Evolution, dématérialisation et business angels, trois marqueurs forts de l’économie créative (Partie 1)

2014 August 6
Comments Off
by Corée Affaires
Présidente PARK Geun-hye au Forum Mondial de l'Économie, Davos, Switzerland/ Yonhap

Le Présidente PARK Geun-hye au Forum Mondial de l’Économie, Davos, Switzerland/ Yonhap

Par Philippe PRIEUR

Le 16 octobre 2013, lors du 22e congrès mondial de l’énergie à Daegu, la Présidente PARK Geun-hye a annoncé l’importance de prendre un nouveau cap en matière économique et notamment en accentuant les efforts déjà entrepris dans l’économie créative. Cette nouvelle stratégie doit apporter les solutions dont le pays a grandement besoin. Malgré la vague culturelle sud-coréenne et ses succès dans l’économie numérique le Pays du Matin Calme doit préparer son avenir et réformer son système. L’écono­mie créative sera-t-elle la solution pour la Péninsule ?

Après avoir connu le pire avec la guerre de 1950 à 1953, la Corée du Sud a su relever la tête pour devenir aujourd’hui la onzième puissance économique mondiale, avec un PIB de 1000 milliards d’euros en 2012, 2,8 % de croissance en 2013 et 3,7% de croissance annoncée par le FMI pour 2014. Pourtant l’éco­nomie sud-coréenne semble subir les effets d’une politique qui s’essouffle année après année, reposant essentiel­lement sur les grands conglomérats, les Chaebols, tels que Samsung, Lotte, LG, Hyundai. C’est pourquoi, pour conduire son pays vers «l’économie créative», PARK Geun-hye a lancé une «démocra­tisation de l’économie» qui vise à sou­tenir les PME et à amoindrir le pouvoir des Chaebols. Ironie de l’histoire : celle qui s’engage dans cette âpre bataille contre les géants de l’industrie est la fille de l’ancien Président à l’origine de leur monopole. La Corée du Sud semble être à la croisée des chemins, changement d’époque où la prise d’initiative, la créa­tivité, l’entreprenariat vont être encoura­gés à la place d’un système où la promo­tion sociale se faisait essentiellement à travers un collectif et notamment par l’intégration dans l’entreprise.

L’ÉCONOMIE CRÉATIVE, UNE NOTION ÉVOLUTIVE.

En 2008, la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Dévelop­pement, CNUCED, a rédigé un rapport sur l’économie créative. Ce secteur reste encore flou mais plusieurs thèmes ressortent pour déterminer au mieux cette notion nouvelle de l’économie. Elle est une formule en mutation capable de produire un effet sur la croissance économique et le développement. L’éco­nomie créative peut être une source de revenus, elle peut créer des emplois et produire des recettes d’exportation tout en favorisant la diversité culturelle et le développement humain. Elle englobe les aspects économiques, culturels et sociaux qui sont liés en matière de tech­nologie, de propriété intellectuelle et de tourisme. Elle désigne un ensemble d’activités axées sur les connaissances et elle comporte une dimension de dé­veloppement en se rattachant à l’écono­mie dans son ensemble, à grande ou à petite échelle. L’économie créative peut être aussi une option de développement avec une multitude de stratégies dans divers secteurs de la part des pouvoirs publics et de leurs politiques. Cependant il est important de garder en mémoire que l’économie créative reste une notion subjective qui est toujours en constante évolution même si elle tend à se fixer sur des secteurs économiques cités précé­demment tels que le tourisme, la culture, le design ou la création numérique.

