en cours de préparation, dans le cadre de la 4e phase de développement du port Gwangyang, à partir de 2018.

Pour la zone Sindeok, les travaux de la zone arrière sont achevés. La section Hipark de Sunwol a vu son projet de développement changer. Un nouveau recrutement des exploitants est prévu pour les ensembles de Gwangyang et de Well-being county.

La zone Hwayang dont l’exploitation a commencé à partir de 2007, a reçu un investissement de 202,2 milliards de won. Ces fonds d’investissement seront mis à disposition pour construire le terrain de golf « Golf Ireland » (18 trous) et créer la voie de circulation principale de la section de Hwayang. Cette zone est dédiée aux activités culturelles et touristiques.

1010-________

Avec 9,99 km² de superficie, la zone Hwayang abrite des terrains de golf et des centres de formations sur une partie, tandis que le reste accueillera un nouvel exploitant qui sera recruté lors d’un appel d’offre international.

Le parc industriel Sepung, dont la superficie est de 3 km², accueillera les pôles pour les industries biologiques et chimiques. 495 000 m² abriteront le pôle des matériaux chimiques fonctionnels et la zone consacrée aux investisseurs étrangers. Puis 1 023 000 m² seront développés pour accueillir les pôles de l’industrie bio, 363 000 m² pour héberger les industries relatives à la sidérurgie et 330 000 m² pour abriter les entreprises de matériels chimiques.

La mise en place des 20 ensembles est prévue d’ici 2020, sauf le port de Yulchon. Tout au long de ses projets d’exploitation, GFEZ mènera un marketing actif pour recruter, accueillir et soutenir des entreprises coréennes et étrangères spécialisées dans les nouveaux matériaux. GFEZ ambitionne ainsi de former la zone industrielle la plus importante de la côte du sud de la Corée.

* Cet article vous est proposé dans le cadre d’un publireportage rédigé par la GFEZ.

FacebookTwitterLinkedInEmail

L’ouverture du Musée Grévin à Séoul : un symbole à l’occasion des 130 ans de relations diplomatiques franco-coréennes

2015 November 17
Comments Off
by Corée Affaires

Par Yong-Gwan KIM (Directeur du Musée Grévin Séoul)

Le Musée Grévin, musée de cire français riche d’une histoire de 133 ans et reconnu dans le monde entier, a ouvert ses portes à Séoul le 30 juillet. Cette ouverture a d’autant plus de sens que la Corée et la France célèbrent leurs 130 années d’établissement de liens diplomatiques. Ouvert en 1882 à Paris, le Musée Grévin sélectionne des villes historiques et culturelles dans le monde pour ouvrir de nouveaux instituts. Après Montréal au Canada en 2013 et Prague en République Tchèque en 2014, Séoul est la première ville asiatique et la quatrième ville du monde à accueillir le Musée Grévin.

Musee Grevin

Séoul est non seulement une ville d’une longue histoire, mais aussi, le berceau de la vague de culture populaire coréenne, Hallyu. En effet, la vague Hallyu, dont Séoul est le centre, a commencé par conquérir la Chine, puis l’Europe voire le monde entier. Séoul se place ainsi comme un nouveau coeur culturel en Asie, un lieu de créativité où s’entremêlent tradition et technologie : Chanel a récemment présenté le défilé Chanel Croisière 2015/2016 à Séoul ; Dior vient d’installer une nouvelle boutique à Séoul. Les maisons de haute couture internationalement reconnues fixent leurs yeux sur Séoul. Le Musée Grévin surfe ainsi sur cette vague culturelle dans laquelle baigne la capitale sud-coréenne.