Le gouvernement PARK a donc pris conscience que l’industrie coréenne a besoin d’une révolution. L’ascension reposant sur les seuls transferts de technologie venus du Japon, de la France et des États-Unis a atteint ses limites. D’autant que la Corée du Sud est devenue un concurrent redoutable pour les écono­mies développées. Lesquelles sont moins enclines à accepter ces transferts de connaissance…

La recette du ’’copié-collé industriel ’’ amélioré a fait son temps. Depuis plu­sieurs années, les grands groupes dé­placent peu à peu leur production vers la Chine, la Russie, la Thaïlande et l’Inde, fuyant la hausse continue des salaires coréens. Philippe Li, avocat associé chez Jones Day, président honoraire de la FKC­CI, explique dans une tribune parue dans les Echos datée du 3 novembre 2013 : « Si la Corée s’est imposée comme le pays du numérique, c’est tout d’abord parce que l’innovation se situe au cœur de son dis­positif de croissance. Elle consacre plus de 3 % de son PIB à la R&D. »

Pour les autorités politiques, l’innovation constitue donc l’électrochoc nécessaire pour donner un nouveau souffle au pays. « Je pense que l’économie créative est capable de résoudre les trois problèmes que sont la faible croissance, le fort taux de chômage et les inégalités de revenus. À travers les jeunes pousses et l’innova­tion d’entreprises existantes, une écono­mie créative peut générer de nouveaux moteurs de croissance et de nouveaux emplois » a martelé la Présidente PARK Geun-hye lors de son discours au Forum économique mondial à Davos, 22 janvier 2014.

La crise économique de 2008-2009 a sévèrement touché la Péninsule. Sa compétitivité s’affaiblissant, le malaise social tend à se répandre. Pour instaurer la croissance, la Corée doit se réinventer et veiller à former des nouveaux talents aux idées innovantes. Ainsi, dans le contexte économique actuel, le concept d’économie créative repose aussi sur le fait de résoudre le problème d’une crois­sance stagnante et d’une volonté d’in­sertion des jeunes et des femmes dans le marché du travail.

FacebookTwitterLinkedInEmail

Interview Dr. AHN, Ombudsman du KOTRA pour les investisseurs étrangers

2014 July 29
Comments Off
by Corée Affaires

Par Philippe PRIEUR

OMBUDSMAN KOTRA

Dr. AHN, Ombudsman du KOTRA

Dans le cadre de notre dossier consacré à l’économie créative, Corée Affaires a voulu en savoir plus en interviewant une éminente personnalité liée aux politiques économiques coréennes. Le Dr. AHN, Ombudsman de la Korean Trade-Invest­ment Promotion Agency (KOTRA) nous a ainsi accordé une entrevue afin de mieux comprendre le rôle de son organi­sation ainsi que le nouvel intérêt que porte le Gouvernement de la Présidente PARK sur l’économie créative.


Dans un premier temps, pouvez-vous nous expliquer le rôle de la Korean Trade-Investment Promotion Agency (KOTRA)?

La Korean Trade-Investment Promotion Agency (KOTRA) est une organisation historique. Elle a été créée en 1962, seulement 9 ans après la fin de la guerre de Corée, à une époque où le pays était en­core très pauvre. Le KOTRA dépend en partie de l’État; du Ministry of Trade, Industry and Energy, le MOTIE mais nous conservons notre indépendance d’action. La mission principale du KOTRA a été de promouvoir l’exportation pour les marchés étrangers. À partir de 1998, le KOTRA s’est également orienté vers la promotion de l’in­vestissement étranger (FDI). 70% de notre activité est tournée vers l’exportation, et 30% à l’investissement. Actuellement, nous nous intéressons de plus en plus aux exportations pour l’Afrique, l’Amé­rique Latine et l’Asie du Sud Est en portant un regard très précis sur le rôle des PMEs coréennes vers ces régions du monde. Nous aidons activement les PMEs coréennes moins informées sur le marché international à pouvoir élargir leurs exportations vers ces régions.

Que signifie être Ombudsman, qu’apportez-vous à votre organi­sation ?

L’Ombudsman est un médiateur qui analyse et essaye de trouver les solutions adéquates pour des entreprises en difficulté. J’essaye de déterminer la nature des problèmes, grâce à mon équipe com­posée de 9 spécialistes sur les notions de taxes, d’emplois et de finances surnommés les ‘’Home Doctors’’ qui travaillent avec une vingtaine de membres officiels du Gouvernement. Leur nombre peut varier selon la nature des missions.