L’ouverture du Musée Grévin à Séoul ne symbolise pas seulement la présentation d’un musée français en Corée. Le Musée Grévin Séoul devient le plus grand musée du monde à exposer des poupées de cire, qui représentent les personnages coréens qui ont contribué au rayonnement de la Corée, afin de montrer la culture et les couleurs coréennes. Y sont exposées les figurines de cire représentant les vedettes de la vague culturelle d’origine sud-coréenne, comme les acteurs Gwon Sang-Woo, Kim Tae-Hee, Ahn Jae-Wook, Jang Geun-Suk, Choi Ji-Woo, Hyun Bin ou encore les chanteurs K-Pop Rain, Psy, G-Dragon et des célébrités sportives comme Kim Yuna, Park Chan-Ho. Seront aussi représentés les grands personnages historiques de la Corée comme Sejong le Grand (le quatrième roi de la dynastie coréenne Joseon, qui a inventé l’alphabet coréen), Yi I (l’un des principaux érudits néo confucianistes de la Corée de la période Joseon), Yi Sun-Sin (l’amiral coréen), Yi Hwang (l’un des principaux érudits néo confucianistes de la Corée de la période Joseon), Sin Saimdang (la femme la plus célèbre et la plus vénérée de Corée. Fille, mère et épouse modèle, elle possède toutes les qualités pour être une icône des valeurs confucianistes). Ces poupées de cire représentant les grands hommes portant l’habit traditionnel coréen dessiné et réalisé par la créatrice Lee Young-Hee. Ainsi, tous ces poupées symbolisent l’histoire et la beauté de la Corée et exposent tant la culture passée que contemporaine de la Corée.

Le Musée Grévin Séoul expose ainsi environ 80 poupées de cire réparties en 14 espaces selon des thèmes comme « Tapis rouge », « Paradis de cinéma », « Grands hommes de la Corée », « Dirigeants de la paix », « Temple de l’honneur », etc. De plus, les visiteurs pourront s’amuser avec des jeux interactifs, comme le jeu de simulation permettant d’expérimenter le décollage et l’atterrissage des avions, le jeu de morphing permettant aux participants de fusionner les visages des vedettes et leurs propres visages. Ainsi, le Musée Grévin sert d’espace de divertissement et d’éducation par le jeu (Edutainment), permettant d’expérimenter de nombreuses activités.

L’ouverture du Musée Grévin à Séoul favorise les échanges culturels franco-coréens et donne naissance à de nouveaux contenus touristiques et culturels, d’autant plus qu’il met en valeur la sensibilité franco-coréenne. En effet, depuis des années, des voix s’élèvent s’inquiétant du manque de contenus culturels pouvant attirer les touristes étrangers, dont le nombre ne cesse d’augmenter chaque année en Corée. La diversification des contenus touristiques, tant pour les étrangers que pour les Coréens, est aussi un enjeu actuel. Pour répondre à cette demande, le Musée Grévin pourrait offrir des contenus plus riches et dynamiser le tourisme.

Le Musée Grévin se trouve près des quartiers fréquentés par les touristes étrangers, comme Myeongdong, l’Hôtel de ville et le Palais Duksu. Ce musée pourra séduire et impressionner les touristes étrangers en offrant des contenus culturels inédits.

J’espère que le Musée Grévin deviendra un nouveau centre pour les échanges culturels franco-coréens et un repère au sein de Séoul, offrant les meilleurs contenus culturels et touristiques avec les meilleures infrastructures.

* Cet article vous est proposé dans le cadre d’un publireportage rédigé par le Musée Grévin.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Retrouvez l’actualité du Gala 2015 « France 2100 » !

2015 November 3
Comments Off
tags:
by Corée Affaires

Gala2015-640x214px-2015.11.10-v1

 

Retrouvez tous les détails sur le gala de la FKCCI« France 2100 » qui aura lieu au Grand Hyatt de Séoul le samedi 5 décembre 2015 ! Cette année, pour notre voyage temporel vers une France verte et innovante, nous serons accompagnés par la voix suave de la célèbre chanteuse de jazz, Nah Yoon Sun !