Vous nous avez parlé de l’intérêt que vous portez aux PMEs, qu’en est–il de celles qui sont au coeur de l’économie créative. Comment pourriez-vous définir cette économie ?

Pour bien comprendre l’économie créative, et par la même la po­litique de la Présidente PARK Guen-hye, il y a, à mon sens, deux points importants à soulever. Premièrement, l’économie créative est une fusion entre innovation et industrie. Elle apporte au sché­ma industriel des innovations techniques et technologiques pour donner aux produits plus de valeur ajoutée. L’économie créative se base sur le concept de commercialisation d’idées nouvelles. De ce fait, la culture est une industrie exportable vers l’étranger. En prenant l’exemple du secteur culturel coréen, le Gouvernement a fait la promotion de la K-pop, ce qui a permis une large diffusion de ce modèle culturel dans le monde. Les retombées des ventes des produits dérivés ont été plus que satisfaisantes. Grâce à cette promotion culturelle, cela a permis de favoriser le tourisme en Co­rée et de ce fait, cela a été bénéfique pour notre économie. Voyant la réussite mondiale d’un tel modèle et le business qu’il l’engendre, le Gouvernement souhaite appliquer cette recette aux autres secteurs de l’économie. Pour la Présidente PARK, c’est donc primordial de favoriser la création des jeunes PMEs et l’innovation des PMEs existantes. L’ économie créative, c’est la révolution de la pensée entrepreneuriale.

Le Gouvernement souhaite donc réinventer l’économie en Corée du Sud. Mais concrètement, comment cette politique peut-elle être encouragée ?

Le gouvernement de la Présidente Park a créé un Ministère des Sciences et des Technologies (The Ministry of Science, ICT and Future Planning (MSIP) installé à Gwacheon dans la province de Gyeonggi au sud de Séoul. Son but est de de réaliser une fusion entre l’innovation technologique et l’ensemble de l’industrie, créer, gérer, évaluer les politiques scientifiques et technologiques, ainsi que de favoriser la recherche et le développement pour créer la nouvelle industrie à haute valeur ajoutée. Pour le KOTRA, nous faisons des efforts également pour accueillir les investisseurs étrangers voulant s’investir dans l’économie créative. Afin d’appor­ter un nouveau souffle à notre économie, à travers l’accueil des entreprises étrangères de pointe, il est nécessaire de garantir les avantages fiscaux, la protection de la propriété intellectuelle et les aides à l’installation etc… En construisant la ville de Songdo, au sud d’Incheon, cette ville technologique et écologique, le gouverne­ment souhaite y accueillir un maximum d’investisseurs étrangers grâce à sa zone franche.

Pour développer l’économie créative, le gouvernement coréen favorise des moyens d’entreprendre encore peu démocra­tisés en Corée du Sud notamment le ‘’Business Angels’’ sur lequel vous avez écrit un article en décembre dernier pour le Korea Times. Pouvez-vous en nous parler ?

Le ‘’Business Angels’’ est selon moi, un moyen efficace d’investir de l’argent dans de jeunes start-up aux concepts novateurs. C’est une pratique déjà très répandue notamment dans la Silicon Valley. Le ‘’Business Angels’’ est un moyen d’entreprendre pour une personne qui souhaite mettre de l’argent, de participer au développement d’une PME ou d’une start-up sans pour autant avoir l’envie de gagner de l’argent à tout prix. Tout autour du ‘’Business Angels’’, il y a quelque chose que je trouve très stimulant ; c’est l’esprit de challenge, c’est à dire, « financer un projet, investir dans une créa­tion originale, sans avoir peur des risques ». Échanger ses points de vue autour d’une idée innovante qui dans le cas d’un succès pourra créer un nouveau marché porteur. Dans le cas de l’économie créative, la philosophie du ‘’Business Angels’’ s’insère dans la vo­lonté de mettre de l’argent pour que les idées innovantes puissent contribuer à faire réaliser les nouveaux produits dont les hommes ont besoin. Mais pour l’instant en Corée du Sud, c’est plus le ‘’Capital Risque’’ (Venture Capitalists) qui est prisé par les investisseurs car il est mieux structuré dans l’économie. Environ 63 000 entreprises en ‘’Capital Risque’’ ont été créées, fortes du boom d’investisse­ment après la crise asiatique de 1998. Les investisseurs en ‘’Ca­pital Risque’’ apportent du capital, ainsi que leur technologie, leurs réseaux et leurs expériences à la création et aux premières phases de développement d’entreprises innovantes ou de tech­nologies considérées comme à fort potentiel de développement. Cependant à la différence du ‘’Business Angels’’ le ‘’Capital Risque’’ attend un retour sur investissement plus rapide. Au final, au lieu de créer une PME, beaucoup de ‘’Capital Risque’’ vendent leur idée de projet.

L’économie créative va donc permettre aussi une transformation des mentalités ?

Tout à fait. Pourtant, quand je vous parle de ‘’Business Angels’’ et l’importance du partage des idées permettant de créer un marché porteur, en Corée du Sud ce n’est qu’un début. Ce sont plutôt des notions encore très anglo-saxonnes. En Corée, la finance pour les start-up dépend fortement des fonds créés par le gouvernement, ce que l’on appelle « une manière top-down ». Cela peut prendre du temps avant que les prises d’initiatives indi­viduelles en faveur de l’innovation et le goût du risque deviennent automatiques. Pour favoriser la pensée entrepreneuriale à cet effet, il faudra proposer d’autres formes d’enseignements pour rendre notre jeunesse plus créative et rendre flexible le système éducatif. Il faudra aussi encourager les jeunes talents et créer un environnement social favorable au développement de « Business Angels ». C’est de cette manière que nous réussirons ce challenge passionnant.

FacebookTwitterLinkedInEmail

La FKCCI dans le Korea Herald

2014 July 17
Comments Off
by Corée Affaires

jpg korea heraldA l’occasion du 14 juillet, une page dans le Korea Herald est consacrée à la FKCCI et la France !

A lire : un article sur les activités de la FKCCI et les opportunités de collaboration franco-coréenne, un message de S.E.M. Jérôme PASQUIER, Ambassadeur de France en Corée, et une présentation de l’IFA (Invest in France Agency) !

Cliquez ici pour lire l’article : 2014_0714_07_FKCCI

FacebookTwitterLinkedInEmail

Bastille Day 2014

2014 July 16
Comments Off
by Corée Affaires

IMG_8769 reduitLa Chambre de commerce et d’industrie franco-coréenne (FKCCI) vous remercie tous pour votre présence au Bastille Day, afin de célébrer ensemble ce jour particulier qu’est la Fête Nationale. La soirée a été un grand succès, avec plus de 500 invités, un record ! Après un discours d’introduction du Président de la FKCCI, M. David-Pierre JALICON, et de S.E.M. Jérôme PASQUIER, Ambassadeur de France en Corée, les invités ont pu profiter des mets préparés par M. Patrice GUIBERT, Chef de Novotel Ambassador Gangnam, dans une ambiance conviviale et bien française : accordéoniste, puis groupe de musique et dj se sont ensuivis pour animer la soirée sur une piste de danse endiablée, du champagne, dont la première coupe était offerte par G.H. Mumm, Platinum sponsor du Bastille Day, du vin, servi en illimité par Winenara, Gold sponsor, de la bière 1664, Gold sponsor, à profusion, et bien d’autres surprises encore, sans oublier la tombola, aux lots prestigieux.

IMG_8682

IMG_8694

 

 

IMG_8708IMG_8914

Parmi les 10 premiers lots, les heureux gagnants du « Lucky Draw » ont ainsi pu remporter un iPad mini grâce à IT Concept, un bon d’achat de 200 000 KRW offert par Re;Code, des produits de beauté par Erborian, un bon-restaurant de 200 000 KRW par Brioche Dorée, un coffret soin de peau Avène par Pierre Fabre Dermo-Cosmétique, un magnum de champagne par G.H Mumm, un bon pour une chambre Deluxe au Novotel Busan et un autre pour une chambre Premiere executive au Novotel Ambassador Gangnam, un coffret Lancôme par L’Oréal Korea et enfin un coffret de quatre bouteilles de vin offert par Winenara.