La FKCCI a l’honneur cette année d’accueillir cette artiste talentueuse pour sa 26ème édition placée sous le signe du développement durable. Reconnue pour ses prouesses vocales au style unique, Nah Yoon Sun revisite le jazz contemporain en y insufflant une émotion sans pareil. Ayant étudié la littérature française, puis la chanson et le jazz à Paris, elle noue une relation particulière avec l’Hexagone où sa carrière a connu un essor remarquable. Devenue une artiste à la carrure internationale, elle a reçu de nombreux prix tels que celui du meilleur jazz vocal de l’Académie du Jazz en France en 2011 et forme une véritable passerelle culturelle entre Paris et Séoul. Le Gala 2015 constituera donc une occasion unique de profiter des performances vocales de Nah Yoon Sun tout en faisant de nombreuses rencontres et profitant d’une soirée de qualité.

Youn Sun Nahⓒ나승열

ⓒ나승열

Retrouvez également pour cette édition le nouveau site exclusivement dédié au Gala et développé par Asiance, agence digitale franco-coréenne, membre et partenaire de la chambre! Naviguez en faisant défiler les pages au design stellaire et futuriste pour tout savoir sur l’événement le plus prestigieux et attendu des cercles d’affaires franco-coréens.

Enfin, la FKCCI remercie chaleureusement LBI (Luxury Business Institute), sponsor Diamant de l’événement. Entreprise de conseil dans le secteur des produits de luxe en Corée et en Asie fondée par Daniel Mayran, LBI apporte généreusement son soutien pour renforcer les liens au sein de la communauté franco-coréenne.

Date: Samedi 5 décembre 2015
Lieu: Grand Hyatt Seoul, Grand Ballroom
Tarifs: 350,000 won

Plus d’informations sur le site du Gala et celui de la FKCCI, ainsi que la chaîne Youtube de Nah Yoon Sun

FacebookTwitterLinkedInEmail

Gastronomie – Brioche Dorée

2015 October 28
Comments Off
by Corée Affaires

Brioche Dorée, numéro un en Europe de la restauration rapide de tradition française, est en Corée depuis 2013. Seeun Sunwoo, assistante F&B, répond aux questions de Corée Affaires et dresse le bilan.

Brioche Doree

Q.   Pouvez-vous nous présenter l’histoire de Brioche Dorée en Corée ?

R.   En novembre 2013, Brioche Dorée a ouvert son premier restaurant d’environ 181.5 m2 au Marriott Hotel de Yeouido. En mai 2014, nous avons ouvert une deuxième boutique à Busan, la deuxième plus grande ville de Corée, en face de la plage populaire de Haeundae. La troisième boutique est au Lotte Avenuel World Tower à Jamsil et la quatrième à Lotte Mall à Suwon, dans un centre commercial. Le 1e mai 2015, nous avons aussi ouvert une boutique au Hyundae Department Store à Sinchon. Si les deux premiers restaurants ont une ambiance similaire et assez classes, nous faisons maintenant de réels efforts pour aller au-devant des clients et vulgariser notre offre. Ainsi, nous essayons de diversifier les formats de nos points de vente : les dernières boutiques se trouvent dans des centres commerciaux et dans des quartiers populaires comme Sinchon, pour être au contact d’un plus large public. En un peu plus de un an et demi, nous avons ouvert 5 boutiques, c’est donc un bilan très positif pour Brioche Dorée.

Q.   Quel positionnement de la marque en Corée ?

R.   Plus que seulement vendre des produits français, nous tenons à conserver l’atmosphère française et à transmettre toute la culture qu’implique une boulangerie-pâtisserie française. C’est pourquoi nous procédons par étape et ouvrons nos boutiques peu à peu, afin d’être à l’écoute du client tout en transmettant notre culture. Nous sommes aussi très vigilants à maintenir des prix accessibles et nous efforçons de réduire les prix au maximum, sans que la qualité en soit négligée. Il y a une demande de plus en plus forte d’authenticité française, ce qui est très prometteur pour nous. Afin d’être le plus authentique, nous importons directement de France certains articles, comme le pain et les viennoiseries. Le reste est préparé par nos Chefs pâtissiers, formés en France.