Les numéros suivants ont pu gagner des produits de beauté Bioderma et Erborian, des bons-restaurant Brioche Dorée, un bon pour le Conrad Hotel, un magnum de champagne G.H. Mumm, des lunettes de soleil Heill, une tenue de golf et une bouteille de vin offertes par HSBC, un autre iPad mini par IT Concept, deux polos Lacoste, un coffret Biotherm et un Kiehl’s par L’Oréal, un coffret Ducray et A-Derma par Pierre Fabre Dermo-Cosmétique, des bons d’achat Re;Code, des parapluies offerts par Shin & Kim et un set de poêles et deux robots de cuisine Tefal.

IMG_8855 coupe

M. Sylvère SMOLIGA de IT Concept remettant un i-pad mini

IMG_8863

Mme. KIM Kyung Lim de Novotel remettant un bon pour un chambre Deluxe au Novotel Busan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

….j
g
Pour savoir si vous faites partie des gagnants qui n’ont pas encore récupéré leurs lots, vérifiez la liste sur le site de la FKCCI: www.fkcci.com/fr/evenement/132/Bastille-Day

Rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles surprises, et un nouveau record !

 

 

 

FacebookTwitterLinkedInEmail

Le guide des restaurants 2014

2014 July 9
Comments Off
by Corée Affaires

cover guide des restaurantsBouillabaisse, coq au vin, raclette, ratatouille, blanquette de veau… Autant de noms qui rappellent des saveurs de l’Hexagone… Autant de recettes que vous pouvez aussi retrouver à Séoul !

Après le succès des deux premières éditions du guide des restaurants français en Corée du Sud, nous sommes heureux de vous présenter l’édition 2014 qui vous proposera plus de 60 restaurants français dans la péninsule et une dizaine de boulangeries-pâtisseries françaises à Séoul !

Tarif : 15 000 won
Commandez sur le site internet de la FKCCI ou contactez fkccimarketing@gmail.com

FacebookTwitterLinkedInEmail

Bastille Day 2014

2014 July 7
Comments Off
by Corée Affaires

Bastille day save the dateLa Chambre de commerce et d’industrie franco-coréenne (FKCCI), en partenariat avec l’Ambassade de France, a le plaisir d’organiser la Fête Nationale 2014 le lundi 14 juillet au Novotel Ambassador Gangnam à partir de 19h.

 Cette soirée exceptionnelle ouverte au public réunira plus de 400 personnes dans une atmosphère française avec du vin, du fromage et un buffet spécialement composé par le Chef Patrice GUIBERT, mais également une tombola qui vous permettra de remporter des lots prestigieux. Venez rencontrer la communauté française, francophone et francophile de Séoul ce vendredi de 19h à minuit.

Date : Lundi 14 juillet de 19h à minuit
Lieu : Novotel Ambassador Gangnam
Tarif : 50,000 KRW par personne incluant une coupe de champagne, le buffet français avec fromages et vins, et un ticket de tombola. Soirée dansante jusqu’à minuit.

Réservez votre place dès à présent en renvoyant par mail votre nom, prénom et coordonnées (email et téléphone) à event@fkcci.com

FacebookTwitterLinkedInEmail

Creative Economy French-Korean Forum, un succès !

2014 July 2
Comments Off
by Corée Affaires

240614-50Le 24 juin dernier, la FKCCI, la CCIP et la CCIF ont co-organisé le Creative Economy French-Korean Forum à la Bourse de Commerce à Paris et ont accueilli à cette occasion une audience de plus de 150 personnes, venues entendre les perspectives françaises et coréennes sur ce concept nouveau et terreau d’avenir qu’est l’Economie Créative. Mme Fleur PELLERIN, Secrétaire d’Etat chargée du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger, a ainsi ouvert le forum : « L’innovation est aujourd’hui fondamentale pour deux pays comme la France et la Corée et l’économie créative est, je crois, au cœur du potentiel de développement de nos relations bilatérales. »

Les tables rondes et les rencontres qui ont suivi ont donc été l’occasion d’aller dans ce sens et d’aborder divers secteurs et possibilités de collaborations entre PME françaises et coréennes. Après avoir défini le concept d’économie créative d’un point de vue coréen puis français, les intervenants ont présenté les différents acteurs et possibilités de financement de l’innovation dans les deux pays, au travers notamment du partenariat entre les deux institutions BPI France et la KIAT (The Korea Institute for the Advancement of Technology). Les deux dernières tables rondes ont présenté les secteurs liés à la « silver economy » et la distribution, qui connait une forte dématérialisation.