Q.   Quels services et recettes proposez-vous ? Qu’est-ce qui est le plus populaire ?

R.   Nous proposons de la viennoiserie, de la pâtisserie ainsi que des services de restauration dans nos boutiques de Yeouido et Busan. Les services de catering sont aussi de plus en plus importants pour nous, c’est un très bon canal pour toucher de nouveaux publics et les entreprises étrangères sont demandeuses de buffet français.
Le restaurant propose des menus français avec pour certains des influences étrangères, comme le brunch, pour répondre à notre clientèle multiculturelle. Notre produit phare est bien entendu le croissant ! Nos sandwiches, préparés avec de vraies baguettes, ce qui est assez peu habituel en Corée, sont aussi populaires.

Q.   Quels sont les enjeux pour Brioche Dorée en Corée ? Comment vous adaptez-vous à la culture locale?

R.   Notre enjeu réside dans notre positionnement même : il nous faut maintenir une très bonne qualité, que notre clientèle attend, exige même, d’une enseigne française comme Brioche Dorée, à des prix les plus accessibles possibles. Face à la demande croissante d’authenticité, de plus en plus de concurrents apparaissent et il est important de se différencier et d’être flexible. Ainsi, Brioche Dorée s’adapte au quartier où elle s’implante : la boutique de Suwon a été lancée avec un nouveau concept, Brioche Dorée Malin. Nous avons changé le style de restaurant et baissé les prix, pour attirer les étudiants notamment. A Sinchon, la boutique se trouve dans un centre commercial et tout est à emporter. Nous avons donc maintenant trois types de boutiques : point de vente et restaurant, boulangerie/pâtisserie et café et boutique « à emporter ».

Q.   Quels projets à venir ?

R.   Nous poursuivons notre développement et allons ouvrir prochainement deux nouveaux magasins à Séoul : au Shinsegae Gyeonggi à Yongin en août, puis au Seorae village en octobre ! Le nombre de boutiques de Brioche Dorée en Corée se portera ainsi à 7 !

FacebookTwitterLinkedInEmail

Embarquement pour le Gala 2015 « France 2100 » !

2015 October 16
Comments Off
tags:
by Corée Affaires

Gala2015-640x214px-2015.10.15-v1

Rendez-vous le samedi 5 décembre 2015 à l’hôtel Grand Hyatt de Séoul pour une soirée gala de la FKCCI toujours plus éblouissante !

Cette année, faisons un saut dans le futur, destination « France 2100 » ! Le gala vous embarque dans un voyage temporel inoubliable dans une France verte et innovante.
Face aux enjeux du changement climatique et à l’approche de la 21ème Conférence des parties sur le climat à Paris, nous nous trouvons à un véritable tournant dans lequel la France aura un rôle important à jouer. Cette 26ème édition sera donc placée sous le signe du développement durable et vous projettera dans le futur, où les nouvelles technologies et l’innovation seront déterminantes !

Tenu chaque année depuis 1989, le Gala de la FKCCI est devenu l’un des événements les plus attendus et incontournables pour les cercles d’affaires franco-coréens. Constituant une vitrine majeure de la France en Corée du Sud, il réunit plus de 800 convives ; chefs d’entreprises, personnalités politiques, célébrités, artistes, journalistes… Fortement médiatisé, le Gala est une opportunité unique pour les entreprises et autres institutions d’accroître leur visibilité et de promouvoir leur marque tout en faisant de nombreuses rencontres et profitant d’une soirée de qualité.

Profitez des tarifs Early Bird jusqu’au 31 octobre !

Alors à vos agendas et attachez vos ceintures pour ce saut temporel destination « France 2100 » !

Date: Samedi 5 décembre 2015
Lieu: Grand Hyatt Seoul, Grand Ballroom
Tarifs: 320,000 KRW pour les réservations avant le 31 octobre, 350,000 KRW pour les réservations après cette date.

Plus d’informations sur le site de la FKCCI

FacebookTwitterLinkedInEmail

Gastronomie – Louis Cinq

2015 October 6
Comments Off
by Corée Affaires

En plein cœur du quartier branché d’Apgujeong, le restaurant Louis Cinq propose une carte riche et savoureuse où l’on retrouve les grands classiques de la cuisine française, de la tourte à la terrine de campagne. LEE Yu-Seok, fondateur et Chef de Louis Cinq, revient sur son expérience de Chef coréen pour Corée Affaires.

IMG_1302 copie

Q.   Quand et comment a commencé votre intérêt pour la cuisine française ?

R.   J’ai commencé ma carrière en Corée en travaillant dans divers restaurants coréens. A cette époque, il y avait très peu de restaurants français authentiques, il s’agissait surtout de cuisine « fusion ». Après mon service militaire, j’ai voulu aller plus loin dans mon expérience culinaire et apprendre la « bonne cuisine ». J’ai décidé de partir en voyage en France afin de découvrir les cuisines régionales. Ce séjour, bien que bref, a été une véritable aventure gastronomique, j’ai notamment eu un vrai coup de cœur pour la cuisine du sud-ouest. Six mois plus tard, j’étais de retour en France, bien décidé à percer les secrets de la gastronomie française. J’ai ainsi parcouru la France de région en région pendant trois ans, en effectuant des stages dans différents types de restaurants. La plupart des restaurants français en Corée proposent de la haute gastronomie, qui, à mon avis, n’est pas représentative de la culture française. Je voulais apprendre les grands classiques de la cuisine française, et à travers eux sa culture. J’ai donc partagé mon apprentissage entre cuisine classique et moderne, populaire et gastronomique. J’ai ainsi effectué un stage à L’Ambroisie, avec le Chef Bernard PACAUD, ou encore à l’Astrance, avec le grand Chef étoilé Pascal BARBOT. J’ai aussi effectué un séjour en Espagne, afin d’y apprendre la cuisine locale.

Q.   Le Chef que vous admirez le plus ?

R.   Le Chef Bernard PACAUD, du restaurant L’Ambroisie ! J’ai eu la chance unique, à force de persévérance, de pouvoir effectuer un stage chez lui, alors qu’il ne prend habituellement aucun stagiaire. Pour moi, c’était lui ou rien. Je crois que je l’ai eu à l’usure ! (rires)
J’admire Bernard PACAUD pour son implication dans toutes les étapes de la création culinaire et la vie du restaurant. Il est très investi et reste pour moi un mentor des plus précieux !

IMG_1228 ok

Q.   Quelles sont, selon vous, les difficultés de la cuisine française en Corée du Sud ?

R. Je pense qu’il demeure une certaine méconnaissance de la cuisine française, qui a une image de haute gastronomie, chère et compliquée. Il y a un véritable travail de diffusion et vulgarisation à effectuer, afin de présenter des plats complètement nouveaux et inconnus en Corée, comme nous l’avons fait avec la terrine de campagne.

Q.   Pourquoi le nom Louis Cinq ?

R.   Je voulais un nom simple, facile à prononcer et significatif à la fois. Louis était mon nom d’emprunt lorsque j’étais en France, et c’est aussi un nom très connu en Corée. Le Cinq représente les cinq sens. Le symbole de la plume rappelle le livre que j’ai écrit, pour diffuser la culture culinaire française et présenter quelques recettes.

Q.   Vous avez choisi un format « gastro pub » et de bar ouvert, pourquoi ?

R.   Je voulais proposer un nouveau concept, le « gastro pub », pour associer la convivialité du pub, d’origine anglo-saxonne, et la richesse de la gastronomie française et espagnole. Mon idée est de servir, dans une atmosphère chaleureuse et élégante, de la cuisine qualitative, de base et d’âme françaises mais qui intègre d’autres éléments de culture, dont espagnols.

Q.   Quelle est votre spécialité ?

R.   La tourte aux quatre viandes, que je vous invite à venir découvrir ! Je vais bientôt en proposer une nouvelle déclinaison, à la chair de crabe et pomme de terre !

FacebookTwitterLinkedInEmail

Troisième Edition du French Gourmet Festival du 9 au 15 octobre !