 

FacebookTwitterLinkedInEmail

Creative Economy French Korean Forum

2014 June 17
Comments Off
by Corée Affaires

creative economy web v5Qu’est-ce que l’économie créative ?

 Si vous pouvez déjà trouver des éléments de réponse dans la dernière parution du magazine Corée Affaires, le “Creative Economy French Korea Forum”, organisé par la FKCCI, la CCI Ile de France et la CCI de Corée en France le 24 juin 2014, vous donnera un aperçu de toutes les opportunités que promet ce concept.

Cette notion nouvelle de l’économie, bien qu’encore floue et en constante évolution, s’appuie sur un ensemble d’activités liées à la connaissance, à la créativité et à l’innovation, et tend à se fixer sur des secteurs économiques tels que le tourisme, la culture, le design ou la création numérique.
L’idée est de révolutionner l’économie en imaginant de nouvelles façons de travailler, de nouvelles technologies et de nouveaux produits. A l’heure où la capacité des Etats à innover semble être la condition du développement économique mondial, la France et la Corée du Sud ont la volonté de mettre l’intelligence et la créativité humaine au service de leurs industries.

 En présence de Mme. Fleur PELLERIN, Secrétaire d’Etat chargée du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger, des intervenants de tous horizons et secteurs, de France et de Corée, viendront vous exposer leur expertise et les opportunités qu’ils constatent au sein de ce nouveau paradigme.
Cet événement permettra aux décideurs politiques et économiques, français et coréens, travaillant dans des secteurs de pointe et porteurs pour les deux pays, de s’informer sur les atouts technologiques et numériques de la France et de la Corée, sur leurs avancées en termes d’économie créative, et d’échanger sur des possibilités de partenariats futurs.

 La conférence se décomposera en 4 tables rondes, animées par M. Arnaud RODIER, rédacteur en chef adjoint au journal Le Figaro, autour des thèmes suivants :

- Economie créative : l’imagination au pouvoir ! Le concept en Corée et en France, les acteurs. (Intervenants : Philippe LI, Avocat associé Cabinet JONESDAY – Philippe GRAND, Associé Ernst & Young – Jean-Daniel TORDJMANN, Ambassadeur Honoraire de la République de Corée pour les investissements internationaux)
Economie créative : pourquoi un tel engouement à la financer ? (Intervenants : Jae-Hoon YOO, Président et CEO de Korea Securities Depository – David DORNBUSCH, Président Cleantuesday – Gitae SHIM, Directeur du bureau européen de KIAT – Patrick CORNET, Directeur des Programmes de Collaboration Internationale – BPI France)
- La santé : une industrie fertile pour l’économie créative (Intervenants : Mathieu ELIE, Directeur Général, GUERBET KOREA – Byoung-Gook JEON, Commissionnaire Adjoint, Korea Agency for Saemangeum Development & Investment (KASDI) – François-René GERMAIN, directeur de l’accessibilité du Groupe France Télécom Orange – Thierry KOCHERSPERGER, Directeur France Sté VATECH – David-Pierre JALICON, Président DPJ & Partners Architecture)
- L’évolution de la distribution à l’aune de l’économie créative (Intervenants : Daniel MAYRAN, Président BLUEBELL Korea – Olivier MELLERIO, Président de Mellerio dits Meller – Bernadette DORTU, Directrice Générale MAXITY – Jenny KIM Avocate, Cabinet KIM & CHANG)

L’entrée est gratuite et ouverte à tous.
Une traduction simultanée sera assurée en français et en coréen.