2015 October 1
Comments Off
by Corée Affaires

La FKCCI et Hyundai Department Store organisent la troisième édition du French Gourmet Festival qui aura lieu dans quatre grands magasins Hyundai, les branches d’Apgujeong, de Pangyo, du COEX et de Mokdong, du 9 au 15 octobre prochain.

French Gourmet Festival 2015-2015.08.13-V1_S’adressant à tous les gourmands désireux de découvrir ou de retrouver la gastronomie française, le festival participe au rayonnement culinaire français en Corée. Cette année, Chicorée Leroux, Huilerie Cauvin, Le chocolat des Français, Kawa (Le Salon des Thés et SIBELL) et Les Toques Blanches du monde vous présenteront leurs produits pour la première fois dans le pays du matin calme ! Jus de fruits, huiles végétales, thés et cafés, biscuits et autres douceurs chocolatées, autant de mets qui vous mettront l’eau à la bouche !

A l’occasion, certains pourront mettre la main à la pâte lors d’un cours de cuisine française auprès de M. Javier Mercado, un talentueux chef-pâtissier qui vous dévoilera les secrets d’une recette chocolatée traditionnelle française. En partenariat avec Le Cordon Bleu-Sookmyung Academy, le cours aura lieu dans les locaux de l’académie le lundi 12 octobre (de 14 à 16h).

Enfin, le 11 octobre, rendez-vous sur le toit du grand magasin Hyundai de Pangyo à partir de 16h pour la Rooftop Fest., une première dans cette troisième Edition du French Gourmet Festival ! Au programme, quatre jeunes artistes et groupes coréens en vogue qui mettront une ambiance électro et hip-hop, le tout dans un décor rappelant les fondamentaux de l’imaginaire français.

FacebookTwitterLinkedInEmail

L’achat direct : une nouvelle tendance qui concurrence les circuits d’achats locaux

2015 September 14
Comments Off
by Corée Affaires

Par Bosun KIM (CEO & co-fondatrice d’ASIANCE)

Capture bosunUn mot clé pour 2015 : « l’achat direct ». Le nombre de consommateurs coréens utilisant l’achat direct ne cesse d’augmenter, si bien que celui-ci est devenu un phénomène grandissant dans l’ensemble du secteur du e-retail en Corée. L’achat direct est la version abrégée d’« achat direct à l’étranger », qui signifie acheter des produits directement sur internet ou dans des zones franches à l’étranger.

L’achat direct ne cesse d’augmenter pour tout un ensemble de raisons ; les consommateurs sont aujourd’hui avertis, ils savent où et comment chercher l’information. Ils sont plus nombreux à maîtriser une langue étrangère et n’hésitent plus à tester de nouvelles marques lors de leurs voyages à l’étranger. Acheter des produits étrangers de qualité est d’ailleurs une tendance qui s’intensifie ces dernières années. Enfin, l’accord de libre-échange entre la Corée du Sud et les États- Unis entré en vigueur en 2012 assure la détaxation des produits de moins de 200 dollars et permet d’acheter plus facilement des produits de luxe étrangers.

En volume, l’achat direct à l’étranger a dépassé les 2 milliards de dollars en 2014, selon le récent reportage de la direction générale de douanes et des droits indirects. Il représentait un milliard de dollars en 2013, et a donc doublé en un an. Selon les prévisions, il dépassera les 10 milliards de dollars d’ici 5 ans et l’achat direct pourra alors être considéré comme un circuit de vente à part entière.

Cette tendance à l’achat sur internet devenant de plus en plus populaire, nos clients font face à une situation de compétition intense et doivent considérer comme rivaux, non seulement les sites d’achats locaux mais aussi les sites internationaux vendant leurs propres marques.
Un état des lieux précis et des stratégies ciblées doivent être mis en place par les marques afin de s’assurer que les clients locaux visitent leur site et y restent jusqu’à la transaction.
Il faut avant toute chose prendre en compte l’expérience utilisateur sur le site. L’expérience utilisateur est aujourd’hui un point de contact crucial, pris en considération par les responsables marketing des entreprises mondiales.
Ils investissent tant dans l’aspect technique que marketing afin de fournir aux utilisateurs la meilleure expérience de marque possible, et ce sur l’ensemble de leurs supports (PC, Tablet, Smartphone). Une différence d’expérience utilisateur pourrait donner un avantage majeur afin de pousser les consommateurs à acheter sur des sites locaux malgré l’attrait des prix de l’achat direct à l’étranger.