Vous trouverez plus d’informations sur le site de la FKCCI :

http://www.fkcci.com/fr/evenement/175/Creative-Economy-French-Korean-Forum

 

 

FacebookTwitterLinkedInEmail

Le French Gourmet Festival touche à sa fin !

2014 May 23
Comments Off
by Corée Affaires
Inauguration du French Gourmet Festival à Apgujeong

Inauguration du French Gourmet Festival à Apgujeong

Voici que le French Gourmet Festival touche à sa fin, avec une semaine riche en événements !

Après la cérémonie d’inauguration vendredi 16 mai, en présence de S.E.M Jérôme PASQUIER, Ambassadeur de France, de M. David-Pierre JALICON, Chairman de la FKCCI et de M. Young-Tae KIM, Chairman de Hyundai Department Stores, qui ont chacun salué l’incroyable opportunité que représente ce festival pour l’agroalimentaire français, les visiteurs ont pu découvrir et gouter de nouveaux produits. Mme. Ida DAUSSY a ensuite donné une conférence sur le mariage du vin et de la cuisine française. Le cours de cuisine du Chef Patrice HUET a accueilli plus de 40 personnes, qui ont pu suivre les recettes de la dorade braisée à la provençale, de la tarte aux oignons confits et d’une gaufre de saumon fumé aux épices, œufs de caille et émulsion de parmesan. Un rendez-vous instructif et savoureux.

Chef Patrice Huet

Chef Patrice Huet

Ont suivi cours de dégustation de vin, cours de pâtisserie, où la Chef Pâtissière Aesun AUNE a présenté la recette du fameux gâteau Saint-Honoré, séances de cinéma.

La FKCCI vous invitait aussi à participer au jeu concours « Are you a French Gourmet? » sur la page facebook, qui introduit des produits encore peu connus en Corée, tels que la compote ou le saucisson.  Était à gagner des lots comportant différents produits exposés au festival : du chocolat, de l’huile d’olive, du caviar d’aubergine,…

Autant événements pour transmettre un petit bout d’art de vivre à la française…

Plus de photos sur le compte flickr de la Chambre 

FacebookTwitterLinkedInEmail

Le Directory 2014 est disponible !

2014 May 21
Comments Off
by Corée Affaires

directoryLa Chambre de commerce et d’industrie franco-coréenne (FKCCI) publie la version 2014 de son annuaire !

L’annuaire, et par lui la Chambre de commerce, bat à nouveau son record, avec plus de 250 membres ! La communauté d’affaire franco-coréenne grandit, et comme l’écrit M. David-Pierre JALICON dans l’éditorial, « dynamique, entrepreneur et créatif, telles sont les qualités qui se reflètent dans cet annuaire 2014 : la communauté d’affaires franco-coréenne est forte, ambitieuse et riche de sa diversité. »

Livre de chevet des hommes et femmes d’affaires portant un intérêt pour les relations franco-coréennes, le Directory 2014 rassemble entreprises françaises et coréennes : grands groupes, joint-ventures, entrepreneurs, restaurants, start-ups, individuels, organisations non-gouvernementales, institutions… Traduites en français, anglais et coréen, toutes les informations que vous pouvez chercher sur le milieu d’affaire franco-coréen sont dans l’annuaire : présentation des entreprises et institutions membres de la Chambre, contacts, coordonnées,…

En avant pour l’année du Cheval : commandez dès à présent votre annuaire en contactant fkccimarketing@gmail.com !

Tarifs :

– En Corée du Sud : 70,000 KRW (retrait dans les locaux de la Chambre) / 75,000 KRW (par la poste)
(Étudiants, sur présentation de la carte étudiante : 35,000 KRW dans les locaux / 40,000 KRW par la poste)
- A l’étranger : 50 EUR + 20 EUR pour un envoi standard (bateau), 25 EUR pour un envoi express (avion) – converti en KRW au taux de change du jour de la commande
(Étudiants, sur présentation d’une copie de la carte étudiante : 50 EUR, avec un envoi standard)

FacebookTwitterLinkedInEmail