Plus concrètement, quelle expérience utilisateur proposer ? Il faut d’abord s’assurer de faire reposer l’expérience utilisateur sur des bases solides concernant le contenu. Et cela commence par la rédaction du site. Chaque phrase doit être préparée stratégiquement, afin de permettre aux clients une bonne compréhension du produit et d’attirer leur attention sur l’histoire et la valeur de la marque. Pour les marques globales, il est d’autant plus important de proposer une bonne traduction et localisation. Il faut par ailleurs noter qu’une localisation bien réalisée ne résulte pas seulement d’une bonne traduction.
Le choix de l’hébergeur est important, il doit être adapté localement pour optimiser la vitesse de connexion au site. Les réseaux sociaux liés à ce même site doivent être adaptés au marché local. La stratégie marketing de localisation des contenus doit être pensée en fonction du marché et diffuser des messages familiers aux utilisateurs locaux. Offrir des informations personnalisées en fonction du sexe, de l’âge ou des intérêts personnels est d’autant plus apprécié des utilisateurs.

En ce qui concerne les points de contacts offline, il est important de connecter le magasin au site d’achat en ligne et de proposer des services différents des autres sites étrangers. On peut par exemple proposer aux clients d’échanger des produits commandés en ligne directement en magasin. Si le bénéfice client est le même hors et en ligne, des services spécifiques concernant l’échange de produits ou le remboursement peuvent être proposés. Des bénéfices clients peuvent aussi être locaux, ou spécifiquement réservés aux consommateurs coréens. Ces services cibles doivent être mis en avant afin que les clients puissent mesurer par eux-mêmes les bénéfices d’un achat local.

Créer une nouvelle expérience client peut faire toute la différence, en introduisant de nouvelles technologies comme le Beacon par exemple (balise permettant d’envoyer en mode push un message à un smartphone). Le Beacon permet d’analyser le parcours d’achat de chaque client en magasin. Grâce à cette technologie, on peut mesurer le temps passé par les clients dans certaines zones du magasin et leur envoyer des messages personnalisés en direct.
En dehors de l’expérience client, la raison principale pour laquelle les consommateurs utilisent massivement l’achat direct à l’étranger reste l’attrait pour les prix bas. Par conséquent, le premier moyen, basique et efficace, de rester compétitif est encore de maintenir les prix à un niveau intéressant en optimisant les marges.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Le Corée Affaires 99, sur les loisirs, est sorti !

2015 August 26
Comments Off
by Corée Affaires

CA99-cover smallerAvec le développement économique du pays et l’augmentation du PIB par habitant (+19 900 dollars en 50 ans), le passage à la semaine de 40 heures et l’augmentation des congés payés, les Coréens accordent un temps et un budget de plus en plus importants aux loisirs et à l’épanouissement personnel. Parc d’attraction, cafés aux concepts toujours plus originaux, randonnées dans les montagnes environnantes, cours de photographie, de céramique, golf, bowling, karaoké,… La capitale coréenne ne s’ennuie jamais ! Les Coréens ne manquent pas d’imagination quant à comment divertir leur prochain et sont très ouverts à la nouveauté. Autant de portes ouvertes à la créativité et à l’expérience française dans le domaine !

Corée Affaires s’est concentré pour vous sur cinq niches prometteuses : les activités plein air, les marinas, les jeux vidéo et l’e-sport, le golf et les complexes touristiques.

Pour mieux comprendre ce marché prometteur, commandez l’édition 99 en contactant communication@fkcci.com !

FacebookTwitterLinkedInEmail